Collection # 214

Balade du côté de Latresne (localisation)
21 septembre 2013

Latresne

Fort coefficient de marée = mascaret en fin de journée

Les marées d’équinoxe viennent de s’achever, avec des coefficients systématiquement supérieurs à 100 de jeudi à samedi dernier. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il y eut donc mascaret. Après la version « Dordogne » de la fin du mois d’août, nous avons testé la version « Garonne », en l’occurrence sur la commune de Langoiran.
Première étape pour les candidats au surf sur la vague : rejoindre l’eau. Et ce n’est pas simple. La vase est dense, glissante :

1

Puis les sportifs filent vers l’aval pour choper la vague le plus loin possible :

2

Et là ils attendent, comme les spectateurs. 20 mn de plus que l’horaire annoncé. Et puis, finalement, on l’aperçoit, cette vague :

3

Elle est nettement moins impressionnante que sur la Dordogne. Plus loin de l’embouchure que le site phare de St-Pardon (commune de Vayres), le flux est en plus cassé par les ponts et par le passage par Bordeaux, véritable goulet d’étranglement. Du coup, pas de train de houle, pas de vent qui se lève au passage de la vague, l’ensemble est plus doux et beaucoup moins haut :

4

Le schtroumpfpignon

bolet blanchâtreLa famille des bolets est vaste, et peu d’entre eux sont réellement dangereux. En gros, si on sait repérer le vilain bolet satan, on est tranquille.
Néanmoins, dans cette vaste famille, tous les champignons ne sont pas bons pour la casserole, soit par leur goût désagréable, soit parce-qu’ils peuvent provoquer des troubles digestifs bénins mais néanmoins peu souhaitables si on veut mener une vie sociale normale le lendemain.
Le bolet blanchâtre cumule les deux handicaps précédemment décrits. Il est cependant rigolo à observer car il devient bleu vif à l’instant même où on le coupe, une belle couleur schtroumpf encore plus vraie que dans la BD.
Le fait de devenir bleu n’est pas à lui seul un signe de non-comestibilité. Les deux critères sont d’ailleurs totalement indépendants : certains bolets virent au bleu et restent tout à fait agréables au goût et anodins pour les fonctions digestives de l’humain moyen. C’est ainsi le cas du bolet bai (2 fourchettes dans ma bible des champignons), mais son bleuissement se produit un peu après la cassure et non aussitôt.

Photos : Langoiran, 21 septembre 2013

Source principale : Cécile LEMOINE, Le nouveau guide des champignons, Editions Ouest-France, 2011

Couleurs d’automne dans le vignoble

Géographiquement, on est dans l’Entre-Deux-Mers, une mer étant la Garonne l’autre la Dordogne. Au niveau pinard, on est dans l’appellation Premières Côtes de Bordeaux, mais c’est finalement sans grande importance aujourd’hui.

Redim-0

Redim-2La balade a eu lieu à une vingtaine de kilomètres de Bordeaux, en rive droite de la Garonne que l’on a dominé du haut du coteau, elle formait un trait gris brillant au loin, c’était joli. Cet endroit du département de la Gironde est vallonné, à l’inverse de la rive gauche de Garonne, plate comme l’île de Sein. Cette jolie promenade bucolique a démarré près de la vieille forteresse médiévale de Haut-Langoiran (commune de Langoiran), et nous nous sommes baladé entre les vignes, observant les différentes couleurs des feuilles après les vendanges : du rouge le plus vif au jaune pale en passant par le vert estival, tout dépend du cépage, peut-être de l’âge des pieds de vigne, que sais-je.
La lumière automnale est décidément la plus belle, rasante, qui illumine tel un spot de théâtre des parties du paysages : regardez un peu ce calvaire qui ne casse pas trois pattes à un canard, mais avec cette lumière-là il devient superbe. C’est aussi une balade au calme, sans chasseur pour nous briser les oreilles voire les reins, avec juste quelques piafs qui badinaient dans les branches.

Redim-1

—> A cliquer :

What’s new ? [jeudi 29 octobre 2009, 13 h 10]

  • La Chine reste un régime totalitaire, économie libérale ou pas. L’emprisonnement pour délit d’opinion ou pour raisons religieuses reste d’actualité. Le discours officiel parle de « rééducation par le travail », mais on meurt encore dans les camps chinois et il n’est pas rare que les corps soient incinérés afin que les familles ne puissent jamais connaître la raison exacte du décès (France 24) .
  • Découverte d’un pays européen qui surfe sur ses contrastes : le Portugal à deux vitesses, entre dynamisme et traditionalisme (CaféBabel).
  • On l’a surnommé « le cimetière des fous » parce-que, jusqu’en 2000, on y a inhumé des patients décédés de l’hôpital psychiatrique voisin. Près de 900 sépultures sans fioriture ni marbre, juste des croix de guingois sur une butte de terre. Ça se passe à Cadillac, sur les bords de la Garonne à moins d’une demie-heure du périph’ bordelais, et ce bout de terre attire des convoitises à connotation immobilière : querelles d’outre-tombe au cimetière des oubliés (Sud-Ouest).