Une petite phrase en passant [6]

« … [elle] l’avait regardée avec ces yeux d’adultes qui vous ont talqué les fesses quand vous étiez une bambine, elle s’était retenue de dire « je t’ai connue haute comme ça » ou « comme le temps passe comme tu as grandi », mais son expression disait quand même tout cela, parce-que ça reste une énigme, pour les adultes, que des machins qui se trainaient à quatre pattes en suçant des tétines puissent se transformer en si peu de temps en semi-monstres qui chaussent du 42. »

Virginie Despentes, Vernon Subutex, tome 1, 2015

Publicités

Une petite phrase en passant [5]

« L’homme a créé des dieux ; l’inverse reste à prouver. » (Serge Gainsbourg)

Une petite phrase en passant [4]

« L’argent des riches est plus efficace que celui des pauvres, qui permet rarement de résoudre quoique ce soit. Quand un pauvre essayer de régler quelque chose avec de l’argent, il le perd. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est pauvre ».

Arto Paasilinna, La cavale du géomètre, 1994 (1998 pour la traduction française)

Une petite phrase en passant [3]

« Il ne faut pas confondre les cons avec les crétins, qui est une forme pathologique. La connerie est une forme de luxe : on choisit d’aller emmerder le monde. »

Phrase de l’historien Antoine de Baeque citée par Quentin Périnel,
« Psychologie de la connerie sur votre lieu de travail »,
Le Figaro, 20 novembre 2018

Une petite phrase en passant [2]

J’suis pas malin j’ai des excuses
Je viens de cette époque étrange avec 3 chaînes à la télé
Et puis des TGV oranges
Du coup dans ma génération on est pas toujours très très fin
On en demande pas trop à qui a grandi devant TF1

Alexis HK – Extrait de la chanson « Salut mon grand », de l’album Comme un ours, octobre 2018

Une petite phrase en passant [1]

« Si Galilée, Darwin, Spinoza, Pasteur, Einstein et tant d’autres avaient été de grands mondains écumant les afters au petit matin, après avoir dansé toutes les nuits comme des endiablés, nous en ­serions encore à gratter les silex sous la pluie… »

Dr David Gourion, dans une interview au journal Le Monde le 2 octobre 2018