Fipette, mon amie …

Fipette, mon amie,

Tu as changé bien sûr, depuis le temps que je te connais. J’ai découvert ta voix à Nantes à ta naissance, ce qui ne nous rajeunit ni l’une ni l’autre. J’étais gamine et tu annonçais déjà les spectacles locaux, en douce, entre deux morceaux d’une musique intelligente, drôle, séduisante, et surtout bougrement jazzy.
Puis je t’ai connue, chère Fipette, à Paris, puis à Bordeaux. Tu n’avais pas tout à fait les mêmes intonations et, à l’heure des infos routières, le rond-point de La Gardette avait remplacé le triangle de Roquencourt. Et, coincés dans les embouteillages, tes auditeurs vibraient sur du jazz manouche ou fredonnaient « Le coq et la pendule ».
Aujourd’hui j’apprends que, par souci de garder du brouzouf, par crainte de dépenses prohibitives (mais tu ne coûtes rien, Fipette, tu es si douce et si discrète, on ne peut pas faire d’économie sur ton dos), par crainte de dépenses, disais-je, la reine-mère Radio France veut te sucrer le micro : les trois dernières antennes régionales de FIP (Nantes, Strasbourg, Bordeaux) sont vouées à la disparition pure et simple au profit de FIP Paris, déjà diffusée un peu partout.
1Et cela me déplait profondément. Depuis le temps que l’on déambule ensemble, moi dans la voiture et toi de l’autre côté du poste, on se connait, forcément, ça crée des liens. Il est donc totalement inenvisageable, chère Fipette, que tu me lâches les oreilles. Et c’est pour cela que j’invite les blogonautes habitués et de passage à signer la pétition ad hoc.

Sur le Bassin d’Arcachon

« Sur » au sens d' »au-dessus », comme en avion mais pas vraiment, quoique si un peu quand même. L’avis de tempête (alerte rouge) risque de nous éloigner du Bassin demain, mais pas question de ne pas admirer ce si bel endroit. Ce soir ? de nuit ? avec le temps de chien qu’il fait ? que nenni. C’est l’ordi sur les genoux, eux-mêmes sur le canapé du salon, que je déambule, en avion s’il vous plait. Vol Air France reliant Casablanca à Roissy, grâce à Flightradar24, qui permet un vol presque en temps réel. Il suffit, une fois sur le site (flightradar24.com) de cliquer sur l’avion de son choix, puis sur la minuscule icône « 3D » dans la fenêtre à gauche. Et c’est parti … Il y a moins de dix minutes, le Casablanca-Roissy était là  et c’était joli :

capture-decran-2017-02-03-a-18-55-04

Des oiseaux dans la ville : janvier 2017

Avant la vague de froid qui a transformé les jardins et les humains en glaçons, le martin-pêcheur (ci-dessous à gauche) et le faucon crécerelle (ci-dessous à droite) ont confirmé leur présence dans l’agglomération bordelaise :

1

Puis le froid vint …, et arriva avec lui une petite nouvelle dans le jardin, la fauvette :

2p1090338-jpg

Il fut aussi possible de voir parfois le chardonneret :

2p1090321-jpg

Le rougegorge gonfla ses plumes du mieux qu’il put pour conserver la chaleur :

3p1090346-jpg

Les mouettes ne parurent pas le moins du monde gênées par la couche de glace sur les mares diverses et variées :

4p1090364-jpg

Néanmoins, depuis quelques jours et indépendamment du redoux qui s’affirme (15°C cet après-midi), des signes de printemps apparaissent. Certains passereaux commencent à jouer à « vole après moi que je t’attrape », et quelques mouettes rieuses arborent déjà le plumage noir facial qui indique l’entrée dans la saison peace and love :

5p1090540-jpg