Echos locaux (mardi 22 août 2017)

  • Je sors de table (13 h et quelques) et donc je parle tambouille. Normal. Le jambon d’Auvergne (avec sa pointe d’ail) a obtenu son IGP en 2015, ce qui le porte au même rang que le Bayonne (IGP depuis 1992). Il fait sa pub dans La Montagne. Dans le même temps, suite à un printemps glacial puis un début d’été odieusement chaud, les vendanges commencent ou sont sur le point de commencer un peu partout. Bordeaux n’est pas en reste, mais mon regard se porte aujourd’hui sur le sud des côtes du Rhône : hier, les blancs ont commencé à être cueillis en Gigondas, Tavel, Châteauneuf-du-Pape, etc. (Le Progrès de Lyon).
  • Puisque c’est l’été et donc, pour bon nombre de mes contemporains, c’est un temps de vacances, certains d’entre eux tentent le couple plage-baignade, y compris sous des latitudes un chouia septentrionales : nous sommes dans la région Hauts-de-France (je ne me ferai jamais à ce nom), et les plus téméraires bronzent et font trempette tout nus. Pas facile, mais pas pour des raisons climatiques (26°C à Berck, c’est jouable) : deux plages seulement l’autorisent, une à Berk (Pas-de-Calais) et une dans la Somme. Et encore ça chouine dans les parages. C’est que ça doit pas être très moral, tout ça (La Voix du Nord).
  • Avez-vous l’esprit joueur ? si c’est le cas, rendez vous en Charente-Maritime, plus précisément à Corme-Royal. Non seulement la région est magnifique (les clochers romans de Saintonge, la vallée de la Seudre, les îles, …) mais on peut s’y baigner (à poil ou pas) dans plusieurs endroits. Une fois tous ces loisirs épuisés, en fin de semaine, vous pourrez participer à un loto-bouse : pour tout savoir sur cette tradition, plus habituelle dans les régions du nord parait-il, lisez Sud-Ouest.
Publicités

Relooking

Parlons peu, parlons blog. J’ai entamé des travaux de relooking de l’annexe : les tapisseries sont posées et il y a désormais plus de place pour les images. Car cette annexe ne comporte que des photos, sans un mot. Je vais essayer de la mettre à jour un peu plus régulièrement. Pour vous y rendre, cliquez ici.

Des oiseaux dans la ville : janvier 2017

Avant la vague de froid qui a transformé les jardins et les humains en glaçons, le martin-pêcheur (ci-dessous à gauche) et le faucon crécerelle (ci-dessous à droite) ont confirmé leur présence dans l’agglomération bordelaise :

1

Puis le froid vint …, et arriva avec lui une petite nouvelle dans le jardin, la fauvette :

2p1090338-jpg

Il fut aussi possible de voir parfois le chardonneret :

2p1090321-jpg

Le rougegorge gonfla ses plumes du mieux qu’il put pour conserver la chaleur :

3p1090346-jpg

Les mouettes ne parurent pas le moins du monde gênées par la couche de glace sur les mares diverses et variées :

4p1090364-jpg

Néanmoins, depuis quelques jours et indépendamment du redoux qui s’affirme (15°C cet après-midi), des signes de printemps apparaissent. Certains passereaux commencent à jouer à « vole après moi que je t’attrape », et quelques mouettes rieuses arborent déjà le plumage noir facial qui indique l’entrée dans la saison peace and love :

5p1090540-jpg

 

 

Et elle fut nommée « Côte d’Argent » …

p1090500Nous sommes en 1905. Le journaliste bordelais Maurice MARTIN propose que le littoral qui s’étend de Royan jusqu’au Pays Basque porte le nom de « Côte d’Argent ». C’est d’ailleurs pour cela que l’homme est connu, alors que ses étude de commerce et ses débuts dans le négoce du vin le destinaient à une toute autre forme de célébrité, du moins a priori.
Le fait de donner une couleur aux côtes françaises est alors dans l’air du temps : c’est la Côte d’Azur qui a ouvert le feu en 1887, suivie de la sublimissime Côté d’Emeraude en 1894.
Cette appellation couvre aujourd’hui une zone plus petite qu’en 1905 : la région de Royan se nomme Côte de Beauté depuis 1931, quant à la Côte Basque, elle se nomme … Côte Basque !
En déambulant du côté du Bassin d’Arcachon aujourd’hui, alors que la marée avait apporté le presque beau temps pour le reprendre à peine six heures plus tard, j’ai bien compris que cette expression de Côte d’Argent était pertinente. La luminosité était telle que même le nom de Côte de Mercure aurait pu être adéquat, mais c’est sans doute moins glamour.

p1090501

Source : Wikipédia
Photos : Bassin d’Arcachon, 28/01/17

Un bateau de bande-dessinée

P1040277Le site Bordeaux-tourisme.com le définit comme « un navire de tradition tout droit sorti des Aventures de Tintin et Milou ». Il est vrai qu’avec sa belle coque rouge et sa cheminée jaune, le Marco Polo (site web) a un petit côté « cartoon » qui met de bonne humeur.
Ce bateau, d’un peu plus de 33 m de long, est sorti d’un chantier naval suédois en 1960. Il a effectué du nombreuses croisières dans la mer Baltique pour une compagnie est-allemande puis pour une compagnie allemande tout court après la réunification. Racheté par la compagnie bordelaise « Navires et Châteaux » en 2013, il a eu droit à un très gros lifting dans les chantiers polonais de Gdansk avant d’effectuer son voyage jusqu’à la Garonne.
Désormais, c’est un bateau consacré à la balade fluviale. Il peut accueillir jusqu’à 150 personnes, soit en accès individuel (dîner-croisière en été, croisière-jazz, soirée dégustation, …) soit par groupes (comités d’entreprises par exemple). Dans tous les cas, il démarre du ponton Montesquieu, en rive droite.

P1040501

Photos : juin 2016