Des oiseaux dans la ville (février 2018)

Les mois de février se suivent et se ressemblent. L’an dernier déjà, je me plaignais du peu de piafs vus dans le mois, accusant le temps qui passe et le temps qui manque. C’est que février est un mois court.
Je n’ai finalement eu que peu de temps pour effectuer des ornitho-balades en zone urbaine. Les virées en ville eurent parfois un autre but, comme chercher la neige, par exemple : c’était avant-hier, j’en ai parlé cet après-midi. Il n’y avait aucun oiseau visible ni même franchement audible. La ville était étrangement silencieuse, comme si gens et bêtes étaient entrés en hibernation en même temps.
Bref, pour revenir à nos moutons, et donc à nos oiseaux, je n’en présenterai que deux ce mois-ci. Tout d’abord le chardonneret, hyper présent :

P1180750

Et puis, caché derrière des branches, le pipit, que je n’avais pas vu depuis de longs mois :

P1180414

À part cela, j’ai aperçu le martin pêcheur, revu le faucon crécerelle, mais seulement en début de mois, et nourri des mésanges bleues dans mon jardin. Un vol de grues est passé sur Bordeaux hier soir. Le printemps arrive et la série « Des oiseaux dans la ville » s’achève. C’était aujourd’hui le dernier épisode, avant une autre série, sur un autre thème, un jour peut-être.

Des oiseaux dans la ville (janvier 2018)

Les mois d’hiver sont généralement les plus riches ornithologiquement parlant ; ce janvier-ci ne fait pas exception à la règle. Il y a bien sûr, les habitués de la ville, comme le merle, le rougegorge, les mésanges (des trois types les plus fréquents à Bordeaux : charbonnière, à longue queue, bleue), la grive ou la sittelle torchepot :

janvier sittelle.jpg

Dans un même ordre d’idée, la mouette rieuse n’a toujours pas rejoint les rives océaniques, et le cormoran non plus :

janvier cormoran.jpg

Le chardonneret picore les fruits de l’érable … :

janvier chardonneret.jpg

… et le faucon crécerelle a repris ses quartiers d’hiver sur son lampadaire :

janvier faucon.jpg

Ça se confirme, un grèbe s’est installé en banlieue nord, mais je ne sais pas de quel type de grèbe il s’agit. De la taille du grèbe huppé, il n’en a ni les couleurs ni la petite couette sur la tête :

janvier grèbe.jpg

Une seule fois, furtivement, j’ai aperçu un roitelet :

janvier roitelet.jpg

Plus original est l’oiseau ci-dessous, c’est l’oiseau mystère du mois, que je n’ai pas réussi à identifier :

janvier ?.jpg

 

Des oiseaux dans la ville (décembre 2017)

Qu’il s’agisse de Bordeaux ou de Paris, le mois de décembre s’avéra ornithologiquement sympathique. Je rappelle que le troglodyte mignon est revenu dans mon jardin :

décembre-P1170327.jpg

Mais il y eut aussi, dans le jardin et ailleurs, la mésange à longue queue :

décembre-P1170214.jpg

Hors du jardin, le chardonneret est assez présent … :

décembre-P1170540.jpg

… tout comme la grive :

décembre-P1170574.jpg

Le héron cendré attend son heure de pêche (ici à Paris) … :

décembre-P1170767.jpg

… qui coïncide avec celle de la pause chez les cormorans (Paris toujours) :

décembre-P1170771.jpg

Mais le plus surprenant, en banlieue bordelaise fut ce grèbe, que je n’avais jamais vu à cet endroit auparavant :

décembre-P1170643.jpg

Des oiseaux dans la ville (novembre 2017)

L’hiver arrive avec force, et les oiseaux sont plus visibles en ville, notamment dans les jardins publics où il est aisé d’observer la grive … :

novembre-grive.jpg

… et le geai :

novembre-geai.jpg

J’ai installé deux boules de graisses dans le petit arbre devant la fenêtre de cuisine, qui attirent les mésanges bleues (qui ne fréquentent mon jardinet que si je les nourris) … :

novembre-mésange bleue.jpg

… et les mésanges à longue queue :

novembre-mésange longue queue.jpg

Certains jours, en banlieue nord, on peut même entendre et voir le troglodyte mignon :

novembre-troglo.jpg

Dans le même secteur, à défaut de jouer Le Lac des Cygnes, nous avons le cygne du lac (le même qui paradait ici-même mercredi) :

novembre-cygne.jpg

Et puis, quand l’hiver vraiment tape fort et que le brouillard refuse de se lever, on distingue quand même les mouettes rieuses … :

novembre-mouette.jpg

… le héron cendré … :

novembre-héron.jpg

… et même, en faisant un gros effort, on devine un bécasseau :

novembre-bécasseau.jpg

Par contre, le mois dernier j’avais annoncé martin-pêcheur et grues. Ils furent aperçus et entendus, mais impossible de les faire entrer dans la boite à images. C’est têtu, ces bêtes-là !

Des oiseaux dans la ville (octobre 2017)

Je suis déçue par le peu d’oiseaux vus à Bordeaux en ce début d’automne, saison pourtant prometteuse en général. Il y a bien des cygnes sur le lac et aussi sur la Garonne, comme ici près des épaves de la Deuxième Guerre mondiale :

oiseau-P1160229.jpg

Les cormorans sont toujours bien présents, mais pas forcément beaucoup plus nombreux qu’en septembre :

oiseau-P1160371.jpg

Les mésanges charbonnières sont aussi relativement nombreuses :

oiseau-P1160404.jpg

Un oiseau m’a quand même fait très plaisir, parce que je ne l’avais pas observé depuis longtemps. Il s’agit de la sittelle torchepot :

oiseau-P1160270.JPG

Tous les espoirs sont néanmoins permis pour novembre : je crois bien que l’on va assister au retour du martin-pêcheur (flèche bleue survolant un étang aujourd’hui même), et les premières migrations de grues ne vont pas tarder (un vol a été vu et entendu avant-hier par quelqu’un de confiance qui m’a aussitôt transmis l’info).

Des oiseaux dans la ville (septembre 2017)

Je ne reviendrai pas au-delà du raisonnable sur le cordonbleu à joues rouges, vu à Bordeaux ce mois-ci mais probablement échappé d’une cage : j’en ai parlé le 12 septembre. Il n’est plus davantage question d’évoquer les hirondelles : elles semblent avoir toutes mis les bouts, sans un dernier au-revoir depuis les fils électriques. Actuellement, ce sont plutôt les étourneaux qui se rassemblent. Je pensais que les milans étaient tous partis, mais j’ai vu trois rapaces qui m’y ont fait beaucoup pensé pas plus tard que la semaine dernière. Voici un des ces spécimens, pris de vraiment trop loin pour que la photo soit bonne :

oiseau-P1160162.JPG

Mais il n’y a pas que les migrateurs. Les moineaux batifolent … :

oiseau-P1160119.JPG

… les rouge-queues déambulent … :

oiseau-P1150768.JPG

… et même les traquets motteux prennent plaisir à se balader sur les quais (c’était la première fois que j’identifiais cet oiseau en plein centre de Bordeaux) :

oiseau-P1150909.JPG

Des oiseaux dans la ville : août 2017

Un peu fade, ce mois d’août, que ce soit à Bordeaux ou à Toulouse. Il y eut bien quelques merles et moineaux, des hordes d’étourneaux, mais l’exception ne fut point la règle, ce qui est finalement logique.
À Bordeaux, le faucon crécerelle a fait un retour remarqué au début du mois … :

aoûtP1150200.jpg

… tandis que quelques rares cormorans, avec leurs jolis yeux bleus, ne se décidaient pas à migrer vers l’océan. Le spécimen ci-dessous a été vu aujourd’hui même au Jardin Public :

aoûtP1150627.jpg

À Toulouse, où je n’ai passé que quelques heures en fin de mois, ce fut sur la Garonnette (un vieux bras de Garonne) que le miracle eut lieu. Tout d’abord du quasi-ordinaire en milieu humide, quoique urbain, avec l’aigrette garzette … :

aoûtP1150522.jpg

… et surtout un petit limicole que je n’avais pas encore eu l’occasion d’observer, à savoir un chevalier cul-blanc :

aoûtP1150523.jpg

Des oiseaux dans la ville : juillet 2017

Le mois de juillet permet de voir de nombreux juvéniles. À Bordeaux, au début du mois, les hirondelles trouvaient encore le nid familial bien agréable :

P1130820

Certains sont plus téméraires, ou malchanceux, comme ce que je suppose être un jeune pigeon, à Toulouse il y a quelques jours :

P1150095

Mais c’est surtout à Stockholm que j’ai vu le plus de jeunes oiseaux. C’est même un festival. Petit catalogue :

des bernaches nonnettes (en gris clair de part et d’autre des adultes sur la photo) :

P1140265

des choucas des tours :

P1140442

des goélands :

P1140940

une très jeune mouette, trop jeune même pour divaguer seule en centre-ville :

P1140827

et des foulques, si rigolos avec leur tête orange :

P1140971

D’ici quelques jours, j’évoquerai peut-être aussi, toujours pour Stockholm, les grèbes huppés, les cygnes, des grives que j’ai eu du mal à identifier, …

Des oiseaux dans la ville : juin 2017

Ce mois de juin fut, ornithologiquement parlant, fort mince. Entre la canicule et les averses orageuses à répétition, le temps ne fut clairement pas propice à des déambulations urbaines. Et puis il y eut le bac, avec le temps passé à surveiller, à corriger et à préparer les oraux, là encore rien de favorable aux balades en ville, quelle que soit la ville. En effet, ce mois-ci, il y eut deux villes : Bordeaux bien sûr, puis Pamiers, en Ariège, où j’ai passé quelques heures sous un cagnard d’enfer.
Bordeaux fut placée sous le signe de la grive, vue en grand nombre et à plusieurs reprises :

zozios-P1120841.jpg

Dans une flaque d’eau d’un parc, un oiseau faisait trempette et se désaltérait. Vu sa couleur et sa taille, je penche pour le serin cini :

zozios-P1120915.jpg

À Pamiers, j’ai surtout vu des rougequeues … :

zozios-P1130412.jpg

… et des bergeronnettes :

zozios-P1130439.jpg

Des oiseaux dans la ville : mai 2017

Mai fut un mois assez riche en terme de rencontres aviaires. Il a fait plutôt chaud, et le temps lourd a notamment permis de voir pas mal d’hirondelles, mais souvent à contre-jour :

mai-P1110944.JPG

J’ai vu aussi un rougequeue, … :

mai-P1110924.jpg

… puis bien sûr le héron cendré, en pleine discussion avec une tortue (mais j’ai eu beau chercher, cela n’a a priori jamais donné lieu à une fable de La Fontaine), … :

mai-P1110948.jpg

… et aussi un chardonneret qui se restaurait dans les fleurs :

mai-P1120323.jpg

Du côté des juniors, la deuxième couvée de poules d’eau est en pleine forme, soit encore largement au nid … :

mai-P1120227.jpg

… soit à table avec papa ou maman :

mai-P1120127.jpg

Le jeune rougegorge, en revanche, mange très bien tout seul :

mai-P1120814.jpg

Pour la première année, des oiseaux ont bâti un nid dans la glycine de mon jardin :

mai-P1120134.JPG

Après observation des oiseaux batifolant autour de ce nid au rythme des piaillements divers, il s’avère qu’il s’agit très probablement d’un nid de fauvette :

mai-P1120465.jpg

Mais le plus original ce mois-ci, aperçu une seule et unique fois, fut un chevalier guignette :

mai-P1110993.jpg

 

Des oiseaux dans la ville : avril 2017

Partons sur un lieu commun : les oiseaux, c’est fait pour voler. Très haut dans le ciel, comme le milan … :

oiseaux-P1110563.JPG

… un peu moins haut comme les colverts … :

oiseaux-P1110258.jpg

… carrément au ras de l’eau comme les hirondelles et les hérons … :

oiseaux-P1110178.jpg

… ou de brin d’herbe en brin d’herbe, comme le moineau :

oiseaux-P1110616.jpg

En ce printemps pas si chaud que ça, sauf très ponctuellement, les oiseaux poursuivent la construction des nids ou les consolident, d’où les allées et venues incessantes de la poule d’eau, avec bien souvent des brindilles dans le bec :

oiseaux-P1110511.JPG

C’est que la nouvelle couvée est sur le point d’éclore, tandis que les rejetons de la première ressemblent de plus en plus à la poule d’eau adulte :

oiseaux-P1110534.JPG

Des oiseaux dans la ville : mars 2017

Le mois de mars commença fort bien : les grues décidèrent de repartir vers le nord, le faucon crécerelle continua à se percher sur son lampadaire (mais je n’ai plus revu ce bel oiseau par la suite), et la bergeronnette des ruisseaux fit son retour devant l’objectif Leica tagadaschtoumpf qui fait les jolies images :

P1100072

Du côté de la volaille décorative des parcs et jardins, les jeunes oies d’Egypte ont bien grandi, elles maîtrisent désormais leur sortie de mare sans problème et ont acquis la propreté (ce qui rend la photo floue, c’est bien la peine de jouer avec du Leica tagadaschtoumpf) :

P1100205

Toujours chez les aquatiques, les canetons du colvert sont sortis de l’œuf et du nid dans la foulée, c’est pour cela qu’ils font partie des oiseaux dits « nidifuges » :

P1100664

Ce fut aussi le mois de la grive, vue de multiples fois et même parfois en couple (c’est bien la saison peace and love qui commence) :

P1100457

Il y eut aussi des couples de geais :

P1100474

Le mois de mars est bien sûr marqué par le retour de certains migrateurs : les hirondelles volent à toute vibrure, mais elles ne sont pas encore très nombreuses. Le milan noir est revenu lui aussi, poussant ses cris de chats au-dessus de mon jardin :

P1100667

Pour finir, place à l’oiseau mystère du mois : à peu près de la taille du moineau, son plumage fait penser à celui de la grive. Il se pourrait que ce soit un pipit, mais je n’en suis pas totalement sûre :

P1100702

Des oiseaux dans la ville : février 2017

Février fut un petit mois. Pas seulement parce-qu’il compte moins de jours que les autres, mais parce-que les photos urbaines furent plus rares : le temps qui passe ne fut pas suffisant pour titiller la bergeronnette et le merle noir, le temps qu’il fait, souvent venteux (alerte orange encore aujourd’hui), a provoqué la fermeture des parcs et jardins. C’est aussi ce vent qui empêche les oiseaux de voler droit, et qui cloue les mouettes en ville, parce-que, à la mer, c’est pire :

fevrierp1090674-jpg

Il y eut néanmoins quelques jolis plaisirs, comme le troglodyte mignon … :

fevrierp1090748-jpg

… et un cormoran très punk :

fevrierp1090740-jpg

Mais surtout, en ce mois de février, les oiseaux ont commencé la construction des nids, la drague bat son plein, et même chez la volaille décorative des parcs et jardins de Bordeaux, les familles se sont déjà agrandies, comme on peut le voir avec les oies d’Egypte :

fevrierp1090786-jpg

Des oiseaux dans la ville : janvier 2017

Avant la vague de froid qui a transformé les jardins et les humains en glaçons, le martin-pêcheur (ci-dessous à gauche) et le faucon crécerelle (ci-dessous à droite) ont confirmé leur présence dans l’agglomération bordelaise :

1

Puis le froid vint …, et arriva avec lui une petite nouvelle dans le jardin, la fauvette :

2p1090338-jpg

Il fut aussi possible de voir parfois le chardonneret :

2p1090321-jpg

Le rougegorge gonfla ses plumes du mieux qu’il put pour conserver la chaleur :

3p1090346-jpg

Les mouettes ne parurent pas le moins du monde gênées par la couche de glace sur les mares diverses et variées :

4p1090364-jpg

Néanmoins, depuis quelques jours et indépendamment du redoux qui s’affirme (15°C cet après-midi), des signes de printemps apparaissent. Certains passereaux commencent à jouer à « vole après moi que je t’attrape », et quelques mouettes rieuses arborent déjà le plumage noir facial qui indique l’entrée dans la saison peace and love :

5p1090540-jpg

 

 

Des oiseaux dans la ville : décembre 2016

Toujours Bordeaux, bien sûr, mais aussi Nantes, où les cormorans y sont en bien plus grand nombre apparemment. J’y ai aussi vu une mésange bleue et des pinsons :

p1080827

Du côté de Bordeaux, l’observation commence par les mangeoires de mon jardin, où l’on voit quotidiennement les trois types de mésanges les plus courants, à savoir la mésange charbonnière (à gauche), la mésange bleue (au centre) et les troupeaux de mésanges à longue queue (à droite) :

mesanges

Toujours à Bordeaux, il fut possible de voir, outre les habituelles mouettes et les non moins habituels moineaux et rouge-gorge, un chardonneret élégant, … :

p1080216

… un geai (à gauche) et, à de multiples reprises, une sittelle torchepot (à droite), … :

oiseaux

… un grimpereau, … :

p1080301

… un héron cendré, … :

p1080538

… et surtout, à la fin du mois, nous avons assisté au retour du faucon crécerelle dans le secteur du Lac :

p1080932

Des oiseaux dans la ville : novembre 2016

Nous sommes toujours à Bordeaux. Le mois de novembre s’est achevé comme il avait débuté : sous un beau ciel bleu, mais les températures ont sérieusement dégringolé (3°C ce matin à l’heure de filer au taf) et plusieurs jours furent gris et même humides.
Dès le 1er novembre (puis ensuite aux alentours du 20), les grues cendrées survolaient la ville, mais bien sûr sans s’y arrêter :

grues

Un jour de grand soleil, je vis un troglodyte mignon, que je ne réussis à apercevoir de nouveau qu’aujourd’hui, de manière brève :

troglo

Le 10 du mois, une aigrette garzette s’est posée en banlieue nord, pas bien loin du lac. Je ne l’ai jamais revue depuis :

aigrette

Puis vint l’oiseau mystère sans lequel cette rubrique n’aurait pas lieu d’être. Je pense à un pinson mais peut-être pensé-je de travers. Pincez-moi si pinson ce n’est pas :

pinson

Plus il fait frais, plus les étourneaux se rassemblent en ville :

etourneaux

Il en va de même pour les mouettes rieuses, qui arborent leur plumage d’hiver, avec juste un petit trait noir sur la face. Elles cherchent pitance un peu partout, trouvant fort agréable ce poisson mort qui flotte dans une mare du Jardin Public lorsque la nuit tombe :

mouette

Même scénario pour les cormorans, déjà bien présents le mois dernier, et qui trouvent fort agréable d’étendre leurs ailes depuis les plus hautes branches des plus grands arbres de la ville :

cormoran

Le héron cendré a, lui aussi, pris ses quartiers d’hiver, s’étirant tranquillement après la sieste :

heron-cendre

Pour finir, la mésange à longue queue, attirée par les mangeoires bien garnies, est de plus en plus présente dans mon quartier :

mesange-a-longue-queue

Des oiseaux dans la ville : octobre 2016

La ville, c’est bien évidemment Bordeaux et ses banlieues proches. Dans les parcs et jardins (mais pas que), les oiseaux semblent se sentir bien. Que pouvait-on donc observer en ce mois d’octobre, qui fut globalement doux et sec ?
La sittelle torchepot fréquente assidument les parcs du centre-ville … :

oct-sittelle-torchepot-jpg

… tout comme le moineau, le rougegorge et le grimpereau, pas toujours facile à voir car son plumage a la couleur de l’écorce des arbres :

oct-grimpereau-jpg

Le geai est très présent et très bruyant :

oct-geai-jpg

Par contre, le chardonneret fut plus difficile à prendre en photo ; la timidité, sans doute :

oct-chardonneret-jpg

Dans un jardin bien particulier, le Parc Rivière, le pic-vert est parfois bien visible :

oct-pic-vert-jpg

En banlieue nord, à proximité d’étangs artificiels, on peut rencontrer des bergeronnettes … :

oct-bergeronnette-jpg

… et leur cousine, la bergeronnette des marais, jamais vue à cet endroit auparavant :

oct-bergeronnette-des-marais-jpg

Lorsque le ciel vire au gris, les mouettes rentrent en ville … :

oct-mouette-jpg

… et les cormorans prennent leurs quartiers d’hiver :

oct-cormorans-2-jpg

oct-cormorans-jpg

La star des lieux humides est bien évidemment le martin-pêcheur, une flèche bleue pas toujours facile à photographier, mais visible quotidiennement :

oct-martin-pe%cc%82cheur-jpg

Et puis il reste le « non identifié », le « je ne sais pas bien qui c’est ». Le rapace qui vole au-dessus de la maison ne saurait être un milan : les milans noirs ont entamé leur migration dans la deuxième quinzaine d’août. Je sais que dans le coin déambulent des busards des marais, mais le mystère reste entier :

oct-busard-des-marais-jpg

Idem pour ce petit passereau bien plus petit qu’un moineau ; je penche pour pouillot véloce, qu’en pensez-vous ?

oct-pouillot-veloce-jpg