On attendait autre chose du ministère de l’éducation

Je suis prof mais je me soigne

Du ministre de l’éducation aujourd’hui, ou plutôt du premier ministre qui l’a mis sous tutelle, nous attendions, du moins dans le second degré (permettez-moi de ne parler que de ce que je connais), une annonce du report des épreuves écrites des enseignements de spécialité du bac (coefficient 16 pour chacune des deux épreuves), prévues aux 14 et 15 mars.
Mais nous savons par expérience qu’il ne faut rien attendre du ministère de l’éducation, rien d’autre que des douches froides. Les profs dûment douchés à répétition gardent quand même au fond d’eux un espoir. L’éternel optimisme d’un corps enseignant qui veut croire encore et encore qu’aucune génération ne doit être sacrifiée. C’est pour cela qu’aujourd’hui, jeudi 20 janvier, les syndicats avaient appelé à une journée d’actions. Les actions pouvant être des rassemblements pour les personnels disponibles ou des discussions, des affichages, voire des manifs, mais pas forcément de grève : un préavis de grève n’est pas un appel à la grève. Il serait bon que le ministère ne fasse pas semblant de ne pas connaître la différence entre les deux, et n’annonce pas, avec gloriole, qu’il n’y a eu que 2% de grévistes (chiffre en outre sous-estimé, puisque seuls les collègues commençant leur journée en 1ère heure sont comptabilisés, ce qui n’empêche pas les autres de voir leur salaire ponctionné de la journée perdue, bien sûr).

Une réflexion sur “On attendait autre chose du ministère de l’éducation

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s