La forteresse d’Olaf

P1210589Nous sommes à Savonlinna, une petite ville de Finlande pas si loin que ça de la frontière russe. À  la jonction entre deux lacs se trouve la forteresse médiévale la plus septentrionale du monde qui soit encore debout : Olavinlinna, ou « forteresse d’Olaf » en bon français.
Ce château a été bâti en 1475 pour protéger la Finlande de la Russie, néanmoins cela n’a pas empêché celle-ci de passer à l’attaque : en 1714, par exemple, les Suédois, alors proprios de la Finlande, capitulent face aux Russes. Re-belote en 1743. Bref, pour faire court, la forteresse n’a pas toujours été d’une efficacité redoutable.
En 1809, le messe est dite : la Finlande devient russe. La forteresse perd dès lors beaucoup de son intérêt, mais elle reste debout, servant de prison puis d’entrepôt.
Cette bâtisse est un témoin de ce que fut l’histoire de la Finlande, celle de dominations successives, entre la Suède et la Russie. Aujourd’hui, la grande liberté de ce petit pays peut presque sembler un miracle.

P1210595

Publicités

Collection 460

Des sternes en Finlande

Photos prises à Helsinki et à Lahti en juillet 2018

Orage en cours

Une fois de plus, Météo France nous a alerté en orange : on ne peut pas lui reprocher de ne pas faire son job. L’air fut lourd, très chaud, jusque vers 20 heures. Et puis rien, enfin pas grand chose. Un vague vent mollasson de sud, mais quand même les avions qui décollaient à l’envers (c’est-à-dire vent de dos et pas de face), signe que ça devenait rock’n roll ailleurs. Le vent s’est levé, il y a un peu de pluie, quelques éclairs, il fait moins chaud. La dernière photo prise fut celle-ci :

P1220108

Et puis plus rien car vint la nuit un peu avant 21 h 30. Dois-je vous rappeler mon désespoir des jours qui raccourcissent ?

La nuit va venir, elle arrive, elle est là

Vol Amsterdam - BordeauxPasser ses vacances d’été sous le 62e parallèle, que ce soit en Finlande ou ailleurs, a quelques conséquences sur la perception de la nuit. Celle-ci tombe très très lentement et jamais tout à fait ; à quatre heures du matin, il fait grand jour. Les maisons locales n’ont que rarement de rideau occultant et jamais de volet au fenêtre. Le sommeil se fait sans réelle obscurité, et ce n’est pas toujours simple.
Finalement, ce qui fait que l’on apprécie le retour sous notre brave 45e parallèle, outre la tambouille (promis, j’en parle un jour), c’est le retour de ce contraste élémentaire et franc entre le jour et la nuit.
Je me souviens ainsi du retour à Bordeaux, le descente avait commencé et nous n’étions plus très loin de notre cher aéroport de Mérignac : la nuit, vers l’est, était visible et se rapprochait de nous comme la marée haute au Mont-Saint-Michel par fort coefficient (c’est-à-dire, pour reprendre l’adage populaire, « à la vitesse d’un cheval au galop »).

Vol Amsterdam - Bordeaux
Le problème, c’est ce soir : 21 h 30 et déjà nuit noire. Regret et nostalgie pour les très longues soirées finlandaises.

Photo de la semaine du 19 au 25 août 2018

P1220038

Qu’est-ce qu’elle a donc fait, la p’tite hirondelle ?

P1210945

Une jeune hirondelle sur l’île d’Oléron, mi-août 2018

La p’tite hirondelle n’a rien fait puisque la grande n’est pas parvenue jusqu’à nous pour niaquer les moustiques et faire des bébés hirondelles. Un été sans ce superbe petit oiseau, à part un ou deux rescapés de la grande migration qui a mal tourné.
Une lueur d’espoir quand même, sur l’île d’Oléron : une jeune hirondelle, plumage encore en travaux, était perchée sur un fil il y a moins de deux semaines. Pas d’autre jeune dans mon champ visuel, l’hirondelle se fait rare, et le moustique me pique, me pique et me repique.

Collection 459

Une ville vue d’en haut : Helsinki