Tant et tant de tournepierres

J’ai découvert le tournepierre à collier il y a un peu moins de deux ans, sur le port de La Cotinière (piqûre de rappel). C’était alors le printemps, et les oiseaux arboraient leur plumage nuptial, nettement plus coloré que le plumage hivernal. Régulièrement, depuis ce jour, j’ai revu des tournepierres sur ce même port, et même ailleurs sur l’île d’Oléron, mais jamais en aussi grand nombre que vendredi dernier.

Combien étaient-ils, massés bien serrés sur les pontons, les jetées, voire sur les ponts des bateaux ?

Circulant toujours en bande, dont le vol se déclenche sans que l’on sache très bien pourquoi, les tournepierres monopolisaient l’espace portuaire, bien plus que les mouettes et les goélands, pourtant bien plus sonores. Peut-être se préparent-ils déjà pour la grande fête du printemps puis la migration ? Et dire que, il y a une quarantaine d’années, ces oiseaux étaient quasiment inconnus sur l’île d’Oléron…
Ils sont apparemment fort peu étudiés en France, bien que protégés depuis 1981, et il n’y a donc ni comptage suffisamment récent ni suffisamment précis pour connaître la cause de cette arrivée, a priori assez conséquente, de tournepierres sur Oléron.

Photos réalisées sur le port de La Cotinière (île d’Oléron) le 22 février 2019

Que reste-t-il quand le paysage a disparu ?

C’était deux jours avant Noël dans le sud de l’île d’Oléron. Le brouillard est tombé d’un coup alors que nous arrivions sur la plage. Et puis plus rien. Ni rivage, ni estran, ni sable, ni océan. Rien. On distingue à peine les rares humains qui, séduits par la douceur de l’air d’alors tapaient le ballon sur la plage :

Néanmoins, la balade se fait. On sait que la mer, à cet endroit, porte le nom de « pertuis de Maumusson », qu’en face il y a la presqu’île d’Arvert, et peut-être même que loin vers l’ouest, il y a l’Amérique. On sait tout ça.
Finalement, nous parvenons quand même à voir des oiseaux, une horde phénoménale de bécasseaux :

Peut-être un millier, voire plus, de ces oiseaux, rassemblés au ras de l’eau :

Dernière balade dans le marais avant l’hiver

Il s’agit d’une de mes balades préférées sur l’île d’Oléron : le marais des Bris, sur la commune de Saint-Trojan :

Il est encore temps d’y trainer ses baskets, mais dans peu de temps, il faudra les bottes, voire la barque. C’est un marais, après tout, et, à contre-jour, il brille et c’est joli :

bris-P1220957.jpg

On n’y voit pas forcément tant d’animaux que ça à cette saison, du moins en plein après-midi. Il y a néanmoins des traces de sangliers, probables cousins de ceux que nous avons aperçus de nuit du côté de Saint-Pierre, qui déambulaient sur le bas-côté de la route (et pas en plein milieu, notre carrosse leur en sait gré). On ne voit plus de grenouilles, même si certains soir le marais croasse encore, mais le frais arrive et le batracien se tait désormais. Les échasses blanches sont parties vers des contrées plus ensoleillées il y a longtemps déjà. Bref, c’est novembre, et il faut faire avec. Avec les oiseaux de garde, comme le merle, qui se régale de tous les fruits de tous les arbres et arbustes du marais … :

bris-P1220973.jpg

… et comme l’aigrette garzette, en pleine séance de pêche :

bris-P1230002.jpg

Photos réalisées en novembre 2018

Quand la tourterelle prend l’antenne

P1220539Surprise au week-end dernier lorsque je vis, ébahie, une tourterelle posée sur une ébauche de nid, lui même perché sur une antenne de télé. Ebahissement car, dans ma petite tête de mammifère moyen, la taille du nid est proportionnelle à celle de l’oiseau qui le construit, et surtout, septembre n’est pas la saison peace and love.
Double erreur, que le site oiseaux.net me permets de corriger ce soir : la tourterelle turque (qui n’a de turque que le nom) fabrique de l’oisillon à tour de pattes de mars à octobre. Deux semaines après la ponte, les petits sortent de leurs œufs. Ce qui peut faire pas mal de jeunes chaque année. D’autre part, le nid de ladite tourterelle est on ne peut plus sommaire : quelques brindilles font l’affaire. Le mâle et la femelle se relaient pour couver sur ces quelques branchettes instables vite agencées.

P1220541

Photos prises sur l’île d’Oléron le 22 septembre 2018

Collection 463

Le port du Château d’Oléron (été 2018)

Qu’est-ce qu’elle a donc fait, la p’tite hirondelle ?

P1210945
Une jeune hirondelle sur l’île d’Oléron, mi-août 2018

La p’tite hirondelle n’a rien fait puisque la grande n’est pas parvenue jusqu’à nous pour niaquer les moustiques et faire des bébés hirondelles. Un été sans ce superbe petit oiseau, à part un ou deux rescapés de la grande migration qui a mal tourné.
Une lueur d’espoir quand même, sur l’île d’Oléron : une jeune hirondelle, plumage encore en travaux, était perchée sur un fil il y a moins de deux semaines. Pas d’autre jeune dans mon champ visuel, l’hirondelle se fait rare, et le moustique me pique, me pique et me repique.

Le pont des rêves

Quittons la Finlande un instant pour revenir en Charente-Maritime. Un petit pont sur un petit chenal du Château d’Oléron attire l’attention :

pont des rêves-P1210961.jpg

Ce petit pont sur le petit chenal a été renommé « le pont des rêves » (inauguration le 25 juin dernier en grande pompe et en soirée). Détournant l’idée bizarre des cadenas attachés aux ponts divers et variés des villes touristiques, les promoteurs du « Pont des rêves » en ont fait quelque choses de beaucoup plus doux et beaucoup plus drôle, et surtout sans aucun danger, ni pour le pont ni pour le chenal en dessous.

pont des rêves-P1210963.jpg

L’idée est simple : récupérer une coquille d’huître, y écrire son vœu via une encre végétale, et l’accrocher au pont avec une ficelle biodégradable. Le vœu peut être très concret :

pont des rêves-P1210951.jpg

La légende toute fraiche du pont dit que, une fois la ficelle biodégradée et l’huître tombée dans l’eau (ou la vase, tout dépend de l’heure de la marée), le vœu se réalise. Tous les vœux ? tous les vœux, oui, tous.

pont des rêves-P1210949.jpg

Photos réalisées en août 2018

Brouillard définitif sur le pont de Tolbiac

Il y a un peu plus d’un an, j’annonçai ici-même la fermeture totale et définitive du pont de Tolbiac (piqûre de rappel). Le vrai pont de Tolbiac, pas la copie parisienne. C’est-à-dire celui qui enjambe le chenal de la Baudissière à Dolus d’Oléron (enfin … qui enjambait).
Cette fois, c’est pire que dans le roman de Léo Malet : brouillard invisible mais bien là, clap de fin , le pont de Tolbiac n’est plus. Preuve en image, prise il y a quelques jours :

P1210238

Nous noterons que le chenal reste sublime, avec toujours ce même rafiot (Epopée Oléron) au milieu :

P1210239

Et puis, au-dessus de tout ça, un couple de serins cini qui papote sur un fil électrique :

P1210245

Le tournepierre, fidèle au poste

carréP1190562.jpgIl y a un an, sur le port de La Cotinière (commune de St-Pierre-d’Oléron) et grâce aux bons soins du web, j’identifiais un joli limicole aux pattes oranges et au plumage bigarré : le tournepierre à collier.
Cet oiseau niche à proximité du cercle glacial arctique, mais il hiverne sous des latitudes plus faciles à vivre. En France, on le trouve essentiellement sur la partie du littoral s’étendant de la presqu’île du Cotentin jusqu’aux îles charentaises, c’est donc normal que j’ai revu un grand nombre de tournepierres récemment sur l’île d’Oléron, notamment au mois de février (piqûre de rappel). Néanmoins, les effectifs les plus nombreux sont relevés en Bretagne (il y a une centaine chaque hiver rien que dans la réserve naturelle de la baie de St-Brieuc).
C’est un grand migrateur, et il peut donc venir de loin : certains spécimens arriveraient chaque année de l’ouest de la Sibérie et du nord-est du Canada, même si le gros des troupes vient plutôt de Scandinavie ou du nord des îles britanniques.

rectP1190568.jpg

Pour aller plus loin : migraction.net, oiseaux.net

Photos prises sur le port de La Cotinière en avril 2018

Tirer un trait sur la côte

Il y le vent, l’océan, les vagues, les grandes marées :

érosion-P1190216.jpg

Et puis aussi le réchauffement climatique qui fait monter la mer sur la terre. La mer grignote le sable, et ça va vite :

érosion-P1190239.jpg

Tellement vite que les arbres, racines à l’air, semblent plantés à l’envers :

érosion-P1190210.jpg

Puis les arbres tombent, les uns après les autres. Il n’y a plus rien pour retenir la dune :

érosion-P1190215.jpg

Ce sont donc les vagues, qui, en se répétant, sapent la dune. Et comme elle est fragilisée, la houle cogne encore plus fort. La dune qui était douce et ronde semble taillée à la hache, en ligne quasiment droite :

érosion-P1190230.jpg

Photos réalisées sur la plage de Vert Bois (Dolus d’Oléron) à la fin du mois de mars 2018

 

La saison des « premières »

J’aime le printemps pour le retour de tout ce qui annonce les beaux jours. C’est d’une platitude sans nom que de dire cela, mais c’est ainsi, ça fait partie des petits plaisirs de la vie. Il y a donc, en ce début de printemps, les premières asperges, les premières fraises, les premières fleurs dans les cerisiers, la promesse d’une belle floraison de la glycine, et aussi, et même surtout, les premières hirondelles, qui arrivent peu à peu :

P1190252
Une hirondelle en Charente-Maritime, 1er avril 2018

Le fort inutile

P1190086
Le fort Boyard vu de l’île d’Oléron (mars 2018)

Dès sa création, au XVIIe siècle, l’arsenal de Rochefort aiguise les convoitises des Hollandais et des Anglais. L’estuaire de la Charente est donc régulièrement l’objet d’attaques militaires, y compris un siècle et demi après sa construction : c’est ainsi qu’en 1809 les Anglais passent à l’attaque en lançant des navires en feu sur l’escadre rochefortaise, ce qui incitera Napoléon à construire en urgence le fort d’Enet (piqûre de rappel). Il faut dire que l’Anglais en ce temps-là est vénère : Napoléon kiffe la guerre et protège à tout prix ses belles armes. Pour verrouiller une bonne fois pour toute l’accès à l’arsenal de Rochefort, il est en train de construire le fort Boyard, une ellipse de pierre dont il est possible de tirer dans toutes les directions, à condition toutefois que la construction soit achevée.
Et construire une bâtisse pareille en pleine mer, ce n’est pas rien. Si le projet est validé en 1801, il faut attendre 1803 pour que les travaux commencent, sur une base rocheuse recouverte par la mer y compris à marée basse. Tout commence donc par des travaux d’enrochement, entre l’île d’Oléron et l’île d’Aix :

1

La chose est techniquement complexe, d’autant plus que les Anglais décident d’en empêcher la construction (d’où leur attaque de 1809). Ils réussissent partiellement leur coup, car, s’ils ne parviennent pas à prendre Rochefort cette fois-là, la construction du fort Boyard est interrompue, puisqu’il n’y a plus assez de navires de guerre pour défendre le chantier.
C’est Napoléon III qui reprend le sujet en 1848. La base du fort peut ainsi être enfin achevée, et la construction du fort proprement dit commence en 1857, selon les plans de Montalembert (mort en 1800), c’est-à-dire pour correspondre aux besoins de la guerre du XVIIIe siècle. Les temps ont changé et le fort n’est plus adapté aux besoins modernes. L’artillerie a fait d’immenses progrès : les tirs sont désormais à beaucoup plus longues portée, et tout navire ennemi croisant dans le secteur peut aussi bien être intercepté depuis l’île d’Oléron que depuis l’île d’Aix. Le fort Boyard, dont la construction a été si longue et si complexe, est dépassé avant d’être achevé, inutile donc, jusqu’à ce qu’une chaîne de télé s’en empare en 1990 et décide d’y produire le jeu que l’on connait.

P1190085
Le fort Boyard et l’île d’Aix vus depuis l’île d’Oléron (mars 2018)

Source : L’Histoire par l’image

Collection 442

Un fort pour protéger Rochefort

P1180611Au début du XIXe siècle, suite aux appétits belliqueux de Napoléon, France et Angleterre sont en guerre. Les Anglais visent Rochefort et son arsenal, et cherchent donc à entrer dans l’estuaire de la Charente par tous les moyens. Celui-ci est défendu par 15 navires français. Les Anglais, en 1809, envoient 34 navires en feu contre la pauvre défense française. Certes, les Français parviennent tant bien que mal à protéger l’estuaire de la Charente et Rochefort pour cette fois, mais l’île d’Aix est pillée et Napoléon flippe sérieusement.
Il ordonne alors la construction d’un fort de protection. Le site choisi est l’îlot d’Enet, pile à mi-chemin de l’île d’Aix et de la pointe de la Fumée (commune de Fouras) :

1

Le fort est opérationnel en 1812. Non seulement, il protège l’accès à Rochefort, mais il devient aussi une prison.
Aujourd’hui, ce fort se visite : on y accède à pied par marée basse au départ de la pointe de la Fumée (prévoir des bottes et 30 mn de marche). On l’aperçoit aussi par temps clair depuis la plage de Boyardville :

P1180629

Photos réalisées à Boyardville (île d’Oléron) en février 2018

Le tournepierre en hiver

P1180658Au printemps dernier, sur l’île d’Oléron, j’avais découvert un oiseau limicole au plumage chatoyant : le tournepierre à collier (piqûre de rappel). Ce plumage était sa tenue de noce ; en temps normal, donc hivernal, le tournepierre est plus discret et se confond sans mal avec les débris divers laissés sur la plage dans lesquels il trouve pitance.
Toujours sur la même île, le tournepierre déambule donc désormais sur les plages, en nombre tout de même beaucoup plus restreint que les bécasseaux. Le tournepierre à collier est un migrateur, dont 6000 spécimens, en moyenne, hivernent en France, essentiellement en Bretagne. On va sans doute pouvoir les observer jusqu’au milieu du printemps, puis le grand voyage les mène en mai ou juin vers les zones arctiques où ils pondent leurs œufs et élèvent leurs petits.

P1180662

À cliquer : oiseaux.net et oiseaux-birds.com
Photos réalisées sur la commune de Saint-Georges d’Oléron en février 2018

L’huître et le saucisson

Nous sommes en novembre 1940. La France est occupée, ses ressources pillées, et le rationnement devient la règle pour tous les produits alimentaires. Tous ? non. Un seul résiste encore et toujours à l’envahisseur, car celui-ci ne le trouve point à son goût, ce produit, c’est l’huître :

1

Et c’est ce que relate un article du quotidien Ouest-Eclair (édition de Nantes) du 13 novembre 1940, en bas de première page (la suite est sur la page 2). L’auteur de l’article se déclare ainsi fort surpris en observant des ouvriers sur un chantier parisien, où à l’heure de récupérer leur casse-croute dans leurs musettes, les ouvriers ne sortent point les traditionnels saucisson et vin rouge mais, à la place, des huîtres et du vin blanc. C’est que le saucisson est rationné et l’huître, non. D’où abondance et profusion : la consommation d’huîtres explose, elle est même multipliée par 20 entre septembre 1939 et octobre 1940. Le principal département fournisseur est, bien sûr, la Charente-Inférieure comme on disait à l’époque, en clair, le bassin de Marennes.
Là où l’article devient amusant, c’est dans la légende de son illustration :

2

On y lit, même si la reproduction est floue, que l’on se trouve à Rochefort, avec, au fond, le fort du Chapus. Tout ceci est pour le moins approximatif. Rochefort est, grosso modo, à 30 mn de voiture de Bourcefranc-le-Chapus, pile-poil où a été prise la photo. Quant au fort, il s’agit du Fort Louvois, effectivement sur la même commune, mais totalement invisible depuis Rochefort. Ces journaux de province … ils ne peuvent pas s’empêcher de raconter n’importe quoi …

 

Un jour le jour reviendra …

Les gens tirent la tronche, plissent le museau et font la tête. Tête baissée vers le trottoir détrempé, le quidam arpente vite la ville trop grise et trop mouillée. Des jours et des semaines que ça dure, que le soleil est en RTT voire en longue maladie. On voit la vie en noir et blanc, et ça finit par peser, même Sud-Ouest en a parlé. Ce qui vaut pour la ville vaut aussi pour le littoral. Prenons l’exemple de la Charente-Maritime dimanche dernier, plus précisément la commune du Château d’Oléron. Fin de matinée, la mer baisse et le changement de marée n’apportera que de la pluie (le précédent avait fait « crachin » et « presque une éclaircie mais pas vraiment »). Les ostréiculteurs partent vers leurs parcs, la plate fend la brume et, au loin, on distingue vaguement Fort Louvois, ou du moins ce qui ressemble à son ombre :

ol-P1180201.jpg

À défaut de porter le regard au loin (Fort Louvois est sur le continent, enfin presque), intéressons-nous à des éléments plus proches, moins noyés dans ce gris mouillé qui rend les formes molles. Dans le chenal qui relie le nouveau port à la mer, il y avait un grèbe. Je n’en avais jamais vu à cet endroit, mais l’observer longtemps fut ardu : les objectifs d’appareil photo aiment peu le crachin, et, en plus, la mise au point s’avérait aléatoire. C’est que gris sur gris, c’est pas simple. Et pourtant, dans la vraie vie, donc par beau temps, ce grèbe-là a quelques couleurs :

ol-P1180150.jpg

Puisque le grèbe est terne, visons les oies. La bernache cravant est naturellement blanche et noire, ça colle avec le paysage, au moins, on  n’est pas déçu. Et puis, derrière, bien séparés des bernaches, des huîtriers-pies se sont posés. On distingue leur pattes et leurs becs rouges. Si si, regardez bien :

ol-P1180147.jpg

Photos prises en couleurs et sans trucage sur l’île d’Oléron le 21 janvier 2018

 

Le retour de la galère

P1170795Les plages en hiver sont pleines de surprises. En déambulant sur l’île d’Oléron, je vis quelque chose qui ressemblait, selon l’imagination de chacun, à un préservatif ou à une tétine pour dauphin (cette dernière hypothèse fut émise par une amie que je tiens à remercier ici pour son sens de la poésie). Il s’agit en fait d’un genre d’animal particulièrement urticant, repéré aussi en masse en Vendée (Ouest-France). La Vendée et la Charente-Maritime, ça se touche, et les physalies, aussi nommées « galères portugaises », ça dérive. D’où leur présence pas si étrange que cela.

Photo réalisée sur l’île d’Oléron fin décembre 2017

Un futur requin

Se balader sur la plage en hiver reste un vrai plaisir : peu de monde, juste le bruit (parfois fracassant) des vagues, le sable qui, enfin, ne brûle pas les pieds et ne sent pas la crème solaire, et surtout l’occasion d’observer des créatures difficiles à voir en été.
C’est ainsi le cas de ce petit réceptacle jaune accroché par des sortes des filaments à une algue :

P1170801

Il s’agit de l’œuf d’un petit requin très courant le long des côtes françaises métropolitaines, la roussette. Même si le mot « requin » fait encore stupidement peur, la roussette est totalement inoffensive, et on peut même la déguster avec une sauce un peu relevée : elle est commercialisée sous le nom de « saumonette », l’allusion au « saumon » (avec qui  elle n’a rien à voir) étant plus vendeuse que l’affiche « requin ». Les préjugés ont la vie dure. Dans un même ordre d’idée, le requin-taupe est ainsi vendu sous le nom de « veau de mer ».
Mais revenons à notre œuf. Si la roussette est un petit requin, son œuf est plutôt grand. La roussette pond ses œufs dans des algues, auxquels ils s’accrochent et avec lesquelles ils dérivent, parfois jusque sur le sable. L’embryon se transforme lentement (200 jours environ) en poisson. Au bout d’un peu plus de trois mois, l’œuf proprement dit se fissure et laisse entrer l’eau de mer : le futur requin développe alors ses branchies. Encore un peu plus de trois mois plus tard, le bébé requin devenu trop grand sort de son œuf. Il mesure alors 8 à 10 cm et s’apprête à mener la vie rude des animaux marins, risquant de finir dans une assiette l’âge adulte à peine atteint.

Sources : espace-sciences.org et aquarium de St-Malo

Photo prise sur l’île d’Oléron fin décembre 2017

La pleine lune du 1er janvier

P1170901Si vraiment on chipote, la lune ne fut réellement pleine à 100% que le 2 janvier sur le coup de 3 h du matin (voir le calendrier des phases de la lune). Le 1er au soir, elle frôlait le plein : 99,8% au moment où j’ai pris la photo. La lune n’est pas seulement pleine, elle est aussi proche de la terre : 356 365 km (contre 384 400 km en moyenne), autant dire qu’elle déambule en proche voisine, d’où son surnom de « super lune ». La prochaine aura lieu le 31 janvier, mais moins impressionnante qu’en ce 1er janvier : pour atteindre une proximité comparable (« périgée » est le terme exact), il faudra attendre 2034, selon Sciences&Avenir.

C’est la saison de l’huîtrier

1-P1170371.jpgL’huîtrier-pie est un limicole au bec rouge capable de casser les coquilles de nombreux mollusques, et pas seulement celles des huîtres, ce qui pourtant peut déjà être considéré comme une prouesse quand on considère à quel point ces bêtes sont parfois difficiles à ouvrir, même avec le couteau ad hoc.
En ce qui concerne la petite — mais croissante — population résidant en France (à peine plus de 4% des spécimens hivernant en Europe, et au mieux 0,5% des nicheurs), l’huîtrier-pie est surtout présent sur les rivages de la Manche.

2-P1170370.jpg

Cependant, depuis quelques années, le nombre de ces oiseaux augmente sur le littoral atlantique, jusque sur le Bassin d’Arcachon (il y a des couples nicheurs sur le Banc d’Arguin). C’est pour cela que j’en vois à chaque hiver sur l’île d’Oléron, où les coquillages sont encore assez nombreux (y compris les huîtres des parcs ?). Selon l’INPN, il se pourrait que la hausse des effectifs en France soit liée à la surexploitation des coquillages sur les aires habituelles de présence de l’huîtrier-pie, nettement plus au nord, mettant notamment ainsi en évidence une des conséquences de la surexploitation de la mer des Wadden (Pays-Bas).

2-P1170377.jpg

Photos prises sur l’île d’Oléron en décembre 2017

La chansonnette [11]

Marc Ogeret
La Chanson de Craonne
1973

Dès les premiers mois, une fois qu’il est enfin évident que le conflit sera long, les soldats ne supportent plus la guerre, ou plus exactement les conditions dans lesquelles elle se déroule, les sacrifices qu’ils offrent à la patrie pour des résultats militaires inexistants. C’est le sentiment de se battre pour rien qui est à l’origine de contestations qui trouvent leur apogée dans les mutineries de 1917, mais qui s’expriment aussi dans les chansons, dont cette fameuse Chanson de Craonne, interprétée ici par Marc Ogeret en 1973 (vous pouvez en lire le texte ici et ici). Inutile de préciser que l’état-major appréciait fort peu ce genre de ritournelle. Il parait même qu’une récompense était promise à quiconque en dénoncerait l’auteur.
Il se trouve que je pense à cette chanson aujourd’hui, car d’après un titre de Sud-Ouest (je ne suis pas allée plus loin, n’étant pas abonnée), l’interprétation de cette œuvre lors des commémorations du 11 novembre, à Dolus d’Oléron (Charente-Maritime) a tourné à la polémique. Des anciens combattants (qui, de toute façon, ne sont plus ceux de la guerre de 14) n’ont apparemment pas apprécié ce moment, pourtant probablement fort, de la cérémonie. L’aspect antimilitariste, mais aussi défaitiste, voire désespéré, du texte, choquerait-il encore aujourd’hui ?

La saison est ouverte

P1160144Au week-end dernier, il y avait des giroles sur le marché. Nous avons mangé nos premiers cèpes (largement achetés, il est vrai, mais aussi un petit peu cueillis dans la forêt). Pas de grosse cueillette à ce jour, la saison ne fait que commencer, mais ce sont ces moments prometteurs de gourmandise qui sont peut-être les meilleurs, comme cet instant où je me suis trouvée face à un champ de coulemelles, de jeunes coulemelles bien tendres et bien saines. Un régal.

Photo prise en Charente-Maritime en septembre 2017

Dress code pour pêche à pied

Les prochaines grandes marées ne sont prévues que pour les alentours du 8 septembre, alors à quoi bon en parler dès aujourd’hui ?
C’est que la pêche à pied, ça se prépare, d’autant plus qu’une nouvelle règle vestimentaire vient de voir le jour. À vous de juger du côté, sinon esthétique, du moins pratique de la chose :

Constat réalisé en Charente-Maritime en août 2017

Echos locaux (mardi 22 août 2017)

  • Je sors de table (13 h et quelques) et donc je parle tambouille. Normal. Le jambon d’Auvergne (avec sa pointe d’ail) a obtenu son IGP en 2015, ce qui le porte au même rang que le Bayonne (IGP depuis 1992). Il fait sa pub dans La Montagne. Dans le même temps, suite à un printemps glacial puis un début d’été odieusement chaud, les vendanges commencent ou sont sur le point de commencer un peu partout. Bordeaux n’est pas en reste, mais mon regard se porte aujourd’hui sur le sud des côtes du Rhône : hier, les blancs ont commencé à être cueillis en Gigondas, Tavel, Châteauneuf-du-Pape, etc. (Le Progrès de Lyon).
  • Puisque c’est l’été et donc, pour bon nombre de mes contemporains, c’est un temps de vacances, certains d’entre eux tentent le couple plage-baignade, y compris sous des latitudes un chouia septentrionales : nous sommes dans la région Hauts-de-France (je ne me ferai jamais à ce nom), et les plus téméraires bronzent et font trempette tout nus. Pas facile, mais pas pour des raisons climatiques (26°C à Berck, c’est jouable) : deux plages seulement l’autorisent, une à Berk (Pas-de-Calais) et une dans la Somme. Et encore ça chouine dans les parages. C’est que ça doit pas être très moral, tout ça (La Voix du Nord).
  • Avez-vous l’esprit joueur ? si c’est le cas, rendez vous en Charente-Maritime, plus précisément à Corme-Royal. Non seulement la région est magnifique (les clochers romans de Saintonge, la vallée de la Seudre, les îles, …) mais on peut s’y baigner (à poil ou pas) dans plusieurs endroits. Une fois tous ces loisirs épuisés, en fin de semaine, vous pourrez participer à un loto-bouse : pour tout savoir sur cette tradition, plus habituelle dans les régions du nord parait-il, lisez Sud-Ouest.

Le territoire des goélands

Grande plage de Saint-Trojan (c’est sur Oléron, Charente-Maritime, pour les nouveaux visiteurs de ce blog qui vivent à l’est du méridien de Greenwich), tous les étés, mêmes jours, mêmes heures. Les goélands sont là et pas ailleurs, ils occupent la plage et la dune sur une dizaine de mètres de large, s’en éloignent à peine quand chiens ou humains les perturbent. Et puis reviennent, sans faire trop de bruit (ce qui est rare pour cet oiseau-là). Certains sont jeunes, des petits de l’année reconnaissables à leur plumage gris, les autres sont adultes. Et ils vivent là, en bande, face au large. Le bonheur, non ? Que demander de plus ?

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos attrapées avec bonheur à St-Trojan-les-Bains en août 2017

Le pont de Tolbiac est définitivement fermé à la circulation

P1130716Contrairement à une rumeur propagée par les cercles parisiens mal informés, le pont de Tolbiac, le vrai, n’enjambe pas un vague fleuvaillon appelé « Seine » mais le superbe chenal de la Baudissière, sur la commune de Dolus d’Oléron. À marée basse, c’est joli, à marée haute, surtout avec un coefficient de 102, c’est très beau :

tolbiac-P1130712.JPG

Ce vieux pont relève d’une prouesse technique de l’âge du bricolage de bois (entre l’âge du fer et l’âge du bronze), dont on peut encore percevoir les subtilités architecturales :

tolbiac-P1130714.JPG

Depuis plusieurs mois (années ?), il est fermé pour des raisons de sécurité. Le temps (dans les deux sens du terme) a désormais eu totalement raison de lui :

tolbiac-P1130715.JPG

Constat établi en juin 2017

Collection # 396

Un joli costume pour le mariage

tournepierreP1110457.jpgDe loin, j’ai cru voir des bécasseaux. Le vol est quasiment le même, la taille est à peine supérieure, et puis, il est tellement habituel de voir des bécasseaux sur l’île d’Oléron qu’on s’y attend forcément.
La balade avait lieu sur le port de La Cotinière. Les fameux oiseaux crapahutaient, pour les uns, au ras de l’eau, pour les autres sur les chalutiers, cherchant alors pitance sur les filets.

tournepierre-P1110448.JPG
C’est en y regardant de plus près qu’il parut évident que de bécasseau il n’y avait point. Le plumage tout d’abord, chamarré et aux couleurs chaudes comme un pelage : l’oiseau a un petit côté peluche assez sympathique. En gambadant sur le site oiseaux-birds.com, j’appris que c’était un plumage saisonnier et réservé aux mâles puisqu’il s’agit d’un plumage nuptial.

tournepierre-P1110392.JPG

Mais au fait, si bécasseau ce n’est point, qu’est-ce donc ? il s’agit du tournepierre à collier, un opportuniste niveau tambouille, qui cherche donc un peu partout de quoi satisfaire son appétit, y compris en soulevant pierres et algues, d’où son nom. Et ça, le bécasseau, pourtant aussi limicole que le tournepierre, ne sait pas faire. De même, le bécasseau garde la tête rentrée dans les épaules alors que le tournepierre peut fort bien la dresser pour voir au loin.

tournepierre-P1110446.JPG

Photos prise à La Cotinière (île d’Oléron) en avril 2017

Collection # 395