Collection # 8

Street-art
Photos prises entre décembre 2008 et juillet 2009

bx1 bx2 bx3
ambérieu stétienne1 stétienne2
rome1 rome2 berlin

De gauche à droite et de bas en haut :
1, 2 et 3 : quartier de Bacalan à Bordeaux
4 : Ambérieu-en-Bugey (Ain)
5 et 6 : Saint-Etienne (Loire)
7 et 8 : Rome
9 : Berlin

Week-end à Rome [7]

Redim-treviIl était dit que nous ne quitterions point Rome sans jeter négligemment trois centimes d’euro dans la fontaine de Trevi. Hormis un troupeau de jeunes pèlerins de jaune vêtu, dont une partie se fit interpeler par le carabinier because grimpette prohibée sur la fontaine, le lieu était plutôt calme, et nous n’eûmes pas besoin de piétiner le peton délicatement bloti dans sa tong-botte (si si, ça existe) pour nous frayer un chemin. La journée pouvait alors commencer …
Redim-navonaL’esprit serein et apaisé après le geste miraculeux, nous allâmes d’un pas guilleret, quoique ralenti par la chaleur, jusqu’à la piazza Navona. Trois fontaines dont aucune en travaux : ça aussi, ça tient du miracle. Tour complet et détaillé des sculptures (voir « collection » de mercredi dernier), puis balade un peu au hasard dans les petites rues à l’ombre.
C’est alors que nous entrâmes dans une église. A Rome, c’est plutôt banal, j’en conviens, mais celle-ci ne l’est pas tant que ça : Santa Maria dell’Anima cause en allemand. Les affiches, les cartels sous les tableaux, le prêtre s’expriment en germanique. L’ambiance elle-même n’est pas banale, et a fortement satisfait mon goût prononcé pour l’humour noir : certaines sculptures et peintures sont carrément « gore » (squelettes, têtes de mort, évêque farfouillant des entrailles, etc), tandis que les marmots sculptés dans le marbre tirent une tronche de dix mètres de long, il est clair que quelque chose les travaille !

Redim-marmots Redim-veneziaPoint final de notre week-end, entre le repas de midi et le retour à l’aéroport : petit détour par la Piazza Venezia, où là aussi les travaux ont bien avancé en deux ans. Ciao !

Week-end à Rome [6]

En soirée de ce samedi assez dense, nous tentons de jeter nos piécettes dans la fontaine de Trévi, en échange de quoi, c’est magique, tu gagnes ton retour garanti pour Rome (si si, je te promets, c’est magique, tu lances ta pièce en te mettant de dos, et le billet d’avion jaillit de la flotte), mais tentative vaine : la foule est tellement compacte que nous apercevons à peine la fontaine.
Redim-bouffeDu coup, lot de consolation : une bonne glace à la pistache,  achetée dans une boutique qui deale des sandwiches géants. Mais pour dîner, nous avons préféré un petit resto très sympa à deux pas du Colisée. C’est beau une ville la nuit, même si la photo est un peu floue …

Redim-colisée

What’s new ? [mercredi 22 juillet, 14 h 00]

Week-end à Rome [5]

Redim-spagnaLa chaleur de l’après-midi nous incite à faire une pause dans le jardin de la Villa Borghese. Nous passons par la case « bain de foule » de la piazza di Spagna, où quelques rares courageux attaquent la montée des marches en plein soleil. Nous montons au jardin par toute une série d’escaliers roulants assez sordides, mais à l’ombre et sans fatigue pour nos petites pattes qui commencent à crier « à l’aide ».
Redim-statueLe jardin est tel que je m’en souvenais de notre précédente visite, avec le barouf des cigales en prime et le risque de se prendre une orange bien mûre sur la tête. Nous déambulons entre les statues et d’un banc à l’autre. C’est vraiment l’heure de la sieste.

Redim-oranges
Une fois bien reposés, nous nous lançons dans la visite de la Galerie Nationale d’Art Moderne. Oeuvres des XIXè et XXè siècles, surtout italiennes, avec vraiment de très jolies surprises, entre des œuvres plus connues : des ready made de Deschamps et des toiles tardives de Van Gogh côtoient des œuvres d’artistes italiens dont je n’avais jamais entendu parler.

—> A cliquer :

Collection # 5 / Week-end à Rome [4]

9 détails des 3 fontaines de la piazza Navona
19 juillet 2009

Redim-P1050821 Redim-P1050827 Redim-P1050840
Redim-P1050829 Redim-P1050842 Redim-P1050851
Redim-P1050845 Redim-P1050857 Redim-P1050858

Week-end à Rome [3]

Redim-maisonsAprès la balade le long du Tibre, nous entrons dans le quartier du Trastevere : encore populaire quoique boboïsé à vitesse grand V, ce quartier est un entrelacs de petites rues entre les maisons colorées où il fait bon déambuler.

Redim-île

Redim-restoAprès une pause apéro dans un tout petit bistrot de la toute petite île Tibérine (photo ci-dessus), nous retournons flâner dans les rues ombragées du Trastevere, dans l’attente que le resto sur lequel nous avons jeté notre dévolu soit prêt pour l’accueil des clients (des touristes en terrasse, des habitués qui en ont fait leur cantine dans la salle). Le service est tonique, assez directif : tu ne choisis pas tes antipasti, mais ceux que l’on sert sont excellents. Le vino bianco de la casa tient la route. Les spaghetti alla vongole sont parfaits.
On finit par une petite marche digestive, toujours dans le même quartier, parce-que là, au moins, nous pouvons voir de vraies voitures :

Redim-fiat

Week-end à Rome [2]

Redim-soeurLe vent s’est levé, léger mais suffisant pour transformer la chaleur suffocante de la veille en douce tiédeur estivale : nous sommes samedi matin, et après un petit-déjeuner assez costaud à l’hôtel, nous entreprenons la descente à pied jusque sur les bords du Tibre. Nous passons devant la basilique Saint-Pierre, grouillante de monde, touristes, pèlerins, religieuses en tenue de boulot mais prêtes à affronter la ville. La queue qui se forme pour la visite de la Chapelle Sixtine s’évalue déjà en centaines de mètres : ce sera pour une autre fois, tôt un matin et en hiver !
Nous arrivons relativement aisément sur les berges du Tibre, et descendons le long de l’eau, côté ombre. Le fleuve n’est pas bien haut, et imaginer qu’il est entré en cru l’hiver dernier demande un réel effort mental.

Redim-mouettes
Redim-louveLes mouettes, relativement nombreuses, se partagent les rochers qui affleurent. Pendant toute la balade, matérialisée par un trait bleu sur la carte située en bas de la note, je m’intéresse aux quelques tags et graffitis : ma préférence va à une longue série de louves en papier d’alu collé, la vraie louve de Remus et Romulus, avec un air souvent agressif. J’adhère aussi, mais plus pour le sujet que pour la réalisation graphique, à ce Christ pendu au symbole de l’euro. Pour la signification profonde, je vous laisse méditer.

Redim-euro

Week-end à Rome [1]

Voilà pourquoi la note de vendredi fut brève : j’avais un avion à prendre. Drôlement bien, le direct Bordeaux-Rome. Un Embraer 145 : j’adore ces petits avions qui volent moins haut, pour voir le paysage, c’est sympa.
Retour à Rome deux ans et des breloques après y avoir passé une vraie semaine de vacances. L’agréable sensation de déjà connaître les lieux, d’avoir des repères, des envies de revoir telle place ou telle autre, sans l’obligation touristique de se taper le Forum, le Colisée et la Fontaine de Trevi dans la même journée, surtout que par ce cagnard, ce ne sont plus des vacances mais les travaux forcés. Les hordes de 2touristes qui en plein soleil ahanaient dans les rues m’ont fait mal au cœur, tandis que mon keum et moi-même nous dirigions vers l’ombre bienfaisante des arbres du jardin de la Villa Borghese, mais là j’anticipe sur la suite du récit …
Vendredi en soirée : je retrouve un paysage qui me semble familier, y compris jusque sur les toits avec leurs forêts d’antennes de télé. En allant le soir, à pied, chez les amis qui nous avaient invité à dîner, on observe la ville de haut tandis que la nuit tombe. La lumière est palote et la photo est floue, mais tout cela était quand même doux à regarder.

1
Soirée à l’italienne (même s’il a fallu s’exprimer in english, c’est bien, ça m’entraîne aux langues étrangères) : pâtes al dente avec juste un peu de basilic et d’huile d’olive, charcuteries du coin, fromages idem (dont une énoooooorme boule de vraie mozarella), figues fraîches et glace aux fraises des bois. Gourmandise quand tu nous tiens …

—> A cliquer :