Collection 433

Publicités

Le retour de la galère

P1170795Les plages en hiver sont pleines de surprises. En déambulant sur l’île d’Oléron, je vis quelque chose qui ressemblait, selon l’imagination de chacun, à un préservatif ou à une tétine pour dauphin (cette dernière hypothèse fut émise par une amie que je tiens à remercier ici pour son sens de la poésie). Il s’agit en fait d’un genre d’animal particulièrement urticant, repéré aussi en masse en Vendée (Ouest-France). La Vendée et la Charente-Maritime, ça se touche, et les physalies, aussi nommées « galères portugaises », ça dérive. D’où leur présence pas si étrange que cela.

Photo réalisée sur l’île d’Oléron fin décembre 2017

Photo de la semaine (du 7 au 13/01/2018)

P1170918

Un futur requin

Se balader sur la plage en hiver reste un vrai plaisir : peu de monde, juste le bruit (parfois fracassant) des vagues, le sable qui, enfin, ne brûle pas les pieds et ne sent pas la crème solaire, et surtout l’occasion d’observer des créatures difficiles à voir en été.
C’est ainsi le cas de ce petit réceptacle jaune accroché par des sortes des filaments à une algue :

P1170801

Il s’agit de l’œuf d’un petit requin très courant le long des côtes françaises métropolitaines, la roussette. Même si le mot « requin » fait encore stupidement peur, la roussette est totalement inoffensive, et on peut même la déguster avec une sauce un peu relevée : elle est commercialisée sous le nom de « saumonette », l’allusion au « saumon » (avec qui  elle n’a rien à voir) étant plus vendeuse que l’affiche « requin ». Les préjugés ont la vie dure. Dans un même ordre d’idée, le requin-taupe est ainsi vendu sous le nom de « veau de mer ».
Mais revenons à notre œuf. Si la roussette est un petit requin, son œuf est plutôt grand. La roussette pond ses œufs dans des algues, auxquels ils s’accrochent et avec lesquelles ils dérivent, parfois jusque sur le sable. L’embryon se transforme lentement (200 jours environ) en poisson. Au bout d’un peu plus de trois mois, l’œuf proprement dit se fissure et laisse entrer l’eau de mer : le futur requin développe alors ses branchies. Encore un peu plus de trois mois plus tard, le bébé requin devenu trop grand sort de son œuf. Il mesure alors 8 à 10 cm et s’apprête à mener la vie rude des animaux marins, risquant de finir dans une assiette l’âge adulte à peine atteint.

Sources : espace-sciences.org et aquarium de St-Malo

Photo prise sur l’île d’Oléron fin décembre 2017

Collection 432

Photo de la semaine (du 31/12/2017 au 06/01/2018)

P1170886

Quand le noir et blanc sauve la mise

En brave touriste, je photographie en couleurs, et bien souvent j’ai tort. Lorsque la nuit est bel et bien là, et qu’en prime, il pleut des cordes, la couleur rend la photo triste à pleurer, là où le noir et blanc y met un peu de vie. Illustrons la chose par une rue vivante et commerçante (pléonasme ?) du 14e arrondissement, la rue Daguerre (j’ai adoré, une vraie vie de quartier, avec un vrai poissonnier au milieu) :

Paris-P1170756.jpg

En plein jour, lorsque le gris s’installe, c’est pire. La photo en couleurs est déprimante et laide (et inversement), alors qu’en noir et blanc, Notre-Dame, finalement, retrouve une certaine allure :

Paris-P1170746.jpg.jpg

Idem de la terrasse des Galeries Lafayette, quand, après avoir affronté les hordes touristiques, nous découvrons Paris du dernier étage, avec deux écueils majeurs : le vent de face et les perches à selfie. Mais on affronte, et on aperçoit même la Tour Eiffel :

Paris-P1170750.jpg

Vous l’aurez compris, même si parfois je semble moqueuse, quoiqu’il arrive je photographierai toujours Paris.

Photos réalisées en décembre 2017