Que fait le martin-pêcheur quand il ne martin-pêche pas ?

Le job essentiel de cette flèche bleue est de pêcher de petits poissons dans l’eau transparente (sinon, il ne les voit pas et ne sait où piquer du bec pour choper la proie). En dehors de cela, le martin-pêcheur peut se chercher une martine, avec qui il fera un nid, ou plutôt un terrier à même le sol, afin d’y accueillir la couvée, qui quittera le home sweet home à l’âge d’un mois à peine. Mais il peut aussi prendre soin de son corps, comme le prouve cette vidéo muette, capturée hier bien à l’abri derrière la vitre d’un des observatoires de la Réserve naturelle du marais de Bruges :

Ce bon vieux Bélem

Bon parce-que je l’aime bien, ce "fameux trois mâts". Vieux parce-que 118 ans, ce n’est pas donné à tous les rafiots. Il a l’air d’aller bien, notre Bélem, qui nous rend visite au-moins une fois par an. Au ponton d’honneur de Bordeaux jusqu’à lundi matin, profitez-en !

Photos réalisées le 15 août, après la dernière averse de la journée (ou avant-dernière, je ne sais plus)

R2D2, passe-moi le sel !

screenshot_01Les androïdes de Star Wars, dont le rigolard R2D2 aux couinements si expressifs, ne sont plus du tout du domaine de la science fiction. Dimanche dernier, L’Huma signalait ainsi le remplacement d’ouvriers par des robots chez Foxconn, en Chine. Le robot revient moins cher, ne réclame pas de pause pipi, et ne se met pas davantage en grève.
Restons en Chine, où des robots, nous apprend aujourd’hui Le Monde, remplacent désormais le personnel d’un restaurant. Ce sont des androïdes qui font la cuisine, des maousses costauds à qui tu n’as pas intérêt à dire que la tambouille n’est pas bonne : les ampoules rouges qui clignotent à la place des yeux, ça fait peur. Les androïdes qui accueillent les clients et qui servent en salle sont, sinon plus sexy, du moins bien élevés. Il y a quand même quelques humains dans le lot, chargés de la préparation des plats sophistiqués. Allez savoir pourquoi, je ne peux pas m’empêcher de penser à ce vieux film, L’Aile ou la cuisse, avec De Funès et Coluche …

Un pigeonnier anti-pigeons

Nous voilà avec un pigeonnier municipal, qui porte un nom occitan, ça fait joli. A l’entrée de la plaine des sports St-Michel, sur les bords de la Garonne, ledit pigeonnier remporte a priori un certain succès auprès des oiseaux concernés.
C’est un pigeonnier expérimental et contraceptif, nous apprend Sud-Ouest, installé là depuis juin. Le but est de limiter la natalité des pigeons, et donc le volume de cacas sur les pavés, les bâtiments voire les têtes des passants. La contraception est réalisée à la main, par des agents municipaux chargés de secouer les œufs façon cocktail. Expérimental, on vous dit !

pigeonnier

Tenue de camouflage pour composteur

La boite à compost, c’est tip-top. D’abord, ça te permet de réduire de manière importante le volume de tes déchets, puisque tout ce qui est végétal (ainsi que coquilles d’œufs et marc de café) finit in the box et non plus dans la poubelle. Ensuite parce-que, les petits vers faisant bien leur boulot, tu récupères une terre bien riche bien bonne pour tes plantes. Les tomates vont bien, merci. Les poivrons, piments et herbes aromatiques aussi.
Mais parfois, on peut se dire que la boite, cette brave caisse en bois, n’est pas bien jolie. Et c’est là que le hasard fait bien les choses : parmi les déchets du jardinage délicatement versés dans la boite, il y avait des graines de belles de nuit, qui ont germé, poussé puis fleuri entre les lattes de bois :

camouflage