La chansonnette [19]

Petula Clark
L’agent secret
1966 ou 1967

Une petite chansonnette sans prétention, rendant hommage à un personnage de ciné, à savoir James Bond, le fameux 007 qui, lui, ne se fit pas zigouiller comme ses prédécesseurs (même le 04, « ils ont fini par l’abattre »). Rappelons au passage que Petula Clark, bien qu’aussi British que Bond lui-même, a chanté en français, en espagnol, en allemand, et, je crois même en japonais.

Publicités

Même L’Équipe

lequipe-coverTous les médias ou presque, aujourd’hui, ont rendu hommage à Charles Aznavour, ce sacré bonhomme qui a chanté avant tous les autres les sujets alors tabous, comme le divorce (avec Désormais) ou l’homosexualité (Comme ils disent). J’ai particulièrement apprécié l’article des Inrocks, faisant le lien, preuve à l’appui, entre Aznavour et le rap. Les unes des journaux ont rarement traité d’autre sujet ce matin, même L’Equipe y est allé de son hommage, discret, parce-que la chanson n’est quand même pas le cœur de métier d’un quotidien sportif. Cette allusion à Emmenez-moi était néanmoins bien vue et bienvenue. J’ai moi aussi participé à la ferveur populaire du moment en regardant l’émission Personne ne bouge qu’Arte lui avait consacré l’année dernière (disponible sur le site de la chaine jusqu’à la fin du mois). Et ce fut un joli moment, très joyeux et agréable, pas nostalgico-pleurniche pour deux sous. Si cela vous tente, cliquez ici, mais dépêchez-vous, car le 1er novembre, le carrosse audiovisuel se transformera en citrouille.

La chansonnette [18]

INDOCHINE
J’ai demandé à la lune (2002)

Ami blogonaute, habitué ou de passage, as-tu vu la lune ces derniers jours ? Pleine comme un œuf hier, illuminant mon trajet en bus vers le boulot côté sud au petit matin. Une bonne bouille toute ronde et rassurante, chaude comme une chocolatine et douce comme du miel. J’ai alors pensé à Guédiguian, mon Marseillais préféré : je crois que le film en question est Mon père est ingénieur, dans lequel Indochine chante « J’ai demandé à la lune ». Je crois bien que c’est la seule chanson de ce groupe que j’aime vraiment.

La chansonnette [17]

Rachid Taha
Agatha
2006

Tu parles d’un mauvais coup, d’une mauvaise blague, d’une mauvaise planète comme on disait autrefois en Bretagne celtique : le Rachid est décédé. Taha est mort. 59 ans. Pas juste. Pas drôle. Trop tôt. La dernière chanson de lui que j’ai écoutée, c’est Agatha. En direct de son album Diwan 2 de 2006. Un titre de Francis Bebey, camerounais, lui-même mort en 2001. L’Afrique, le rock et la chanson ont le blues. Et moi aussi.

Le pont des rêves

Quittons la Finlande un instant pour revenir en Charente-Maritime. Un petit pont sur un petit chenal du Château d’Oléron attire l’attention :

pont des rêves-P1210961.jpg

Ce petit pont sur le petit chenal a été renommé « le pont des rêves » (inauguration le 25 juin dernier en grande pompe et en soirée). Détournant l’idée bizarre des cadenas attachés aux ponts divers et variés des villes touristiques, les promoteurs du « Pont des rêves » en ont fait quelque choses de beaucoup plus doux et beaucoup plus drôle, et surtout sans aucun danger, ni pour le pont ni pour le chenal en dessous.

pont des rêves-P1210963.jpg

L’idée est simple : récupérer une coquille d’huître, y écrire son vœu via une encre végétale, et l’accrocher au pont avec une ficelle biodégradable. Le vœu peut être très concret :

pont des rêves-P1210951.jpg

La légende toute fraiche du pont dit que, une fois la ficelle biodégradée et l’huître tombée dans l’eau (ou la vase, tout dépend de l’heure de la marée), le vœu se réalise. Tous les vœux ? tous les vœux, oui, tous.

pont des rêves-P1210949.jpg

Photos réalisées en août 2018

La chansonnette [16]

PICON MON AMOUR
La Fabuleuz (2017)

Jojo joue de tout, Marlène chante en s’accompagnant de l’accordéon. À eux deux, ils forment le duo Picon Mon Amour et enchainent les concerts (plus de 300 en quatre ans, si j’en crois leur site web). Ils seront d’ailleurs début juillet dans le Gard puis en Ardèche. Avec La Fabuleuz, ils nous proposent un tour de France :

 

Cette fois, c’est bon, les Martiens débarquent

Soyons franc et reconnaissons ses mérites au département : la Gironde met tout en œuvre pour accueillir des Martiens, voire d’autres extraterrestres. Le petit homme vert n’est pas qu’un fantasme, voire un délire de quiconque aurait abusé du divin nectar que les cépages merlot, cabernet et petit verdot peuvent procurer, c’est une réalité. Pendant longtemps, le quidam avait envisagé de se poser sur le Bassin d’Arcachon, plus précisément à Arès, j’avais narré cela il y a fort longtemps.
Finalement et faisant fi des installations ad hoc, les extra-terrestres ont enfin pu poser leur soucoupe en forme de chapeau de reine d’Angleterre sur un des bassins à flot de Bordeaux. L’aventure ne fut point aisée, cela fait même deux ans que l’on en parle. Mais cette fois c’est la bonne, dès demain les petits hommes pourront gambader librement dans les rues de Bordeaux.
Je tiens à préciser que, sur la photo ci-dessous, le personnage qui s’affaire sous la soucoupe est un Terrien, probablement une âme pure venue s’enquérir de la bonne santé des Martiens après un si long voyage.

P1200227