Le Sevmorput à la dérive

La mer et ses poissons, Le monde tel qu'il va

Un navire en difficulté dans l’Atlantique, au beau milieu du mois de décembre, ce n’est pas drôle, mais ce n’est pas rare. Mais quand ce bateau est qualifié de « centrale nucléaire flottante », l’avarie dont il est victime attire forcément l’attention (la tension aussi même peut-être).
Tentons de résumer l’affaire : le Sevmorput (de son nom complet « Severny Morskoy Put », soit « Route du Nord » en russe) est un navire civil russe à propulsion nucléaire. C’est le dernier cargo à propulsion nucléaire qui navigue encore. Ce bateau de 260 m de long a donc, à son bord, 150 kg d’uranium enrichi. Promis à la casse en 2007, il a été retapé in-extremis et a repris du service en 2016. Depuis lors, et jusqu’à l’affaire qui nous préoccupe, il ne batifolait que dans les eaux russes, transportant du poisson du côté de la mer de Béring.
En octobre de cette année, il a été décidé que le Sevmorput allait faire un grand voyage, loin vers les mers australes. Plus question de transporter du poisson, on passe aux choses sérieuses : le navire a pour mission de convoyer du matériel pour la prospection gazière en Antarctique. Activité que je croyais interdite, mais j’ai du louper un épisode. Bref, le vieux rafiot met le cap au sud, et c’est là que les ennuis commencent : le cargo devait atteindre son but début novembre. Mais, une panne à bord l’a laissé en plan au large de l’Angola. Aucun pays d’Afrique n’a envie d’accueillir ce type de navire dans un de ses ports. Après une période de ronds dans l’eau et de tentatives de réparation, il a été décidé que le Sevmorput devait rejoindre Saint-Petersbourg. Tant pis pour la mission en Antarctique, mais tant mieux pour l’Antarctique tout court, terre dénucléarisée par traités internationaux. Aujourd’hui, le navire est là, au large du Sahara Occidental et pas bien loin des Canaries, et, quand on regarde la carte de Marine Traffic, on constate qu’il n’est pas seul, ça navigue dur dans le coin :

La suite de la route, on la connait, avec ses écueils, sa météo tempétueuse, son rail d’Ouessant pas rassurant, etc :

Certes, la route, il l’a déjà faite, dans l’autre sens courant octobre, sans que personne ne s’en émeuve : en ce qui concerne la France, notamment, le préfet maritime de la Manche et de la Mer du Nord n’a pas bronché. Cette fois, la chose se sait, grâce à l’ONG Robin des Bois, et elle est relayée par Sud-Ouest, 7Seizh et Mer et Marine. Mais le bateau poursuit néanmoins sa route, vaille que vaille.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s