Collection # 87

T’ar ta gueule à la récré
Grenoble, février 2011

Accompagnement musical : Alain Souchon, « J’ai dix ans »



Des couleurs au bord de l’Isère

C’était un vendredi de février, dans le cadre de mes balades « une heure par-ci une heure par-là », juste avant de filer à Lyon. Me voilà dans la brume hivernale (on ne se rend pas compte qu’il y a de la montagne autour de Grenoble : on ne la voit pas ce jour-là), dans une zone industrielle grenobloise, avec une heure à tirer, un appareil-photo en main. Je passe au-dessus de l’Isère par une passerelle de chemin de fer, et me voilà devant le régal du jour : un immense mur où les tagueurs, grapheurs, barbouilleurs, se défoulent. Quelle longueur ? je l’ignore. Peut-être pas loin d’un kilomètre. Alors j’attaque.
L’ensemble est éclectique, plutôt réussi, et souvent assez drôle, comme ce boucher qui ne dépèce que des carottes, son épluche-légume en pogne, façon arme de destruction massive :

Restons sur la tambouille, avec cette abeille qui fait son miel :

Les vieux clichés des mythologies des cités ne sont pas en reste, avec cette petite caillera qui tague une boite aux lettres, il n’y avait rien d’autre à sa hauteur :

Plus gore (quoique !) avec un pan de mur en camaïeu de gris, genre « retour des morts vivants » :

Il n’y a pas que la grève

La lutte continue et s’amplifie. D’une revendication sociale sur une question sensible, elle est devenue combat politique : on le voit à l’évolution des slogans dans les manifs, et surtout à l’arrivée en force des jeunes, en particulier des lycéens, bien loin d’avoir à penser à leurs propres retraites.

Ce qui les pousse dans la rue, ce n’est pas l’envie farouche de sécher les cours (cette motivation ne dure qu’un temps, ils savent bien qu’il faut tout rattraper après, et que ce n’est pas simple), ni les supposées injonctions du PS (un lycéen disait récemment que ses potes et lui-même n’attendaient pas de voir Ségolène Royal au 20 heures pour se faire une opinion, pour la bonne raison que le 20 heures en question n’est pas regardé par les jeunes, qui ont d’autres sources d’information moins à la botte du gouvernement).
Ils sont dehors et ils braillent parce-que l’injustice monte en puissance, et qu’à 16 ans on est très sensible à cela. Ils sont la première génération à avoir réellement conscience qu’ils vivront moins bien que celle de leurs parents. Ils se sentent sacrifiés sur l’autel du profit, vilains petits canards d’une société vieillissante (malgré la fécondité surprenante des Françaises). Ils savent que le monde du travail les exclut, tout comme il exclut les séniors (l’équation simpliste « vieux au boulot = jeunes au chômage » est d’une connerie redoutable). Ce que veut Sarkozy et sa clique, ce n’est pas mettre les sexagénaires au boulot, c’est rogner le prix des pensions, point barre. Que les jeunes soient dans la galère, ils s’en tapent : leurs mômes sont nés avec une cuiller en argent dans la bouche. Que les vieux soient dans la misère, ils s’en balancent : ils ont du pognon planqués dans tous les coins, ils ont eux-mêmes eu la petite cuiller en argent en guise de tétine, leur avenir est assuré.

Et c’est tout cela qui ressort actuellement des divers mouvements qui se créent un peu partout, et qui montrent qu’il n’y a pas que la grève. Je me balade ce matin dans la presse quotidienne régionale, et je lis des initiatives intéressantes, qui n’émanent pas des centrales syndicales :

  • Toulouse : pour la deuxième fois cette semaine, des manifestants de différentes professions ont bloqué les dépôts de bus ; une manif doit démarrer ce matin à 10 heures (La Dépêche) ;
  • Limoges : la fac est bloquée par les étudiants depuis hier  (La Montagne) ;
  • Clermont-Ferrand : manif des lycéens et des étudiants ce matin (La Montagne) ;
  • Grenoble : hier, des manifestants ont bloqué l’arrivée des véhicules entrant en ville par l’A48 (Le Dauphiné Libéré) ;
  • Avignon : deux lycées théoriquement bloqué ce matin, manif des lycéens prévue à 11 heures (Vaucluse Matin via Le Dauphiné Libéré);
  • Montpellier : multiples actions hier. L’accès à certains services de la mairie a ainsi été bloqué pendant une heure (Midi Libre) ;
  • Sète : grève des éboueurs depuis hier (Midi Libre) ;
  • Nantes : 600 jeunes ont « fait le mort » hier (photo dans Ouest France) ;
  • Dordogne, autoroute A89 : des manifestants rendent le péage gratuit à Mussidan (Sud Ouest) ;

    … etc : je n’ai pas toutes les infos, bien sûr. Certains titres se cantonnent encore aux résultats sportifs du week-end ou aux spectaculaires accidents de la route de l’avant-veille ! Une dernière info cependant : les lycéens bordelais démarrent leur manif à 10 h 30 sur la place de la Victoire, et quelques lycées de la ville étaient bloqués hier.

—> Illustrations : photos prises à Bordeaux lors de la manifestation du 19 octobre.