L’or bleu du pays de cocagne

pastel P1350896C’est une plante assez banale au demeurant, aux fleurs jaunes qui prolifèrent, façon mauvaises herbes au premier coup d’œil. Des feuilles de cette plante fut longtemps extraite une teinte bleue exceptionnelle : le pastel.
Le pastel, qui est aussi le nom de cette plante, fit la fortune d’une région située entre Toulouse, Albi et Carcassonne, du milieu du XVe au milieu du XVIe siècle, puis il a été supplanté par l’indigo importé d’Inde. Le pastel a connu une nouvelle mais très brève phase de succès au tout début du XIXe siècle, lorsqu’il a été utilisé pour teindre les uniformes de l’armée de Napoléon Ier.
Pour transformer les feuilles en teinture, il fallait les cueillir à la main pendant l’été, et les broyer dans une meule, afin de former des petites boules appelées « coques » ou « cocagnes ». D’où le nom « pays de cocagne » pour désigner cette partie du sud-ouest, qui, par extension, a pris le sens que l’on sait. La cocagne était ensuite travaillée pendant quatre mois afin de pouvoir être utilisée par les teinturiers.
Actuellement, quelques timides tentatives visent à réintroduire la culture du pastel, notamment dans le Gers et dans la Somme.

pastel P1350900

Photos réalisées dans le Jardin Public de Bordeaux en avril 2013

Publicités

What’s new ? [mardi 3 août 2010, 13 h 35]

—> Illustration : une rue d’Albi au printemps 2008.