Brouillard définitif sur le pont de Tolbiac

Il y a un peu plus d’un an, j’annonçai ici-même la fermeture totale et définitive du pont de Tolbiac (piqûre de rappel). Le vrai pont de Tolbiac, pas la copie parisienne. C’est-à-dire celui qui enjambe le chenal de la Baudissière à Dolus d’Oléron (enfin … qui enjambait).
Cette fois, c’est pire que dans le roman de Léo Malet : brouillard invisible mais bien là, clap de fin , le pont de Tolbiac n’est plus. Preuve en image, prise il y a quelques jours :

P1210238

Nous noterons que le chenal reste sublime, avec toujours ce même rafiot (Epopée Oléron) au milieu :

P1210239

Et puis, au-dessus de tout ça, un couple de serins cini qui papote sur un fil électrique :

P1210245

Publicités

Le don de la jeunesse

bateau-P1210012.jpgEn polonais, « don de la jeunesse » se dit « Dar mlodziezy ». C’est aussi le nom d’un trois-mâts de près de 95 mètres de long, amarré dans le port de Bordeaux jusqu’à demain matin (il appareille vers 7 h 30 je crois). Cette visite a lieu dans le cadre d’un tour du monde fêtant le centenaire de l’indépendance polonaise.
Le Dar Mlodziezy, comme son sister ship Mir, est sorti des chantiers de Gdansk. Nous étions alors en 1982, année où lesdits chantiers ont commencé à beaucoup faire parler d’eux suite à l’action de monsieur Walesa, alors considéré comme dangereux trublion par les autorités communistes au pouvoir. De tous les voiliers construits à Gdansk, il fut le premier à quitter la Baltique et même à effectuer plusieurs tours du monde.
Mais pourquoi fut-il batisé « Don de la jeunesse » ? si j’ai bien compris la petite affichette qui présente le bateau à Bordeaux, ce navire a été financé par ce que nous appellerions aujourd’hui une opération de crowdfunding. En effet, ce sont des jeunes, notamment des étudiants, qui ont souhaité la construction de ce très beau bateau, et qui ont fait appel aux dons en juin 1978. Ceux-ci sont arrivés du monde entier. Quatre ans plus tard, le Dar Mlodziezy prenait la mer.

Collection 456

Collection 455

L’Etoile-Molène à Bordeaux, juin 2018

Des bateaux, du vin et des marins

Comme chaque année paire, Bordeaux fête le vin. Les quais sont offerts à la dégustation de multiples breuvages, et surtout, cette année en particulier, ils sont au cœur d’un rassemblement de navires hors normes, l’arrivée de la Tall Ships Regatta (autrefois appelée Cutty Sark). Une trentaine de très jolis bateaux ont ainsi ravi la vedette aux représentants du divin nectar, le public semblant davantage fasciné par ce qui se passait sur la Garonne que par les stands dédiés au vin. Voici quelques images des bateaux et, au passage, de quelques marins :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les équipages ont d’ailleurs défilé hier, lors d’une parade festive, en compagnie des confréries viticoles. Je me permets de vous livrer ici un petit montage vidéo :

Un soir de juin

C’est un soir plutôt calme après tant de jours de pluie. Un soir où les muses du Grand Théâtre prennent le soleil … :

juin-P1200678.jpg

… tandis que notre Flat Iron local brille presque de tous ses feux, à l’angle du cours du XXX Juillet et de l’allée de Tourny :

juin-P1200681.jpg

Un jour, enfin, où des mâts brillent du côté des quais, comme s’il y avait une fête sur la Garonne, allez savoir ce qui se trame de ce côté là … :

juin-P1200683.jpg

Photos prises à Bordeaux le 14 juin 2018

Tirer un trait sur la côte

Il y le vent, l’océan, les vagues, les grandes marées :

érosion-P1190216.jpg

Et puis aussi le réchauffement climatique qui fait monter la mer sur la terre. La mer grignote le sable, et ça va vite :

érosion-P1190239.jpg

Tellement vite que les arbres, racines à l’air, semblent plantés à l’envers :

érosion-P1190210.jpg

Puis les arbres tombent, les uns après les autres. Il n’y a plus rien pour retenir la dune :

érosion-P1190215.jpg

Ce sont donc les vagues, qui, en se répétant, sapent la dune. Et comme elle est fragilisée, la houle cogne encore plus fort. La dune qui était douce et ronde semble taillée à la hache, en ligne quasiment droite :

érosion-P1190230.jpg

Photos réalisées sur la plage de Vert Bois (Dolus d’Oléron) à la fin du mois de mars 2018