Quand l’oiseau toque à la fenêtre

p1080149Quand l’oiseau toque à la fenêtre, il y met tout son cœur, toute son âme et toutes ses pattes. En avant, les pattes. Peut-être leurré par le reflet des branches et des feuilles dans la vitre, l’oiseau insiste, échoue, retente, et ça peut durer longtemps. Chez moi, il m’arrive de baisser le volet roulant pour empêcher le rouge-gorge de s’assommer. Mais le passereau revient, recommence, dégringole, repart de plus belle. Les oiseaux plus gros n’apprennent pas davantage de leurs erreurs. C’est ainsi qu’un geai se jetait sur une fenêtre en plein Bordeaux, il y a quelques jours. C’est gros, un geai, et le « chtonc » de l’impact s’entendait d’assez loin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s