Un article qui m’interpelle dans l’Obs : des personnels soignants, en France et en Belgique, sont considérés comme des pestiférés par leurs voisins, voire sommés d’aller vivre ailleurs, de promener leur chien plus loin, et même, comme je le lisais dans un autre article (du Huffington Post je crois), dont je n’arrive pas à retrouver le lien, sommés, disais-je, d’aller garer leur voiture plus loin. J’imagine la scène entre les deux carioles, seules la nuit sur le parking : « oh oui, oh oui, coronavire-moi, encore encore ! oui ouiiiii le coviiiiiiiiid ! ».
Faut-il rappeler qu’être confiné est un privilège, une chance inouïe de passer entre les mailles de la saloperie virale. Mais il faut bien constater que le virus de la connerie, lui, n’a aucune chance d’être éradiqué.

Une réflexion sur “Quand les confinés sont aussi des cons finis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s