Pleins feux sur le double phare

La mer et ses poissons, Oléron-petipatapon, On ne va pas en faire toute une histoire, Si la Nouvelle Aquitaine m'était contée

Le phare de l’île d’Aix a ceci d’original qu’il est double. Deux bâtons blancs surmontés de rouge, côte à côte sur le rivage.
Il y a fort longtemps, pour guider les marins dans les parages, il y avait un modeste fanal, qui fut détruit au milieu du XVIIIe siècle. Vint alors, pour le remplacer, un premier phare, mais qui ne tint pas le coup bien longtemps et qui fut reconstruit au milieu du XIXe siècle. Son feu est blanc, c’est joli mais insuffisant car les hauts fonds locaux sont des pièges infernaux que seul un deuxième phare pourrait signaler.
Le deuxième phare, avec lumière rouge, est ainsi bâti à coté du premier à la fin du XIXe siècle. Ce deuxième phare est construit juste à côté du premier et sur le même modèle. L’ensemble, qui a pour but de permettre aux navires d’identifier les dangers précis de la navigation dans cette zone du pertuis d’Antioche et en approche du port de Rochefort, a été automatisé en 1975.

Le double phare de l’île d’Aix vu de Boyardville (île d’Oléron)

Source : Ministère de la Culture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s