Le cri du troglo

p1090744Comme il est écrit sur le site oiseaux.net, le troglodyte mignon est « un oiseau pétulant et furtif qui aime se faire entendre ». Il peut donc se mettre à chanter, bien fort, dès que les premiers signes du printemps apparaissent (en gros, maintenant). Pour avoir une idée du chant du troglo, cliquez ici.
De loin, aujourd’hui, j’ai entendu tout autre chose : c’était le cri dudit troglo. Vous pouvez essayer de l’écouter en lançant la vidéo ci-dessous, en faisant autant que possible abstraction des sons urbains environnants :

Des oiseaux dans la ville : janvier 2017

Avant la vague de froid qui a transformé les jardins et les humains en glaçons, le martin-pêcheur (ci-dessous à gauche) et le faucon crécerelle (ci-dessous à droite) ont confirmé leur présence dans l’agglomération bordelaise :

1

Puis le froid vint …, et arriva avec lui une petite nouvelle dans le jardin, la fauvette :

2p1090338-jpg

Il fut aussi possible de voir parfois le chardonneret :

2p1090321-jpg

Le rougegorge gonfla ses plumes du mieux qu’il put pour conserver la chaleur :

3p1090346-jpg

Les mouettes ne parurent pas le moins du monde gênées par la couche de glace sur les mares diverses et variées :

4p1090364-jpg

Néanmoins, depuis quelques jours et indépendamment du redoux qui s’affirme (15°C cet après-midi), des signes de printemps apparaissent. Certains passereaux commencent à jouer à « vole après moi que je t’attrape », et quelques mouettes rieuses arborent déjà le plumage noir facial qui indique l’entrée dans la saison peace and love :

5p1090540-jpg

 

 

Des oiseaux dans la ville : décembre 2016

Toujours Bordeaux, bien sûr, mais aussi Nantes, où les cormorans y sont en bien plus grand nombre apparemment. J’y ai aussi vu une mésange bleue et des pinsons :

p1080827

Du côté de Bordeaux, l’observation commence par les mangeoires de mon jardin, où l’on voit quotidiennement les trois types de mésanges les plus courants, à savoir la mésange charbonnière (à gauche), la mésange bleue (au centre) et les troupeaux de mésanges à longue queue (à droite) :

mesanges

Toujours à Bordeaux, il fut possible de voir, outre les habituelles mouettes et les non moins habituels moineaux et rouge-gorge, un chardonneret élégant, … :

p1080216

… un geai (à gauche) et, à de multiples reprises, une sittelle torchepot (à droite), … :

oiseaux

… un grimpereau, … :

p1080301

… un héron cendré, … :

p1080538

… et surtout, à la fin du mois, nous avons assisté au retour du faucon crécerelle dans le secteur du Lac :

p1080932

Des grues fin décembre ?

p1080919La grue cendrée est le plus grand échassier d’Europe. C’est un oiseau migrateur, qui traverse la France du nord-est au sud-ouest sur une bande d’environ 200 km de large. La grue niche dans les régions proches de l’Arctique, puis hiverne en Espagne et de plus en plus en France, en particulier dans les Landes. Il arrive aussi que certaines hivernent sur l’étang de Cousseau, en Gironde.
À Bordeaux, on la voit rejoindre ses zones d’hivernage dès la fin du mois d’octobre et même jusqu’au tout début de décembre : ce fut le cas cette année. Puis le mouvement inverse s’opère généralement à partir de la deuxième quinzaine de février. Il n’y a donc aucune grue visible dans le ciel bordelais en période de Noël, d’où ma surprise, hier et aujourd’hui, d’en voir et d’en entendre quelques unes. Selon le site migraction.net, cela arrive en effet : un coup de froid un peu tardif peut les faire migrer jusqu’à mi-janvier.

p1080922

Photos prises aujourd’hui même au-dessus de l’agglomération bordelaise

Collection # 378

Coup d’œil sur le marais
Réserve naturelle du marais de Bruges, décembre 2016

marais

Le printemps est proche

p1080815Depuis quatre jours, la rumeur prétend que les jours rallongent. Ça ne se voit pas trop car il fait plutôt gris, mais c’est un fait astronomique avéré, source de la fête du solstice piratée par la bande à bondieu pour en faire Noël.
A défaut de soleil radieux, certains signes montrent que la nature est prête au décollage printanp1080831ier : les magnolias sont en bouton aussi bien dans les parcs de Bordeaux que dans ceux de Nantes. C’est aussi à Nantes que j’ai vu des petites fleurs ressemblant par leur forme à des primevères (en haut à gauche). Et aujourd’hui, dans mon jardin, les jonquilles pointaient leurs feuilles (ci-contre à droite). En 2016, elles avaient fleuri au tout début de février.