Diaporam’art # 40

Cupidon

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Publicités

La plus haute tour résidentielle de New-York

Franck Gehry, tout le monde le connaît, ou du moins connaît ses délires architecturaux. Lui seul sait à ce point donner l’impression que le béton et le verre sont souples, lui seul fait d’un vulgaire immeuble un jouet en chewing-gum. Près de nous, dans notre vieille Europe, Gehry a imaginé le musée Guggenheim de Bilbao. A New-York, une de ses dernières réalisations est actuellement en cours de livraison (ou alors en toute fin de travaux). Il s’agit de la Beekman Tower, à deux pas du Brooklyn Bridge. 76 étages dans 267 mètres de haut de béton armé et d’inox, pour abriter plus de 900 logements de très grand standing, mais aussi une école et un hôpital. Comme à Bilbao, mais en moins délirant, on retrouve les courbes chères à Gehry, courbes qui m’ont tapé dans l’œil sous le cagnard new-yorkais de juillet. C’est désormais la plus haute tour résidentielle de New-York, de quelques centimètres de plus que celle de Donald Trump.

Comment créer un club ?

[…] quand un Américain a une idée, il cherche un second Américain qui la partage. Sont-ils trois, ils élisent un président et deux secrétaires. Quatre, ils nomment un archiviste, et le bureau fonctionne. Cinq, ils se convoquent en assemblée générale, et le club est constitué […].

Jules VERNE, De la terre à la lune, 1865

En marchant sous la mer

La pointe du Cap Ferret est une balade à faire à marée basse, si possible avec un fort coefficient pour que l’eau parte loin, loin, loin … Pas trop loin quand même, ce n’est pas la baie du Mont-Saint-Michel. Mais c’est l’occasion de marcher sur ce sable trop souvent recouvert par l’eau, et donc de voir ce qui est généralement caché. Par exemple ces bouchots de hasard que sont devenus les pieux censés retenir la plage. Il n’ont pas retenu le sable, mais les moules s’y trouvent à leur aise :

Plus curieux, on peut voir aussi des animaux pointant le nez (?) hors de leur coquille. Seul hic, je ne sais pas du tout quelle est cette bête-là, dont j’ai vu quatre ou cinq exemplaires samedi dernier, marée basse, coeff 100 :

La pipe a pris de la hauteur

L’avantage des tags, sur les blockhaus du Cap Ferret, c’est qu’ils permettent de mesurer la vitesse de l’érosion. La photo de gauche a été prise le 13 novembre dernier, celle de droite aujourd’hui, soit deux mois et dix jours après. Regardez-bien à quelle hauteur se situe le dessin de la pipe par rapport au sable :