Mon ministre de tutelle l’a affirmé : il y aura continuité pédagogique, tout est prêt. Oui mais. Sauf que. Faut voir. Ça dépend.
Ayant ramé toute la journée (et puis celle d’hier aussi) pour envoyer des fichiers pas bien lourds à mes petits lapins qui attendaient leurs cours et consignes avec impatience (mais si, mais si, avec impatience, vous savez bien que l’espoir fait vivre, même le prof naïf derrière son vieux Mac), je tente une offensive vespérale et même quasiment nocturne pour leur filer les cours de demain, tout en voulant, sur le même support, répondre à des messages de collègues. Voici la réponse :

Si demain, au saut du lit, l’ENT (espace numérique de travail) continue de patachoner, je vais jouer aux Lego ou écouter Barbara. Ou les deux. Pour Barbara, c’est sur Arte que ça se passe et c’est un pur bonheur (à visionner jusqu’au 28 mars).

3 réflexions sur “Continuité pédagogique et limites informatiques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s