Collection 465

Le bassin d’Arcachon à marée basse au début de l’automne 2018

Publicités

Un morutier par hasard

Un petit bonheur de la vie l’après-midi, entre la fin des cours et des réunions qui n’en finissent pas, ça ne se refuse pas.
Suite à une course fort rapide dans la grande distribution du centre-ville, je décide de tester ma capacité de résistance à la chaleur en descendant sur les quais. Pas un poil d’ombre, mais un quatre-mâts goélette ravissant amarré au ponton d’honneur : le Santa Maria Manuela. Construit en 1937 et en un temps record (62 jours), ce navire taquina fort longtemps la morue sur les bancs de Terre-Neuve. Trop ringard pour poursuivre l’aventure, il cessa cette activité en 1993, puis fut restauré afin de se lancer dans le tourisme culturel. Aujourd’hui, à Bordeaux, il était possible de le visiter. J’en ai profité.

Collection 463

Le port du Château d’Oléron (été 2018)

Collection 460

Des sternes en Finlande

Photos prises à Helsinki et à Lahti en juillet 2018

Prendre le temps d’observer [1/2]

Ces vacances en Finlande m’ont rappelé quelque chose d’essentiel : il est important de prendre le temps d’observer la nature, calmement, sans bouger, juste regarder. L’histoire commence donc aux abords d’un lac d’Helsinki, où nous avions trouvé refuge pour contrer la chaleur ambiante (dois-je rappeler que l’Europe du Nord a crevé de chaud cet été, et moi avec ?). Les huîtriers-pies déambulent et mangent par deux. L’adulte a les pattes rouges, junior a les pattes noires, la famille est très très près, je zoome à peine, j’attends :

oiseaux-P1210434.jpg

Au même endroit, côté lac cette fois, une sterne explique à son petit qu’il devra désormais trouver sa tambouille tout seul, et le petit râle avec vigueur :

oiseaux-P1210450.jpg

Une sterne toujours, mais à Lahti, a chopé un poisson, mais n’en fait rien. Elle ne le mange pas d’emblée, peut-être est-il destiné à un jeune dans un nid bien caché ?

oiseaux-IMG_2408.jpg

Photos réalisées en Finlande en juillet 2018

Le pont des rêves

Quittons la Finlande un instant pour revenir en Charente-Maritime. Un petit pont sur un petit chenal du Château d’Oléron attire l’attention :

pont des rêves-P1210961.jpg

Ce petit pont sur le petit chenal a été renommé « le pont des rêves » (inauguration le 25 juin dernier en grande pompe et en soirée). Détournant l’idée bizarre des cadenas attachés aux ponts divers et variés des villes touristiques, les promoteurs du « Pont des rêves » en ont fait quelque choses de beaucoup plus doux et beaucoup plus drôle, et surtout sans aucun danger, ni pour le pont ni pour le chenal en dessous.

pont des rêves-P1210963.jpg

L’idée est simple : récupérer une coquille d’huître, y écrire son vœu via une encre végétale, et l’accrocher au pont avec une ficelle biodégradable. Le vœu peut être très concret :

pont des rêves-P1210951.jpg

La légende toute fraiche du pont dit que, une fois la ficelle biodégradée et l’huître tombée dans l’eau (ou la vase, tout dépend de l’heure de la marée), le vœu se réalise. Tous les vœux ? tous les vœux, oui, tous.

pont des rêves-P1210949.jpg

Photos réalisées en août 2018

Brouillard définitif sur le pont de Tolbiac

Il y a un peu plus d’un an, j’annonçai ici-même la fermeture totale et définitive du pont de Tolbiac (piqûre de rappel). Le vrai pont de Tolbiac, pas la copie parisienne. C’est-à-dire celui qui enjambe le chenal de la Baudissière à Dolus d’Oléron (enfin … qui enjambait).
Cette fois, c’est pire que dans le roman de Léo Malet : brouillard invisible mais bien là, clap de fin , le pont de Tolbiac n’est plus. Preuve en image, prise il y a quelques jours :

P1210238

Nous noterons que le chenal reste sublime, avec toujours ce même rafiot (Epopée Oléron) au milieu :

P1210239

Et puis, au-dessus de tout ça, un couple de serins cini qui papote sur un fil électrique :

P1210245