Masque sous le nez, t’es pas beau à regarder

Je suis prof mais je me soigne

Marre, marre, re-re-marre et archi-marre des masques mal portés, des museaux à l’air dans le tram ou au lycée, quelque soit l’âge ou le genre. Ras-le-bol de la déferlante covidesque en partie liée au grand je m’enfoutisme de certains de mes contemporains.
Aujourd’hui, au lycée, j’ai craqué, j’ai changé l’argumentaire pour que les petiots de 16 ans soient correctement camouflés. Puisque, pour deux d’entre eux (sur un groupe de 18, ce n’est donc pas, heureusement, le gros des troupes), l’idée même de porter correctement ce satané morceau de tissu ressemble à une forme de viol, j’ai abandonné l’argument sanitaire qui les touche à peu près autant que le black friday pour un militant de la décroissance. Je suis passé à l’ado compatible : « le masque sous le nez, c’est moche, on ne voit que les narines, regardez-vous ». Et les loulous se sont mirés dans leurs smartphones en mode selfie. Les masques restèrent correctement positionnés jusqu’à la récré. Non mais !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s