Une hirondelle ne fait pas le printemps. Mais une grenouille ?

L’adage populaire pourrait être exact : il fut vu de l’hirondelle le jour même de l’ouverture officielle du printemps, le printemps astronomique, celui des calendriers (le printemps « biologique », ici surnommé « saison peace and love » commence un bon mois plus tôt). Puis ladite hirondelle fut revue deux jours plus tard : il faisait néanmoins très frais et humide. La belle migratrice ne faisait donc point le printemps, mais tentait tant bien que mal de clôturer l’hiver.
Ce n’est donc pas vers les oiseaux que je me tourne pour déclarer ouverte la saison printanière 2017. Hier, au détour d’un étang du bassin d’Arcachon, j’ai vu ma première grenouille de l’année, et depuis il fait beau ; Météo France nous annonce du carrément chaud pour jeudi. Certes, d’autres anoures avaient ouvert le bal : les rainettes mi-frévrier, puis les crapauds une  dizaine de jours plus tard, mais ce sont bien les grenouilles qui ont apporté le vrai soleil bien franc, celui qui transforme les fleurs en fruits et qui attire les butineurs dans le romarin. Bon printemps à tous.

P1100552

Photo : Bassin d’Arcachon, fin mars 2017

Sur le Bassin d’Arcachon

« Sur » au sens d' »au-dessus », comme en avion mais pas vraiment, quoique si un peu quand même. L’avis de tempête (alerte rouge) risque de nous éloigner du Bassin demain, mais pas question de ne pas admirer ce si bel endroit. Ce soir ? de nuit ? avec le temps de chien qu’il fait ? que nenni. C’est l’ordi sur les genoux, eux-mêmes sur le canapé du salon, que je déambule, en avion s’il vous plait. Vol Air France reliant Casablanca à Roissy, grâce à Flightradar24, qui permet un vol presque en temps réel. Il suffit, une fois sur le site (flightradar24.com) de cliquer sur l’avion de son choix, puis sur la minuscule icône « 3D » dans la fenêtre à gauche. Et c’est parti … Il y a moins de dix minutes, le Casablanca-Roissy était là  et c’était joli :

capture-decran-2017-02-03-a-18-55-04

Et elle fut nommée « Côte d’Argent » …

p1090500Nous sommes en 1905. Le journaliste bordelais Maurice MARTIN propose que le littoral qui s’étend de Royan jusqu’au Pays Basque porte le nom de « Côte d’Argent ». C’est d’ailleurs pour cela que l’homme est connu, alors que ses étude de commerce et ses débuts dans le négoce du vin le destinaient à une toute autre forme de célébrité, du moins a priori.
Le fait de donner une couleur aux côtes françaises est alors dans l’air du temps : c’est la Côte d’Azur qui a ouvert le feu en 1887, suivie de la sublimissime Côté d’Emeraude en 1894.
Cette appellation couvre aujourd’hui une zone plus petite qu’en 1905 : la région de Royan se nomme Côte de Beauté depuis 1931, quant à la Côte Basque, elle se nomme … Côte Basque !
En déambulant du côté du Bassin d’Arcachon aujourd’hui, alors que la marée avait apporté le presque beau temps pour le reprendre à peine six heures plus tard, j’ai bien compris que cette expression de Côte d’Argent était pertinente. La luminosité était telle que même le nom de Côte de Mercure aurait pu être adéquat, mais c’est sans doute moins glamour.

p1090501

Source : Wikipédia
Photos : Bassin d’Arcachon, 28/01/17

Collection # 382

Le rougegorge

rouge

Collection # 379

Aigrettes
Bassin d’Arcachon, décembre 2016

aigrettes

 

Elle ne passera pas l’hiver

p1070936Elle ne passera pas l’hiver, mais sa descendance, oui. C’est la règle chez les libellules : quand l’automne se fait trop piquant, que l’hiver arrive, les adultes meurent.

Mais les œufs et les larves sont bien planqués pour affronter la dure saison qui arrive, et ils seront prêts à se transformer en vraies libellules au printemps, qui à leur tour pondront des œufs qui deviendront des larves, etc.

Photo : Arès, novembre 2016