Echos locaux (mardi 22 août 2017)

  • Je sors de table (13 h et quelques) et donc je parle tambouille. Normal. Le jambon d’Auvergne (avec sa pointe d’ail) a obtenu son IGP en 2015, ce qui le porte au même rang que le Bayonne (IGP depuis 1992). Il fait sa pub dans La Montagne. Dans le même temps, suite à un printemps glacial puis un début d’été odieusement chaud, les vendanges commencent ou sont sur le point de commencer un peu partout. Bordeaux n’est pas en reste, mais mon regard se porte aujourd’hui sur le sud des côtes du Rhône : hier, les blancs ont commencé à être cueillis en Gigondas, Tavel, Châteauneuf-du-Pape, etc. (Le Progrès de Lyon).
  • Puisque c’est l’été et donc, pour bon nombre de mes contemporains, c’est un temps de vacances, certains d’entre eux tentent le couple plage-baignade, y compris sous des latitudes un chouia septentrionales : nous sommes dans la région Hauts-de-France (je ne me ferai jamais à ce nom), et les plus téméraires bronzent et font trempette tout nus. Pas facile, mais pas pour des raisons climatiques (26°C à Berck, c’est jouable) : deux plages seulement l’autorisent, une à Berk (Pas-de-Calais) et une dans la Somme. Et encore ça chouine dans les parages. C’est que ça doit pas être très moral, tout ça (La Voix du Nord).
  • Avez-vous l’esprit joueur ? si c’est le cas, rendez vous en Charente-Maritime, plus précisément à Corme-Royal. Non seulement la région est magnifique (les clochers romans de Saintonge, la vallée de la Seudre, les îles, …) mais on peut s’y baigner (à poil ou pas) dans plusieurs endroits. Une fois tous ces loisirs épuisés, en fin de semaine, vous pourrez participer à un loto-bouse : pour tout savoir sur cette tradition, plus habituelle dans les régions du nord parait-il, lisez Sud-Ouest.
Publicités

Collection # 261

Sorgue transparente
L’Isle-sur-la-Sorgue, 24 août 2014

sorgue

Trace d’un séisme

La Provence est une des régions les plus sismiques de France métropolitaine. Le dernier tremblement de terre majeur y a eu lieu en 1909, il n’y a donc plus de témoin pouvant en parler aujourd’hui. Mais, il y a 103 ans, on faisait déjà des photos : cliquez ici pour voir ce qu’il est resté du village de Lambesc, épicentre du séisme.

De magnitude 6,2, il fut presque aussi fort que le bien plus récent séisme italien de L’Aquila. Il tua 46 personnes, en blessa des centaines d’autres, et, en ce soir du mois de juin 1909, fit des dégâts jusqu’à Aix-en-Provence, à une vingtaine de kilomètres. Si un même séisme avait lieu aujourd’hui au même endroit, il tuerait au-moins vingt fois plus de personnes, la densité de population ayant considérablement augmenté dans le sud-est de la France.
Ce séisme a laissé des traces encore bien nettes, notamment dans l’abbaye cistercienne de Sénanque, près du touristissime village de Gordes. La voûte de l’ancien dortoir des moines présente ainsi une aspérité manifestement non prévue lors de la construction initiale :

Exuvie

Ce qu’il y a de bien, avec les vacances, c’est qu’on apprend des choses nouvelles : le goût du currywurst à Berlin, celui du « vino de la casa » à Rome, et, quand on pense à autre chose que se remplir la panse, on enrichit son vocabulaire. De retour de quelques jours en Provence, je viens d’apprendre le mot « exuvie ». Il s’agit de l’enveloppe qui abrite la cigale entre le moment où elle sort de terre et celui où elle prend son envol afin d’assourdir tous les humains de passage (aucun insecte, à ma connaissance, n’est plus casse-tympan) et, accessoirement, de se reproduire. L’exuvie de la cigale ressemble à ça :

Une poche presque transparente ayant la forme de l’animal, mais largement trouée sur le dos : c’est par là qu’est sortie la bête, un peu façon « Alien ». Après ses cinq années en moyenne passées sous terre, la cigale se décide en effet à chanter tout un été. L’ultime année de sa vie se passe en plein air, et puis, après avoir pondu un nombre conséquent d’oeufs, la bête meurt dans un râle stupide, tuée par la morale de cette rabat-joie de fourmi.

—> A cliquer :