Se rafraichir

La canicule alerte en orange sur la quasi-totalité du territoire français métropolitain. Toute l’Europe sue et dégouline, y compris, et peut-être même surtout, l’Europe du Nord. Le glacier du plus haut sommet suédois fond comme une glace à la vanille sur son cornet (à lire ici). En Norvège, où les 30°C sont dépassés au-delà du cercle polaire, les rennes cherchent la fraicheur dans les tunnels routiers (à lire là). Et en Finlande ? il y a des lacs, on se baigne, l’eau est bonne voire tiède. Les mouflets, tout à la joie de batifoler dans l’onde pure, notamment parce-que de petits poissons y batifolent aussi, les mouflets, disais-je, foncent vers la flotte sans même enfiler le maillot, ni même ôter le casque cycliste :

bain-P1210676.jpg

Région de Savonie du Sud (Finlande), juillet 2018

Et pourtant, c’est facile d’être pudique au bord des lacs : des cabines sont disposées de-ci de-là pour que le baigneur puisse aisément se changer. Souvent spartiates (mais éventuellement spacieuses), ces cabines peuvent parfois aussi être ravissantes :

bain-P1210561.jpg

Rantasalmi (Finlande), juillet 2018

Publicités

Dimanche polaire

Que l’on ne s’y trompe pas : le titre de cette note n’a rien à voir avec la météo, d’ailleurs dimanche il ne faisait pas si froid que ça. Il s’agit juste de la présence concomitante dans le port de Bordeaux de deux navires aptes à affronter les régions polaires : le voilier Tara dont j’ai parlé dans la précédente note, et le paquebot MS Fram.

ms framP1350742

Ce dernier n’a pas grand chose à voir avec les immeubles flottants qui accostent habituellement dans le port de la Lune. Plus petit (113 mètres, 318 passagers), ce navire ressemble à un cocon rouge et blanc  : pas de mini-terrasses devant les cabines, pas de piscine où se prélasser mollement, tout le monde reste bien au chaud à l’intérieur. Ce navire emmène ses passagers dans des voyages d’exploration, loin des ambitions « m’as-tu-vu » des paquebots plus classiques. Ses principales destinations sont les régions polaires. Les balades s’adressent donc à des clients motivés et friqués : un site web vendant des voyages sur le MS Fram fait actuellement ses soldes, et malgré cela aucun voyage ne peut se faire à moins de 1778€, et encore il s’agit juste d’une virée dans les fjords norvégiens en cabine intérieure. Pour un voyage en cabine extérieure en Antarctique, il faut compter un peu plus de 9000€ (toujours en tarif « promo »).

ms framP1350739

La compagnie norvégienne propriétaire du navire, Hurtigruten, a fait construire ce paquebot en 2007 spécialement pour les voyages polaires relativement lointains : sa coque est renforcée, l’isolation est suffisamment sophistiquée pour qu’il fasse bien chaud à l’intérieur. Evitant les nauséabonds pavillons de complaisance, elle a immatriculé le MS Fram à Narvik. Cette compagnie est aussi, et surtout, propriétaire des express côtiers, ces bateaux qui font du cabotage le long des côtes norvégiennes, d’abord par nécessité (transport de marchandises et de personnes plus facile que par voie terrestre, surtout en hiver) et accessoirement pour ravir les touristes, heureux de voir les fjords sans le battage touristico-gnangnan des compagnies traditionnelles de croisières.

ms framP1350740