La chansonnette [6]

Capture d_écran 2017-06-19 à 17.01.09QUARTIERS NORDS
Ah putain qu’il fait chaud (2012)

Illustration par le son de la carte publiée ce jour par Météo-France, et dont l’exactitude est indéniable. Par contre, côté chanson, ni le texte (quoique … les mouettes qui bronzent …) ni la mélodie ne devraient rester dans les annales.
Un seul slogan (quand baignade pas possible pour cause de turbin) : tous aux abris !

La chansonnette [5]

SUZANNE GABRIELLO
Z’avez pas lu Kafka ?
1966

Suzanne Gabriello a sévit sur scène et sur 45 tours (si tu ne sais pas ce que c’est, demande à ton papa ou à ta maman) dans les années 1960, principalement en parodiant les titres de chanteurs à la mode, comme Pierre Perret (Les jolies colonies de la France) ou Charles Aznavour (Je m’voyais en bas de l’affiche). En 1966, elle s’attaque à Nino Ferrer, notamment avec cette parodie de Mirza. Entendue lundi matin en allant justifier mon salaire, cette chansonnette m’a mis de bonne humeur pour la journée :

Les couleurs printanières de Darwin

Darwin, à Bordeaux, c’est un lieu magnifique, alternatif presque comme le Berlin de la grande époque, c’est dire à quel point j’aime ce lieu. Mais, pour des raisons de temps et un peu de distance (donc de mauvaises raisons), j’y vais très peu, et c’est dommage. Je me suis rendue compte aujourd’hui, en déambulant entre les murs laissés aux mains des grands maîtres du street art, que je n’avais pas du y venir depuis près d’un an. Une éternité. Du coup, j’ai mis le catalogue des fresque à jour. Ça donne ça :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La chansonnette [4]

MURIELLE BERGER
Les fesses blanches
1972

Qu’est-ce qu’il fait chaud mes enfants ! le cagnassou nous est tombé dessus d’un coup, ça donne des envies de plage, forcément. Mais il faut savoir raison garder, un minimum de pudeur s’impose, et donc pas question d’oser le bronzage intégral : en 1966, Lucette Raillat explique dans une chansonnette sans prétention sa technique de bronzage, qui lui permet de garder les fesses blanches. Six ans plus tard, une version canadienne de la même bluette est interprétée par Murielle Berger :

La chansonnette [3]

MADELEINE PEYROUX
J’ai deux amours
2004

En 1930, Joséphine Baker, qui amène à Paris tout l’exotisme dont l’Européen moyen semble avoir besoin (et qu’il assouvira un an plus tard en déambulant dans les allées de l’exposition coloniale de la Porte Dorée et du Lac Daumesnil), Mme Baker, disais-je, avoue son amour pour son pays (les Etats-Unis) et Paris, sur une musique de Vincent Scotto, très porté lui aussi sur la mystique coloniale (on lui doit notamment La Petite Tonkinoise, qui fait aussi partie du répertoire de Joséphine Baker).
En 2004, la sublime chanteuse de jazz Madeleine Peyroux s’offre cette sucrerie patriotique. Sa version, que je préfère à celle d’origine, est passée hier matin sur FIP. J’ai eu envie de la vous faire partager :

La chansonnette [1]

JEAN-LOUIS FOULQUIER
Et dans l’air flottait ton parfum
1977

Les visites dans la mine d’or qu’est le site de l’INA apportent toujours leur lot de surprises, lot qui fait qu’on y retourne le lendemain, c’est addictif. Et donc, pas plus tard qu’il y a cinq minutes, je suis tombée sur une émission de 1977, diffusée en plein après-midi pour les femmes au foyer, c’était encore un peu la mode à l’époque. L’émission s’appelait « Aujourd’hui madame ». Sur le plateau : que des nénettes, à deux hommes près. Ces dames ont le look réel ou supposé de leurs téléspectatrices : c’est normal, certaines sont des téléspectarices. La première qui s’exprime porte queue de cheval et cardigan violet, elle déboule en direct du XVe arrondissement de Paris. Cette dame, sous des abords gentillets, tacle l’artiste invité au niveau du genou. Il est vrai que sa chansonnette ne casse pas trois pattes à un canard, mais après tout, son auteur et interprète est avant tout homme de radio. Le quidam ainsi visé est Jean-Louis Foulquier, pas si à l’aise au milieu de cette rangée de femmes bien alignées sur leurs chaises. Et, en direct, il chante sa bluette.  Le player du site de l’INA faisant des siennes (c’est habituel), vous pouvez retrouvez la chanson en question sur YouTube et retrouver l’extrait de l’émission en cliquant ici :