Collection 578

Collections (photos)

Une lune façon halloween

Le monde tel qu'il va, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Halloween est encore loin, mais la couleur orange, les ombres, les premiers curcubitacés d’automne sur les marchés, tout cela incite à la comparaison pour ne pas dire à la confusion. C’est aujourd’hui la pleine lune et elle est orange comme un Casimir. J’ai tenté la photo, forcément. Si le zoom x 60 a des qualités, il génère aussi du flou, forcément. Croyez-moi donc sur parole ou sortez sur votre balcon : ce soir, la lune a une bonne bouille de potiron.

La lune en mode citrouille – 21/09/2021

Quand le cormoran revient, l’automne n’est jamais loin

Nos amies les bêtes, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

C’est une constante des jardins urbains à Bordeaux : quand le frais se pointe et que les jours sont si courts qu’il faut songer aux loupiotes pour dîner dehors, le cormoran tend à s’installer dans les parcs et jardins, histoire de passer la saison froide au chaud : les parcs sont calmes, abondent en nourriture (à condition d’avoir un faible pour la carpe grasse et le poisson-chat dodu), et, sauf exception, les vents n’y soufflent pas en constantes bourrasques.
Aujourd’hui, j’ai vu deux de ces cormorans, bien plantés sur leurs branches d’altitude. L’automne doit donc être proche, après-demain je crois.

Un des deux cormorans vus à Bordeaux le 20/09

Photo de la semaine du 13 au 19 septembre 2021

Photo de la semaine

Temps clair, transbordeur en vue

Oléron-petipatapon, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Je ne m’en lasse pas, au risque de radoter, mais qu’importe : dès que je déambule sur le port du Château d’Oléron, je cherche au loin le pont transbordeur de Rochefort. C’est facile, il est juste derrière le clocher de Moëze qui sert d’amer. Un classique, en somme. Et hier, comme souvent, il était bien net.

Coup d’œil nocturne sur le Grand Théâtre

Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Un soir de fin d’été, et même un début de nuit. Il fait encore très doux à Bordeaux. Déambulant sur la place de la Comédie, je prends quelques secondes pour me souvenir que le Grand Théâtre est joli.

Collection 577

Collections (photos)

Quand Sauvchouri ne fait pas le job

Nos amies les bêtes, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Tous les soirs, toutes les presque nuits, on la guette et on l’encourage : Sauvchouri la chauve-souris sillonne les jardinets et, en rase-motte, dégomme les moustiques. L’ordinaire et le tigre, tout y passe. Sauvchouri la chauve-souris œuvre pour nous sortir de la mouise qui gratte et qui démange.
Mais ce soir, peut-être parce-qu’il y a eu de l’orage, ou parce-que mardi c’est relâche, Sauvchouri ne s’est point montrée, et par les moustiques nous seront piqués.

Sauvchouri la chauve-souris

Photo de la semaine du 6 au 12 septembre 2021

Photo de la semaine

Bordeaux en noir et blanc [12]

Bordeaux en noir et blanc, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Les bisous du biset

Nos amies les bêtes, Promenons-nous dans les bois, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Le pigeon biset, c’est le pigeon des villes, le plus courant et roucoulant, celui que certains maudissent, celui qui n’a peur de rien, pas même des humains, celui à qui la mamie du cinquième donne des graines alors qu’on lui a dit et répété qu’il ne fallait pas.
Le biset est aussi un oiseau tendre et délicat, qui bisouille affectueusement sa promise après (ou avant ?) lui avoir fait la cour en bombant le torse et en dressant ses plumes caudales façon paon.

Les bisous du biset – Bordeaux – Septembre 2021

Visages marqués

Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée, Un peu d'art dans un monde de brutes

Ce sont trois profils féminins identiques, figés sur un mur triste du côté du quai des Chartrons à Bordeaux. Je les ai vus dans l’été, mais peut-être sont-ils là depuis longtemps. Trois visages marqués du sceau de marques connues, dénonçant ainsi le poids des firmes multinationales sur nos vies ordinaires. J’ignore qui en est l’auteur.

Collection 576

Collections (photos)

Photo de la semaine du 30 août au 5 septembre 2021

Photo de la semaine

Bordeaux en noir et blanc [11]

Bordeaux en noir et blanc, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Il était un petit navire sur une petite rivière dans un petit jardin

Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Le Jardin Public de Bordeaux est un de ces jardins urbains typiques de son époque, avec pelouses bien tondues et attractions pour les enfants : le guignol (mercredi, week-end et vacances scolaires) et son petit bateau qui va sur l’eau pour un mini-tour de mare, entre carpes et canards.
Le fameux bateau, nommé « Le Petit Mousse », était tellement usé, tellement rongé à l’os, qu’il a du cesser tout transport de passager en 2005. Il a même ensuite été retiré de l’eau et est aujourd’hui exposé dans un musée local. Mais des accros du rafiots et autres amoureux de Bordeaux ont œuvré pour qu’une réplique soit construite et mise à l’eau.
Le nouveau petit bateau, nommé « Va Petit Mousse », ressemble comme deux gouttes d’eau au « Petit Mousse », mais il est électrique et sa coque est en résine, grâce aux bons soins du chantier Dubourdieu, qu’il l’a construit, et du guide touristique Yves Simone, bien connu des Bordelais, qui a porté le projet. Il a été mis à l’eau mi-juillet.

Pré-rentrée ? validée

Je suis prof mais je me soigne, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Posons d’emblée une info importante : le sous-chef de mon bahut, depuis un an, est un ancien prof. Un vrai. Il connait les contraintes, les attentes, bref, il connait le métier. Et, cette année, non seulement il nous a concocté des emplois du temps conformes à nos vœux (en ce qui me concerne : jamais finir tard), mais il nous les a fait parvenir en avance de phase par mail. Ce qui fait que cette pré-rentrée ne fut pas parasitée par l’attente desdits emplois du temps (qui fait que nous n’écoutons rien des discours cheffesques) ni par le stress générée par cette attente (j’ai enfin bien dormi une veille de pré-rentrée, une première en presque trente ans !), ni par la digestion dudit emploi du temps puisqu’elle fut effectuée au week-end dernier (je pêchais alors la quantité de palourdes autorisée par la loi, m’offrant gratuitement une thalasso des doigts de la main gauche dans la vase salvatrice de l’île d’Oléron). Toutes les conditions étaient donc requises pour que la journée se passe fort bien, malgré l’ombre malveillante d’un Blanquer tapi dans l’ombre.
Puis vinrent les réjouissances, le « cocktail déjeunatoire », comme dit cheffe. Et vous savez de quoi nous avons parlé, avec les collègues ? de la Charente-Maritime. Intel a trouvé qu’il avait plu à Ronce-les-Bains, unetelle a déambulé entre Charron et Marans, une-autretelle a bronzé dans la presqu’île d’Arvert, sans parler de celles et ceux qui ont pataugé dans La Rochelle ou à Châtelaillon en même temps que moi. Une bonne journée, en somme, même s’il reste le plus dur à assurer : des cours solides face à de jeunes gens tout beaux tout frais. Bonne rentrée à tous et à bientôt sur nos ondes.

Des élèves avides de connaissances – Source : Image par 14995841 de Pixabay

Collection 575

Collections (photos)

Un estivant : le vulcain

Nos amies les bêtes, Oléron-petipatapon, Promenons-nous dans les bois, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

L’estivant est cet humain migrateur qui quitte son domicile quand les beaux jours se pointent pour aller se dorer la pilule ailleurs, puis qui, bronzage réussi, rejoint ses pénates. Le papillon vulcain est, à sa manière, une sorte d’estivant : au printemps, il quitte l’Afrique du Nord pour se diriger vers l’Europe. Une fois le détroit de Gibraltar franchi, il met soit le cap au nord (on le retrouve jusqu’en Angleterre) soit vers le nord-est, où il longe alors l’A9 et l’A7 à l’inverse des estivants humains. Le vulcain passe ensuite l’été dans les fraiches (ou pas) forêts européennes, mais aussi dans les jardins. C’est un papillon courant et pourtant méconnu : pourquoi migre-t-il (et, plus généralement, pourquoi d’autres papillons en font autant) ? pourquoi ne se contente-t-il pas de butiner les fleurs et raffole-t-il des fruits bien mûrs et même pourris ? pourquoi pond-il dans les orties ?

Un vulcain sur l’île d’Oléron en pleine saison touristique – Août 2021

Photo de la semaine du 23 au 29 août 2021

Photo de la semaine

Remonter en flèche pour la dernière fois

Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Pour la dernière fois avant cinq ans, durée des travaux de la flèche St-Michel à Bordeaux ; travaux qui commencent bientôt. C’est donc, sinon la ruée vers l’or, la ruée vers le panorama des rues vues du dessus. Du pont de pierre aux tours jumelles de la cité administrative, du quartier du Grand Parc au marché des Capucins, toute la ville est enfin visible d’en haut, ce qui n’est pas si simple à Bordeaux (altitude moyenne : 19 m).

Bordeaux en noir et blanc [10]

Bordeaux en noir et blanc, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Mascarons nantais

Made in BZH

Si les façades des quais de Bordeaux sont connues pour leurs mascarons représentant des personnages divers, la ville de Nantes n’est pas en reste. À ce titre, il n’est pas inutile de rappeler que les deux villes ont bâti une large partie de leur fortune sur la traite négrière, que ces fortunes, au XVIIIe siècle, ont permis la construction d’immeubles élégants, et ornés des fameux mascarons. Les photos ci-dessous ont été prises il y a peu dans la rue Kervégan :

Vers les antennes, les pieds ! Vers les antennes !

Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée, Un peu d'art dans un monde de brutes

Allez, on s’étire, on se tournoie, on se plie, on se contraint. Faut faire du sport, remuscler les abdos, déconfiner la masse musculaire. Faut sporter urbain pour se porter bien. HHHHune DDDDeux ! HHHHune DDDDeux ! Et on tend bien ses pieds vers ses antennes, tout le monde, même toi. On gire, on vire, on contorsionne, on obéit à la règle et on se plie de rire face aux petits panneaux, du côté de la place St-Michel à Bordeaux.

La vieille ville du Mans

Il y a une vie en dehors de Bordeaux

On n’y pense pas souvent, ce n’est pas un hot spot touristique, mais la ville du Mans (à une heure de Paris par TGV) regorge de quelques vieilles rues et bâtisses qui ne manquent pas d’intérêt, même par ciel un peu gris comme c’était le cas aujourd’hui.

Quand une acidalie rencontre une autre acidalie

Nos amies les bêtes, Promenons-nous dans les bois, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Quand une acidalie rencontre une autre acidalie, pour peu qu’elles soient de sexe opposé, elles positionnent leurs postérieurs de façon adéquate, et en avant guingamp ! Du moins est-ce l’interprétation plausible de ce que j’ai pu observer aujourd’hui même dans mon jardin sur les feuilles de belles de nuit :

L’acidalie campagnarde, puisque tel est son nom, est un minusculissime papillon, pas farouche pour deux sous (l’objectif le touchait presque). Les deux spécimens étaient-ils en phase peace and love ? Pas facile à définir. De plus, ce papillon semble être une espèce nocturne. En plein jour, les papillons de nuit attendent que le temps passe …

Coup d’œil matinal sur Mornac

Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

C’était un de ces matins de juillet où l’on se disait que l’averse n’allait pas tarder, mais la lumière était si belle que ça valait le coup de flâner en route. La flânerie nous amena sur les presque rives de la Seudre, ce petit fleuve qui borde la presqu’île d’Arvert au nord, en Charente-Maritime. Mornac-sur-Seudre bénéficie du label décerné aux « plus beaux villages de France », et j’y ai surtout retenu ce très joli chemin portuaire qui mène du bourg proprement dit à la Seudre, avec ses carrelets et ses cabanes colorées. Un lieu paisible en ce matin d’avant la pluie, car pluie il y eut un peu plus tard, je le confirme.

Bordeaux en noir et blanc [9]

Bordeaux en noir et blanc, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

L’été sera eau

La mer et ses poissons, Oléron-petipatapon, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Qu’il est loin le temps où Eric Charden chantait L’été sera chaud ! Cet été 2021, il faut le dire, fait dans l’humide, le mouillé, le trempé, le venté même à l’occasion, du moins dans la moitié ouest de la France. Les esprits chagrins, qui ne voient dans l’océan que la plage pour la bronzette, sont forcément déçus et parlent d’été pourri.
Et pourtant, s’ils étaient un peu observateurs, ces esprits chagrins pourraient relever que, près de l’océan du moins, le temps change plusieurs fois au cours de la journée, au gré des changements de marée. Lors de l’inversion de celle-ci, il n’est pas rare qu’un coup de vent pluvieux nous tombe sur le coin du nez, mais quelques minutes plus tard, il peut faire beau à nouveau. Ou pas. Mais résister quelques minutes sous la pluie vaut souvent le coup. C’est d’ailleurs ce que comprennent celles et ceux qui, sur la plage, attendent sagement que celle-ci se vide de ses baigneurs effarouchés par l’ondée pour profiter du sable et de l’océan quelques minutes plus tard.

Une plage de l’île d’Oléron se vidant d’une grande partie de ses baigneurs lors de l’averse de l’inversion de marée – Photo réalisée en juillet 2021

Une petite phrase en passant

Une petite phrase en passant

Petite phrase entendue ce midi sur FIP :

« Le rire, c’est comme les essuie-glace ; ça n’arrête pas la pluie mais ça permet d’avancer »