Collection # 108

Bruyère

Moissonnons le canal

Balade sur les berges du Canal latéral à la Garonne, sur la commune de Castets-en-Dorthe, quasiment à la confluence entre le canal en question et le fleuve : voir à ce sujet la balade faite il y a presque un an au même endroit.
De moins en moins de bateaux circulent sur le canal, plus rien ne vient lutter contre la prolifération des végétaux qui, peu à peu, recouvrent l’eau. Un engin est désormais chargé d’assurer la récolte de ces plantes, de les déposer sur la berge, et de recommencer : c’est le faucardage.

Une jeune fille dans l’église

Cathédrale de Bazas. Je flâne sans attendre de grandes surprises d’un lieu que je connais déjà. Et pourtant, dans une chapelle, une peinture montrant une jeune fille de dos, jupe virevoltante, attire le regard. L’ensemble de la petite chapelle est ainsi orné d’une œuvre résolument moderne :

Un bout de canal

Redim-1Balade à Castets-en-Dorthe (Gironde), août 2009

C’était au début du mois d’août, peu de temps avant notre migration vers la Provence. Le temps était un peu comme aujourd’hui : bas de plafond, vaguement orageux, très doux voire chaud. Une balade simple, sur un chemin de halage, nous semblait bienvenue.
Le village de Castets-en-Dorthe, à une cinquantaine de kilomètres de Bordeaux, un peu au-delà de Langon quand on longe la Garonne, a ceci de particulier qu’il est le point de départ (ou d’arrivée, tout dépend d’où on part) du Canal des Deux Mers qui relie l’Atlantique via le port du Verdon et la pointe de Graves, à la Méditerranée via l’étang de Thau, près de Sète. La partie « Canal du Midi », de Toulouse à la Méditerranée, est l’œuvre de Pierre-Paul Riquet, qui l’a conçu et fait creuser au XVIIè siècle.
Redim-2La partie qui nous intéresse ici porte un nom moins poétique : Canal latéral à la Garonne. Ce tronçon de 195 km, qui va de Toulouse à Castets-en-Dorthe, est plus récent. Après de multiples tergiversations, le canal est enfin mis en eau en 1848 entre Toulouse et Agen. Néanmoins, l’engouement n’est pas au rendez-vous : il est même question, pendant un temps, de combler ce peu de canal pour y faire rouler les trains. Le canal est néanmoins achevé en 1856.
Et aujourd’hui ? ce canal a essentiellement une vocation touristique. On est très loin des canaux à grand gabarit qui accueillent barges et péniches dans le nord et l’est du pays. C’est un tout petit canal, tout mignon à Redim-3l’ombre de ses grands arbres. Les écluses de Castets sont encore opérationnelles mais de moins en moins utilisées : quel plaisancier occasionnel, grimpé sur sa pénichette de location qui teuf-teufe à 3 ou 4 km/h aurait l’audace de passer côté Garonne ? C’est que la fille est aussi sournoise et traîtresse que le canal est calme et prévisible.

Redim-4
Redim-6Les activités économiques qui faisaient en partie vivre Castets sont à l’abandon : un ancien bâtiment, peut-être une minoterie, est aujourd’hui fort délabré, même si sa masse encore imposante marque le paysage. Certains bateaux, arrivés là par la Garonne, ont littéralement pris racine. Je pense ainsi au rafiot rouillé immatriculé au Guilvinec : oserais-je dire que La Torche n’a plus la flamme ?
Redim-5A côté de cela il y a quelques jolis bateaux, péniches d’habitation ou en location, ainsi qu’un bistrot-resto sur ce qu’on appelle pompeusement « le port ». L’ensemble laisse une impression d’abandon relatif, voire de désespoir si le temps est à la pluie. Et pourtant … des mômes pêchent les poissons-chats et ça les fait bien rire, des familles se baladent, le parcours « vélo » est même assez tentant.

What’s new ? [mardi 14 juillet 2009, 18 h 15]

  • Les fêtes du 14 juillet n’ont pas l’heur de plaire à tout le monde, et quelques esprits chagrins et royalistes y voient un jour de deuil : Sud-Ouest dresse ainsi le portrait d’un bien triste sire.
  • Redim-P7110022Les utilisateurs du web vivent cet enfer quotidiennement : quel mot de passe ouvre la porte de tel ou tel site ? comment me suis-je logué hier ? Eco89 traite de cet enfer des mots de passe, et l’on apprend en lisant l’article que le mot de passe le plus courant, c’est … « password » !
  • Un peu de tourisme pour finir : le site régional Aqui! nous balade dans le château de Roquetaillade. C’est d’ailleurs ce château qui illustre cette note (photo prise en juillet 2005).