VAN 2014 [4/5]

Mètre à ruban
LILIAN BOURGEAT
Ile de Nantes

Voici une œuvre pérenne, comme il s’en ajoute chaque année. Le mètre à ruban du dijonnais LILIAN BOURGEAT orne la cour d’un immeuble depuis déjà un peu plus d’un an.
LILIAN BOURGEAT a pour spécialité le surdimensionnement d’objets du quotidien, comme des bottes en caoutchouc plus grandes que des humains, des salons de jardin nous faisant ressembler à des liliputiens, et donc ce fameux mètre à ruban :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

VAN 2014 [3/5]

Résolution des forces en présence
VINCENT MAUGER
Place du Bouffay – Nantes

Artiste plasticien né à Rennes en 1976, VINCENT MAUGER vit et travaille à Nantes. Il semble donc aller de soi qu’une de ses œuvres fasse partie du Voyage. Très inspiré par l’art numérique qui lui permet d’imaginer des formes, VINCENT MAUGER utilise des matériaux simples pour réaliser ses gigantesques sculptures, dont il laisse volontairement les éléments de construction apparents : ici, on voit très nettement les fixations métalliques des pieux de bois.
La sculpture présentée sur la place du Bouffay est anxiogène par son titre, très guerrier, et par sa forme : les pieux bien piquants, bien réguliers, façon arme que rien ne peut arrêter. Quel que soit l’angle sous lequel on la regarde, on se sent agressé, minuscule petit humain dans un monde trop brut.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

VAN 2014 [2/5]

1Nantes.JPGUne cabane dans les douves

Dans les douves du Château des Ducs de Bretagne, le sculpteur américain PATRICK DOUGHERTY a réalisé une gigantesque cabane labyrinthique en branchages. Une fois passée l’entrée un peu patouilleuse de ladite cabane (l’été 2014 est orageux, c’est ainsi), on déambule entre les branches, passant de porte en porte, montrant le museau à la fenêtre, comme des gamins dans la forêt.
La réalisation elle-même a été effectuée par 15 personnes, dont l’artiste, qui se sont relayées pendant près de trois semaines afin que le tressage de cette surprenante cabane soit achevée pour le 27 juin, jour de l’ouverture du VAN 2014.

à cliquer :

2P1450798.JPG

VAN 2014 [1/5]

Comme chaque été désormais, le Voyage à Nantes (VAN pour les intimes) offre une virée ludique (mais pas que …) dans l’agglomération nantaise, jusqu’au 31 août pour les œuvres temporaires. Les œuvres pérennes, comme leur nom l’indique, restent en place définitivement et sont même parfois là depuis longtemps : c’est le cas des anneaux de Buren ou de l‘arbre à basket, près du célèbre éléphant des Machines de l’Île, mais aussi du mètre-ruban, dans le même quartier, que je présenterai un de ces jours.
Comme je le disais hier ici-même, les œuvres de cette année sont largement tournées vers le jeune public. Les enfants peuvent retrouver les créations de CLAUDE PONTI au Jardin des Plantes, s’éclater dans un bain de baballes au pied de la grue jaune (Balapapa), mais aussi jouer au footcheball dans une sorte de cage en bois plus proche du poulailler que du stade Maracana :

footcheball

Dans le square Mercœur, KINYA MARUYAMA a créé une aire de jeux sur le thème des monstres marins :

aire de jeux

Le VAN 2014 est aussi l’occasion de visiter une expo particulièrement originale à l’école d’architecture, consacrée à l’histoire de la chaussure. Elle présente notamment des créations délirantes et totalement impossibles à porter, ainsi qu’un chausson rose et blanc, une bonne vieille charentaise … de pointure 100 !

Un léger vent de folie

La ville de Nantes, chaque été, s’offre un voyage artistique et généralement assez ludique, qui, cette année, est largement tourné vers le jeune public. En marge de ce Voyage à Nantes, des rues s’offrent un léger lifting temporaire. C’est ainsi le cas, à deux pas de la cathédrale, de la rue du maréchal Joffre : une rue cul-par-dessus-tête pour amuser le passant. Les enseignes sont à l’envers… :

nts P1450693.JPG

… et les voitures aussi :

nts P1450695.JPG

nts P1450700.JPG

Les deux voitures en question ont été enlevées lundi dernier, peut-être parce-qu’elles servaient de terrain de jeu à des imbéciles qui y gravaient des mots pas polis.

Dans le même esprit, quoique de manière plus discrète, une petite rue proche de la place du Bouffay a coiffé ses enseignes de perruques, en particulier la boucherie-charcuterie :

nts P1450819.JPG

nts P1450821.JPG

nts P1450823.JPG