Des oiseaux dans la ville : juin 2017

Ce mois de juin fut, ornithologiquement parlant, fort mince. Entre la canicule et les averses orageuses à répétition, le temps ne fut clairement pas propice à des déambulations urbaines. Et puis il y eut le bac, avec le temps passé à surveiller, à corriger et à préparer les oraux, là encore rien de favorable aux balades en ville, quelle que soit la ville. En effet, ce mois-ci, il y eut deux villes : Bordeaux bien sûr, puis Pamiers, en Ariège, où j’ai passé quelques heures sous un cagnard d’enfer.
Bordeaux fut placée sous le signe de la grive, vue en grand nombre et à plusieurs reprises :

zozios-P1120841.jpg

Dans une flaque d’eau d’un parc, un oiseau faisait trempette et se désaltérait. Vu sa couleur et sa taille, je penche pour le serin cini :

zozios-P1120915.jpg

À Pamiers, j’ai surtout vu des rougequeues … :

zozios-P1130412.jpg

… et des bergeronnettes :

zozios-P1130439.jpg

La chansonnette [7]

IDIR
Pourquoi cette pluie ?

L’ambiance musicale de ce blog est définitivement influencée par la météo. Après la canicule vinrent les orages, et aujourd’hui de très grosses averses empêchent toute sortie de plus de dix minutes, sauf à apprécier d’être trempé en cinq secondes. D’où cette grave question, posée par la voix chaude et douce d’Idir :

Collection # 404

Le pont de Tolbiac est définitivement fermé à la circulation

P1130716Contrairement à une rumeur propagée par les cercles parisiens mal informés, le pont de Tolbiac, le vrai, n’enjambe pas un vague fleuvaillon appelé « Seine » mais le superbe chenal de la Baudissière, sur la commune de Dolus d’Oléron. À marée basse, c’est joli, à marée haute, surtout avec un coefficient de 102, c’est très beau :

tolbiac-P1130712.JPG

Ce vieux pont relève d’une prouesse technique de l’âge du bricolage de bois (entre l’âge du fer et l’âge du bronze), dont on peut encore percevoir les subtilités architecturales :

tolbiac-P1130714.JPG

Depuis plusieurs mois (années ?), il est fermé pour des raisons de sécurité. Le temps (dans les deux sens du terme) a désormais eu totalement raison de lui :

tolbiac-P1130715.JPG

Constat établi en juin 2017

Photo de la semaine (du 18 au 24/06/2017)

P1130521

Une ville en Ariège : Pamiers

Balade et photos réalisées mi-juin 2017

Relooking

Parlons peu, parlons blog. J’ai entamé des travaux de relooking de l’annexe : les tapisseries sont posées et il y a désormais plus de place pour les images. Car cette annexe ne comporte que des photos, sans un mot. Je vais essayer de la mettre à jour un peu plus régulièrement. Pour vous y rendre, cliquez ici.

C’était dans le journal … le 22 juin 1917

La poudrerie de St-Médard-en-Jalles, près de Bordeaux, est une des plus vieilles entreprises françaises. Créée au XVIIe siècle sur les bords de la jalle de Blanquefort, rivière dont elle tirait son énergie, elle employait 1900 personnes à la veille de la Première guerre mondiale. Pendant cette guerre, son volume de production est multiplié par douze. Ce sont essentiellement des femmes qui y travaillent, et leur rôle est évidemment fondamental en temps de guerre : cette poudre dite « poudre B » (à base de nitrocellulose) est précieuse pour l’armée (source). Les ouvrières ont donc là un réel levier leur permettant de faire aboutir leurs revendications salariales, revendications pour lesquelles elles se mettent en grève en juin 1917. L’info ne fait pas la une des journaux nationaux, mais L’Humanité y consacre quand même un entrefilet en dernière page (cliquez sur l’image pour accéder au document entier et pour le lire plus facilement) :

 

Collection # 403

La chansonnette [6]

Capture d_écran 2017-06-19 à 17.01.09QUARTIERS NORDS
Ah putain qu’il fait chaud (2012)

Illustration par le son de la carte publiée ce jour par Météo-France, et dont l’exactitude est indéniable. Par contre, côté chanson, ni le texte (quoique … les mouettes qui bronzent …) ni la mélodie ne devraient rester dans les annales.
Un seul slogan (quand baignade pas possible pour cause de turbin) : tous aux abris !

Photo de la semaine (du 11 au 17/06/2017)

P1130395

Tant de travail détruit en deux secondes

Je vais passer pour un monstre, mais tant pis, j’assume. L’histoire se passait hier en toute fin d’après-midi : un insecte ressemblant vaguement à une guêpe (mais c’est un autre animal, que je n’ai pas identifié) fait des va-et-vient réguliers entre la porte-fenêtre du salon et un cadre accroché au mur. Le trajet est précis, sans hésitation : la bête sait où elle va et maîtrise son affaire. Elle sait ce qu’elle fait, connait son job, et le fait avec rigueur et minutie. Et accessoirement du bruit : j’entends des « scrontch » répétés. Puis la bête repart. Revient. Rescrontche. Ce n’est qu’au bout de près d’une heure que je pense enfin à prendre l’appareil photo, à zoomer pour éviter de faire fuir l’insecte en m’approchant, et je vois ceci :

insecte-P1130485.jpg

Je ne comprends pas immédiatement ce qui se passe, rezoome, reclique, et re-regarde :

insecte-P1130486.jpg

Lors d’une énième sortie de la pseudo-guêpe, je décroche le cadre et vois ce qui l’occupait tant ; elle était en train de bâtir un nid avec de la terre :

insecte-P1130490.jpg

J’ai détruit le nid, n’ayant pas le courage de partager mon home sweet home avec une horde d’insectes non identifiés et potentiellement vrombissants voire piquants. L’aspect « guêpe » sans doute. L’animal est revenu à plusieurs reprises, désemparé face à l’absence de nid, seul comme une âme en peine devant un clou « x » plus grand que lui :

insecte-P1130491.jpg

Un autre village en Dordogne : Limeuil

Balade et photos réalisées au début du mois de juin 2017

Un village en Dordogne : Issigeac

 

Balade et photos réalisées au début du mois de juin 2017

Collection # 402

Le pic noir

Je connais assez bien et depuis longtemps le pic-vert et le pic épeiche. Reconnaissables à leurs talents de percussionnistes sur arbres, ils sont généralement repérés d’abord par le son, les voir est une autre paire de manches, et ce malgré leurs couleurs vives.
Je n’avais en revanche jamais vu de pic noir avant la fin du mois de mai ; il est beaucoup plus grand que les deux autres (jusqu’à 50 cm). Il se trouvait très haut sur le tronc de l’arbre, au ras du nid (celui-ci peut être creusé jusqu’à 15 m de hauteur), et donnait la becquée à son petit, sorti de l’œuf moins de quatre semaines plus tôt.
L’alimentation du pic noir est largement constituée de fourmis, mais aussi d’autres insectes, qu’il attrape avec une langue agile et collante, un peu comme le caméléon.

 

Pour en savoir plus : oiseaux.net

Oiseaux observés et pris en photo dans le Maine-et-Loire en mai 2017

Photo de la semaine (du 04 au 10/06/2017)

P1130367

Le long accouplement du téléphore fauve

P1130183Le téléphore fauve est un petit coléoptère de couleur rousse, très fréquent sur les ombellifères en été. Il y trouve sa nourriture (pollen, petits insectes) ainsi que sa dulcinée : les accouplements sont très fréquents et durent plusieurs heures, ce qui facilite grandement l’observation.
Une fois fécondée, la femelle pond ses œufs directement sur le sol. Les larves, que je n’ai encore pas observées (ou alors pas identifiées comme telles) sont poilues. Elles attendent la belle saison sous des pierres, se nourrissant d’insectes, comme leurs parents, mais aussi d’escargots. Elles se transforment en téléphores adultes au printemps.

P1130173

Sources :

Photos réalisées le 7 juin 2017 dans le département de la Gironde

Collection # 401

Le parc oriental de Maulévrier

Maulévrier est une petite commune de la région de Cholet (Maine-et-Loire). Grâce aux bons soins de l’architecte parisien Alexandre Marcel (qui travailla notamment sur l’expo universelle de 1900), la ville est dotée d’un jardin japonais depuis le début du XIXe siècle. C’est un vaste espace bordé d’une apaisante forêt (qui prépare fort bien à la déambulation dans le jardin japonais lui-même) et dont le centre est formé par un étang, lui même fruit de la rivière « La Moine » qui y coule. Comme dans tout jardin japonais, on y trouve des arbres taillés façon bonzaï et des carpes koï, mais on y voit aussi des vestiges de l’expo universelle de 1900, en particulier un temple khmer. Dois-je préciser que ce lieu est absolument superbe et qu’il est fort difficile de s’en arracher ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Balade et photos réalisées fin mai 2017

Photo de la semaine (du 28/05 au 03/06/2017)

P1120938

Des oiseaux dans la ville : mai 2017

Mai fut un mois assez riche en terme de rencontres aviaires. Il a fait plutôt chaud, et le temps lourd a notamment permis de voir pas mal d’hirondelles, mais souvent à contre-jour :

mai-P1110944.JPG

J’ai vu aussi un rougequeue, … :

mai-P1110924.jpg

… puis bien sûr le héron cendré, en pleine discussion avec une tortue (mais j’ai eu beau chercher, cela n’a a priori jamais donné lieu à une fable de La Fontaine), … :

mai-P1110948.jpg

… et aussi un chardonneret qui se restaurait dans les fleurs :

mai-P1120323.jpg

Du côté des juniors, la deuxième couvée de poules d’eau est en pleine forme, soit encore largement au nid … :

mai-P1120227.jpg

… soit à table avec papa ou maman :

mai-P1120127.jpg

Le jeune rougegorge, en revanche, mange très bien tout seul :

mai-P1120814.jpg

Pour la première année, des oiseaux ont bâti un nid dans la glycine de mon jardin :

mai-P1120134.JPG

Après observation des oiseaux batifolant autour de ce nid au rythme des piaillements divers, il s’avère qu’il s’agit très probablement d’un nid de fauvette :

mai-P1120465.jpg

Mais le plus original ce mois-ci, aperçu une seule et unique fois, fut un chevalier guignette :

mai-P1110993.jpg