Se rafraichir

La canicule alerte en orange sur la quasi-totalité du territoire français métropolitain. Toute l’Europe sue et dégouline, y compris, et peut-être même surtout, l’Europe du Nord. Le glacier du plus haut sommet suédois fond comme une glace à la vanille sur son cornet (à lire ici). En Norvège, où les 30°C sont dépassés au-delà du cercle polaire, les rennes cherchent la fraicheur dans les tunnels routiers (à lire là). Et en Finlande ? il y a des lacs, on se baigne, l’eau est bonne voire tiède. Les mouflets, tout à la joie de batifoler dans l’onde pure, notamment parce-que de petits poissons y batifolent aussi, les mouflets, disais-je, foncent vers la flotte sans même enfiler le maillot, ni même ôter le casque cycliste :

bain-P1210676.jpg

Région de Savonie du Sud (Finlande), juillet 2018

Et pourtant, c’est facile d’être pudique au bord des lacs : des cabines sont disposées de-ci de-là pour que le baigneur puisse aisément se changer. Souvent spartiates (mais éventuellement spacieuses), ces cabines peuvent parfois aussi être ravissantes :

bain-P1210561.jpg

Rantasalmi (Finlande), juillet 2018

Publicités

Collection # 417

Des bateaux partout
Stockholm, juillet 2017

Collection # 415

BRUNNSVIKEN
Lac proche de l’université de Stockholm, juillet 2017

Stadshuset

Le suédois, c’est facile : « stad » c’est la ville, « huset » la maison (comme le « house » britannique), donc Stadshuset, c’est l’hôtel de ville. Je le dis tout net, ce n’est pas le bâtiment que j’ai préféré à Stockholm : un peu lourd, un peu trop « c’est moi le plus grand, nananère », bref limite pompeux (huit millions de briques rouges ont été nécessaires à son édification). Néanmoins, la bâtisse plantée sur les berges du lac Mälaren mérite quand même le détour, ne serait-ce que pour des raisons symboliques : c’est là que, chaque année, a lieu le banquet faisant suite à la remise des prix Nobel (sauf celui de la paix, décentralisé en Norvège). C’est un bâtiment relativement récent eu égard à la longue histoire de la ville : il a été achevé en 1923.

Photos réalisées en juillet 2017

Ma chère huître

IMG_2080Une huître à 3 € pièce ! le prix, chez moi à Bordeaux, de la demie douzaine ! 28 couronnes suédoises, c’est bien ça : 3 euros, et pour de la vulgaire normande encore (il faut compter au moins O,50 € de plus pour la meilleure de la bande, la Marennes-Oléron).
Mazette, fichtre et diantre, ce n’est point donné. Il faut dire que, pour être dégustée en terre suédoise, l’huître a voyagé : 90 % des huîtres européennes étant produites en France, celles qui sont gloutonnées ailleurs sont presque à coup sûr des produits d’importation. Et puis, serait-ce raisonnable de tenter l’ostréiculture dans cette pauvre Baltique, peu salée, peu profonde, et surtout odieusement polluée ?

Photo prise dans un resto de Stockholm en juillet 2017 où, toute proportion gardée, le homard était nettement moins cher

Collection # 411

Ile de Sandhamn
Archipel de Stockholm, juillet 2017

Une autre grive

P1140915À la maison, c’est-à-dire à Bordeaux, nous avons la grive musicienne et, dans une moindre mesure, la grive draine. J’avoue, je confonds un peu les deux.
Dès le premier jour à Stockholm, un oiseau de format « grive » a attiré mon attention, mais ce n’était pas comme à la maison : une manière un peu différente de se tenir, une tête chapeautée de gris. C’était diffus et confus, mais c’était quoi ? une grive assurément, mais laquelle ?
Il s’agit de la grive litorne, qui niche (et donc se reproduit) en Scandinavie puis hiverne un peu plus au sud, notamment en France. Cette grive-là apprécie les zones humides : à Stockholm, où un tiers de la ville est composée d’eau, elle est servie !

P1140544

Photos prises à Stockholm en juillet 2017
Source : oiseaux.net