Il y en a un deuxième !

Nos amies les bêtes, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Au risque de paraître monomaniaque, je reste fixée sur la famille merle du jardin. Il y a quelques jours, je regardais avec discrétion un jeune merle et je me précipitais pour montrer ici-même les preuves de cette observation (cliquez ici). Ce matin, j’ai publié la preuve que le petit merle avait un frère (ou une sœur) : cliquez là. D’ailleurs il se peut que la fratrie soit plus grande encore, les dames merles pondant en général 3 à 5 œufs (ça se vérifie ici). Et donc, l’autre petit, qui semble plus pataud, moins rapide, qui a peut-être percé sa coquille quelques heures (ou jours ?) après l’aîné qui vole déjà très bien, l’autre petit, disais-je, est nourri manu militari à la pomme décorative :

Le pommier décoratif du jardin produit des pommes format cerises totalement immangeables par un humain, mais les merles s’en régalent tout l’hiver voire au-delà, les pommes, en fin de saison, étant carrément pourries et franchement véreuses. Un régal a priori, dont la merlette gave littéralement ses petits, enfonçant bien loin la pomme plus grosse qu’il n’y parait dans le petit bec pourtant grand ouvert, quitte à ce que le petit recrache la pomme décidément au-dessus de ses forces :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s