Certains pètent dans la soie, d’autres se mouchent dans …

En surfant sur le web hier, j’ai lu à plusieurs reprises qu’une nouvelle marque de papier toilette et mouchoirs est née dans le Sichuan (Chine), et porte le ravissant nom de « Caca de panda ». Face à l’abondance d’articles racontant cette histoire (ce sont ceux de Novethic et du Monde qui m’ont inspiré cette petite note), je ne pouvais pas faire autrement que participer à l’enthousiasme ambiant.
De quoi s’agit-il donc ? est-ce du vrai panda ? oui. Du vrai caca ? oui aussi. Et même du vrai crachat en sus, car non seulement le panda défèque beaucoup (10 kg par jour pour un panda adulte), mais il recrache en masse (50 kg). Il faut dire que le bambou, nourriture quasi-exclusive de cet ursidé, est difficile à digérer. Il faut bien éliminer les fibres, et ce n’est pas ce qui manque dans le bambou.
D’où l’idée d’une firme papetière chinoise de considérer le panda comme une usine à recracher de la fibre, débarrassée de son fructose si difficile à ôter quand on veut travailler le bambou pour en faire du papier, que celui-ci serve à se moucher ou à s’essuyer délicatement le fessier.
Pour entrer dans la phase industrielle du projet, la firme a prévu de collecter les déjections des pandas dans trois réserves naturelles puis de les faire bouillir avant de les transformer en papier. Une analyse est bien sûr prévue pour éviter les bactéries. Côté business, vu l’immense cote de popularité du panda en Chine, il y a du blé à se faire : la boite de mouchoirs pourrait être vendue autour de 5,50 €, ce qui augmente furieusement le prix du rhume saisonnier. Mais quand on aime le panda, on ne compte pas.

Il n’y aurait donc pas assez de méduses

Les méduses prolifèrent dans tous les océans, c’est même une vraie plaie. Je me souviens avoir déjà évoqué ce fait ici-même il y a deux ans (piqûre de rappel), concluant par une solution à cette prolifération : manger les fameuses méduses.
La consommation de méduses semble effectivement relativement banale dans certains pays asiatiques, dont la Chine (exemple de recette). On peut raisonnablement penser que le plat est bon marché puisque la matière première abonde. Que celle-ci n’est pas menacée. Que les salades et brochettes de méduses dignes de ce nom ont de beaux jours devant elles.
Et pourtant, le site Geopolis signale aujourd’hui un scandale alimentaire qui, bizarrement, touche ce produit hyper-abondant qu’est la méduse. Dix tonnes de fausses méduses bourrées d’aluminium et de divers produits chimiques ont été saisies sur un marché de l’est du pays. J’avoue que quelque chose m’échappe : à quoi bon se casser la tête à fabriquer quelque chose qui pullule naturellement ?

sep14

Photo : une méduse échouée sur une plage de Charente-Maritime en septembre 2014.

Quand le train remplace le bateau

sloganL’essentiel des produits échangés à l’échelle mondiale prennent le bateau : ton téléphone, mon appareil photo, le ti-shirt du voisin, … C’est le mode de transport le moins onéreux qui soit, tellement bon marché que l’on peut considérer comme presque nulle la part du  transport dans le prix des matériels importés. Cela est bien sûr lié à des avancées technologiques (les conteneurs, des bateaux de plus en plus gros), mais surtout à une reculade environnementale et sociale majeure : la navigation de complaisance, qui permet de faire circuler des bateaux poubelles d’une part, et d’imposer des conditions de travail indignes pour les marins ne faisant pas partie du commandement.
Alors quand j’apprends, en lisant le Huff’, qu’un train de marchandises est parti il y a six jours de l’est de la Chine en direction de l’Espagne, je me dis que cela va dans le bon sens. Ne rêvons pas : le trajet est à peu près aussi long qu’en bateau (environ 3 semaines) et le convoi ne transporte que 18 conteneurs, autant dire trois fois rien. Pas de concurrence à craindre pour les armateurs, qui peuvent continuer à arborer des pavillons « Nassau » ou « La Valette ».

R2D2, passe-moi le sel !

screenshot_01Les androïdes de Star Wars, dont le rigolard R2D2 aux couinements si expressifs, ne sont plus du tout du domaine de la science fiction. Dimanche dernier, L’Huma signalait ainsi le remplacement d’ouvriers par des robots chez Foxconn, en Chine. Le robot revient moins cher, ne réclame pas de pause pipi, et ne se met pas davantage en grève.
Restons en Chine, où des robots, nous apprend aujourd’hui Le Monde, remplacent désormais le personnel d’un restaurant. Ce sont des androïdes qui font la cuisine, des maousses costauds à qui tu n’as pas intérêt à dire que la tambouille n’est pas bonne : les ampoules rouges qui clignotent à la place des yeux, ça fait peur. Les androïdes qui accueillent les clients et qui servent en salle sont, sinon plus sexy, du moins bien élevés. Il y a quand même quelques humains dans le lot, chargés de la préparation des plats sophistiqués. Allez savoir pourquoi, je ne peux pas m’empêcher de penser à ce vieux film, L’Aile ou la cuisse, avec De Funès et Coluche …

Pantalon made in China

J’ai découvert la chose ce matin en parcourant La Boite Verte : des archéologues ont déniché les plus vieux pantalons du monde dans l’ouest de la Chine, dont un en bon état de conservation. Il s’agit de vrais pantalons, avec un entre-jambe, chose qui n’existait apparemment nulle part ailleurs à cette époque, c’est-à-dire il y a plus de 3000 ans.
Les pantalons ont été retrouvés dans des tombes, à côté de deux corps : celui d’un homme d’une quarantaine d’années, et celui d’une femme d’environ 25 ans. Ces corps étaient entourés d’objets qui incitent à croire que les propriétaires des pantalons montaient à cheval : cravache, queue de cheval décorée, … Les pantalons sont manifestement des vêtements qui ont été utilisés par ces cavaliers, ce sont donc les premiers pantalons d’équitation du monde, en plus d’être les premiers pantalons tout court.

La Chine et les vins de Bordeaux

loudenneP4120005La Chine n’est pas par tradition un pays de buveurs de vins. Il a donc fallu y ouvrir le marché, séduire, apprendre à la population à boire le divin breuvage autrement que cul-sec, et cela a marché, puisque la Chine est aujourd’hui le 5e pays consommateur de vin au monde. 10% des vins de Bordeaux sont aujourd’hui exportés vers la Chine, qui, par mode peut-être, semble attirée par les goûts occidentaux : le vin depuis les années 2000, le fromage aujourd’hui, la charcuterie demain (lire à ce sujet un article de La Voix du Nord sur la vente de fromages français en Chine, et un autre du Point sur la charcuterie).
Tous les vins ne plaisent pas à la clientèle chinoise : des traditions encore bien ancrées les freinent vis-à-vis des blancs, ceux-ci étant réellement de couleur jaune. Le blanc est la couleur du deuil, le jaune celle de la pornographie : des couleurs invendables. D’où une préférence marquée pour le vin rouge, couleur du bonheur, et plus encore pour les Bordeaux.
Du coup, des investisseurs chinois se sont lancés dans l’achat de vignobles en Gironde, n’hésitant pas à embaucher des œnologues réputés pour assurer une qualité optimale (et un prix de vente en rapport). Ces opérations sont aussi des opérations immobilières, les acheteurs chinois plaçant ainsi classiquement leurs yuans dans la pierre, mais s’offrant aussi une bâtisse de prestige pour épater la galerie, voire pour accueillir des touristes chinois dans le vrai luxe à la française. C’est un peu dans cet esprit qu’un industriel chinois, spécialisé dans les alcools, devrait devenir le nouveau propriétaire du Château Loudenne d’ici quelques jours : de très jolis vins issus de vignes plantées sur les bords de la Gironde, dans le Médoc, mais aussi une magnifique maison rose, voilà ce qui peut expliquer l’engouement chinois pour ce superbe domaine (photo ci-dessous).

loudenne avril 2008

à cliquer :

Photos réalisées au Château Loudenne en avril 2008.

Il fut un temps où les méthodes commerciales chinoises faisaient rêver

Le mot « mondialisation » n’était pas à la mode, les 30 Glorieuses donnaient l’illusion d’être éternelles, la Chine n’était qu’un pays pauvre tenu d’une main de fer par un certain Mao ; nous étions en 1970.
Si la vidéo ne s’affiche pas correctement, cliquez ici.

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

Il fut un temps où les méthodes commerciales ch…, posted with vodpod

What’s new ? [mardi 21 décembre 2010, 20 h 00]

—> Illustration : Berlin, Potsdammer Platz, décembre 2008.

What’s new ? [vendredi 10 décembre 2010, 8 h 10]

  • Une remise du prix Nobel de la Paix sans son lauréat ni personne pour le représenter : même la Birmanie n’a pas fait cela, laissant partir à Oslo un membre de la famille de Aung San Suu Kyi. Plusieurs journaux reviennent sur le sujet aujourd’hui, honte sur la Chine, mais un seul en France, à ma connaissance, fait sa une sur le sujet : La Croix (illustration ci-contre). J’ai par contre choisi de mettre en lien un article du Washington Post traduit et publié par Courrier International avant-hier : la Chine du XXIe siècle représentée par une chaise vide ?
  • Puisque nous parlons de dissidents, j’apprends en parcourant le site des Inrocks que la prochaine héroïne de Luc Besson sera Aung San Suu Kyi.
  • Finissons cette note de manière superficielle, histoire de bien commencer la journée en affrontant les frimas avec enthousiasme : Hiver précoce, le retour en force du pot-au-feu (Le Télégramme).

What’s new ? [mardi 16 novembre 2010, 14 h 00]

  • Deux millions d’enfants concernés par la pauvreté en France, et donc plus souvent en difficulté scolaire que les autres enfants et moins bien soignés (Le Télégramme).
  • Au secours, la droite revient ! ironise Denis Delbecq, qui sait bien qu’elle n’est jamais partie. Sur le plan de l’écologie, on se doutait que les déclarations d’intention présidentielles et le Grenelle n’étaient que du pipeau, cette fois, avec la manière dont est traité le ministère en question, on en a la preuve (Effets de Terre).
  • La Chine renforce sa présence au Brésil, par le biais d’investissements massifs, dix fois supérieurs en trois mois à ce qu’ils furent en trois ans (Aujourd’hui le monde).

—> Illustration de la première info de cette note : photo archi-célèbre du film de CHAPLIN, The Kid.

What’s new ? [vendredi 5 novembre 2010, 8 h 45]

—> Illustration : une vieille femme peinte par BRUEGEL au XVIe siècle.

What’s new ? [mercredi 27 octobre 2010, 10 h 15]

Et dire que ça ne m’étonne même pas …

Alerte envoyée ce soir par le site web du quotidien Ouest-France :

What’s new ? [samedi 9 octobre 2010, 8 h 30]

  • Bengalore a été surnommée la Silicon Valley indienne. Compétences techniques reconnues, marché en expansion, coûts salariaux moindres qu’en Europe, et c’est la ruée pour les entreprises européennes : Airbus décolle dans le ciel indien (La Dépêche).
  • A l’occasion de l’attribution du Nobel de la Paix au dissident chinois Liu Xiaobo, Courrier International re-publie le texte intégral de la charte 08, par laquelle 300 personnalités chinoises demandaient l’établissement de la démocratie dans leur pays.
  • Quand un journal rencontre un autre journal … Les p’tits gars de Fluide Glacial ont passé une journée dans les locaux de L’Huma, et Léandri raconte le making-of (L’Humanité).

What’s new ? [vendredi 24 septembre 2010, 8 h 40]

  • La Chine n’a pas une tradition viti-vinicole bien ancrée. Jusqu’à une date récente, y déguster du vin, même d’importation, surtout d’importation, était réservée à une élite branchouille qui n’y connaissait que pouic, capable d’avaler cul sec un bordeaux dilué dans un peu de coca. La honte. Mais le niveau de vie moyen augmente, les modes arrivent, et actuellement, le premier importateur de bordeaux après l’UE, c’est la Chine, où le vin s’apprécie à mesure que le marché explose, dans les verres ad hoc et sans glaçon (Aujourd’hui la Chine).
  • Le racisme envers les Roms, qui ne doit pas chercher de justification dans le fait que « c’est comme ça depuis toujours » (le racisme est injustifiable, point barre !), suscite une certaine émotion, y compris hors de France où il s’est transformé en racisme d’Etat (vous reprendrez bien un verre de Vichy, monsieur le ministre ?). Un portfolio présente des Roms ordinaires, photographiés en Serbie et en Slovénie : les mille et un visages d’une communauté (Le Courrier des Balkans).
  • Ça va chauffer à La Réunion ! Piton de la Fournaise : passage en alerte de niveau 1. Rappelons que ce volcan ne fait pas partie des affreux-dangereux qui explosent, mais qu’il se contente de déverser dans un sublime spectacle des coulées de laves brûlantes. Il faut juste éviter d’être sur le passage !  (Le Quotidien de La Réunion).

What’s new ? [vendredi 3 septembre 2010, 8 h 50]

Y’a pas à tortiller, cette fois c’est la rentrée ; si l’été continue, les vacances qui vont avec sont bel et bien derrière nous. Petite revue de web :

  • Des nouvelles tout d’abord du CEPMO, le lycée expérimental de l’île d’Oléron, sauvé in extremis mais il faut rester vigilant : sursis d’un an dans la Maison Heureuse, le bâtiment de Boyardville où ce lycée est implanté depuis le début, et dont le loyer devait être multiplié par dix sur décision municipale ; pour 2011, élèves et enseignants migreront vers le sud de l’île, dans un bâtiment de Saint-Trojan qu’il faut rénover : Dernière rentrée à Boyardville (Sud-Ouest).
  • Retour à l’école pour 220 millions d’enfants chinois, avec les mêmes inquiétudes parentales que partout, et quelques rituels plus ou moins pesants pour les enfants (vidéo dans Aujourd’hui la Chine).
  • Côté élèves pour terminer : Pour la rentrée, 10 bêtises à faire à l’école (ou pas), à travers la BD (Des bulles carrées).

—> Illustration : Carl HERTEL, Classe pendant une leçon de géographie, 1874

What’s new ? [mercredi 25 août 2010, 10 h 00]

What’s new ? [mercredi 7 juillet 2010, 22 h 10]

What’s new ? [jeudi 13 mai 2010, 15 h 00]

—> Illustration : MC ESCHER, Relativité, milieu du XXe siècle

What’s new ? [mardi 23 mars 2010, 10 h 50]

What’s new ? [mardi 23 février 2010, 13 h 30]

  • Un bon gros dodo, ça met en pleine forme ! Faire la sieste doperait les capacités mentales, selon une étude américaine à laquelle le Nouvel Obs consacre un article.
  • Un rapport de l’ONU vient d’être publié, pointant du doigts la hausse vertigineuse de la quantité de déchets électroniques qui se dirigent chaque année vers la Chine, l’Inde, et d’autres pays en développement qui acceptent de trier à la main métaux lourds et autres matières premières ayant permis à nos téléphones portables d’être démodés après le 5e coup de fil ! Les déchets électroniques, une montagne insurmontable ? (Le Monde).
  • Portrait du dernier né des pays d’Europe : Kosovo, cinq mythes à démonter (CaféBabel).

—> Illustration : Andrew WYETH, Daydream, fin des années 1970.

What’s new ? [vendredi 12 février 2010, 19 h 00]

  • Officiellement, l’auteur du Discours de la méthode serait mort des suites d’une pneumonie, alors qu’il donnait des cours de philo tôt le matin dans une pièce sans chauffage. Un universitaire allemand en doute fortement : il y a des preuves que René Descartes a été assassiné (Rue 89).  L’affaire rebondit donc, 360 ans après les faits.
  • Le thon rouge fait partie des grands classiques de la gastronomie basque. Il est pêché de façon traditionnelle, par des bateaux de taille modeste et à la ligne. Bref, ce n’est pas cette pêche-là qui le détruit, mais bien la pêche industrielle dont le produit est à 80% destiné au marché japonais. La position de la France quant à un arrêt pur et simple de la pêche au thon rouge, même dans 18 mois seulement, inquiète à juste titre les marins-pêcheurs de la côte basque : préserver le thon rouge, mais aussi la pêche locale est donc une préoccupation majeure (Sud Ouest).
  • Des artistes chinois censurés, c’est tristement banal … en Chine. Quand les artistes chinois sont censurés en France … (Aujourd’hui la Chine).

La place des femmes

Il y a des pays dans le monde où les femmes ne conduisent pas de voiture : la loi l’interdit. Il y a des pays où les femmes ne doivent pas cotoyer d’hommes en public, sauf leur mari, leur fiston ou leur tonton, et encore pour le tonton, je ne suis pas sûre. Ces pays ont en commun d’être tenus d’une main de fer par des machos qui craignent pour leur position sociale et qui prennent pour prétexte l’islam pour instaurer leurs lois anti-meuf.
Plus fort : dans un pays où les femmes ont le droit de conduire une voiture, on leur a fait des parkings spéciaux. Rien que pour elles. Ce pays c’est la Chine, terre où l’islam n’a pas à proprement parler d’influence sur la société ou la vie politique, toute totalitaire soit-elle. S’il y a désormais des parkings réservées aux nanas, c’est uniquement parce-que le mâle dominant local craint pour les ailes et les pare-chocs de sa belle bagnole toute neuve, fruit de 15 années d’économies grattées méticuleusement sur son salaire (la Chine est le pays au monde où le taux d’épargne est le plus élevé, faut bien que ça serve à quelque chose). Et donc les parkings pour filles, à défaut d’être colorés façon poupée barbie, proposent des places plus larges que la normale (pour les braquages mal négociés) et une signalétique en plus gros caractère, pour les bigleuses.

—> Source : une dépêche AFP reprise par La Dépêche.

What’s new ? [mercredi 16 décembre 2009, 17 h 50]

What’s new ? [jeudi 10 décembre 2009, 21 h 30]

A quoi tient l’augmentation des prix des denrées alimentaires ?

Quand les produits alimentaires voient leurs prix flamber, les populations les plus fragiles n’ont plus les moyens d’acheter à manger, et c’est l’émeute, comme cela s’est produit dans une trentaine de pays en 2008.
De manière simple, pour ne pas dire simpliste, la hausse des prix peut-être liée à un banal déséquilibre de l’offre et de la demande ou à la spéculation ou les deux. On peut ainsi constater aujourd’hui ce qui se passe pour le riz [article dans Effets de terre, 8 décembre 2009] : hausse précoce des importations par les Philippines, pour des raisons « naturelles » (impact des typhons) et politiques (on assure l’approvisionnement de la population juste avant une échéance électorale importante) ; baisse des exportations de la part de l’Inde pour limiter les importations de blé. Résultat : plus de demande, moins d’offre, et c’est parti pour une flambée annoncée.
Plus amusant et moins inquiétant, car cela ne touche pas un aliment de base au même titre qu’une céréale : le prix de l’ail a été multiplié par 40 en Chine. Non pas pour des raisons économiques, politiques ou climatiques, mais parce-que la croyance populaire y voit un excellent moyen de se prémunir de la grippe A [article dans L’Express, 10 décembre 2009].

What’s new ? [vendredi 30 octobre 2009, 14 h 10]

  • On jurerait un début de polar façon Fred Vargas, et pourtant c’est juste un fait divers bizarre de plus : un nouveau pied retrouvé sur une plage canadienne, le 8e en à peine plus de deux ans, un vrai pied humain avec sa chaussure autour (Libé).
  • C’est fou ce que ça peut être parano et susceptible, un dictateur ! La Chine irritée par un site sur le Mur de Berlin en bloque l’accès aux internautes (L’Express).
  • Redim-00Qu’un mur soit tombé en novembre 1989 n’empêche pas des dizaines d’autres murs d’être bâtis, sur des frontières, puis surélevés, consolidés, renforcés, barbelés, miradorés, chiendegardés, etc : allons-nous tous finir emmurés ? (Télérama)

—> Illustration : un morceau du Mur de Berlin, photographié en décembre 2008.

What’s new ? [jeudi 29 octobre 2009, 13 h 10]

  • La Chine reste un régime totalitaire, économie libérale ou pas. L’emprisonnement pour délit d’opinion ou pour raisons religieuses reste d’actualité. Le discours officiel parle de « rééducation par le travail », mais on meurt encore dans les camps chinois et il n’est pas rare que les corps soient incinérés afin que les familles ne puissent jamais connaître la raison exacte du décès (France 24) .
  • Découverte d’un pays européen qui surfe sur ses contrastes : le Portugal à deux vitesses, entre dynamisme et traditionalisme (CaféBabel).
  • On l’a surnommé « le cimetière des fous » parce-que, jusqu’en 2000, on y a inhumé des patients décédés de l’hôpital psychiatrique voisin. Près de 900 sépultures sans fioriture ni marbre, juste des croix de guingois sur une butte de terre. Ça se passe à Cadillac, sur les bords de la Garonne à moins d’une demie-heure du périph’ bordelais, et ce bout de terre attire des convoitises à connotation immobilière : querelles d’outre-tombe au cimetière des oubliés (Sud-Ouest).

 

 

What’s new ? [lundi 26 octobre 2009, 15 h 00]

  • L’imagination des concepteurs de jeux vidéo ne connaît pas de limite, surtout quand la technique permet de mettre celle-ci en application : la mauvaise haleine tueuse de monstres (Aujourd’hui le Japon), ou comment s’obliger à bouffer des tas de choses qui font puer du bec avant de jouer.
  • Jolie balade en Bretagne (quelques mots et surtout des photos qui donnent envie de partir en vacances) : l’île de Batz, on y va ! (Le Post).
  • 0-APrès d’un Chinois sur quatre est en surpoids voire obèse, exactement pour les mêmes raisons que dans les pays occidentaux : la malbouffe sévit aussi en Chine (TerraEco).

—> Illustration : Claes OLDENBURG, Two Cheesburgers, début des années 1960

What’s new ? [mercredi 21 octobre 2009, 14 h 00]

  • Redim-P1030589Des industries qui recrachent des particules de plomb à haute dose, cela n’a rien de nouveau. Que ce plomb soit très nocif, en particulier pour les enfants, qui l’éliminent beaucoup moins vite que les adultes, n’est pas non plus du domaine du scoop. Ce qui est plus original, et néanmoins dramatique à ce sujet, est la réaction que peuvent avoir les pouvoirs publics face à une telle pollution industrielle : la Chine réinvente la double peine (Effets de terre), en déplaçant les populations victimes du problème plutôt qu’en fermant les usines.
  • Berlin est une ville décidément festive . Jusqu’au 25 octobre, 55 monuments sont illuminés dans le cadre du Festival of Lights : Berlin, ville lumière (La Gazette de Berlin).
  • La grande question relative à la grippe A, alors que la campagne de vaccination vient d’être lancée, est bien « faut-il se faire vacciner ? « . Pas simple de trancher, du moins tant qu’on ignore ce qu’il y a vraiment dans ce vaccin (L’Actu en patates).

—> Illustration : photo décollée d’un mur de Saint-Etienne (Loire) en avril 2009