J’ai (presque) mangé une tranche de lion

Une amie bonne cuisinière a récemment retrouvé un grimoire de la 2e moitié du XXe siècle (ou de la 1ère, il faudrait vérifier) présentant, entre autres recettes classiques des déjeuners dominicaux, quelques recettes exotiques. Je la remercie d’avoir photographié et de m’avoir envoyé une partie de la page « Afrique Noire » (on disait ainsi en ce temps-là) sur laquelle figure la recette que j’ai illico essayé au week-end dernier : le Civet de Lion de Nairobi. Puis-je vous faire partager la lecture et l’élaboration de la recette ?
« Prenez un jeune lionceau d’environ six mois ». Premier écueil, première difficulté : le lion ne figure pas dans mes contrats AMAP. Il y a bien porc, veau, bœuf, poulet, mais pas lion. Ledit lion doit en outre être jeune. Quel quadrupède sorti de l’AMAP s’en rapproche le plus ? Mais l’agneau bien sûr. Poursuivons.
« Dépouillez-le et nettoyez-le en conservant un demi-litre de sang ». Ça se corse. Un lion entier, pour quatre personnes, c’est démesuré, même si on le remplace par un agneau. L’aspect « dépouillage-nettoyage » a été assuré par l’abattoir. Quant à récupérer du sang de la bête … Même pas la peine d’y songer, donc inutile de vouloir, comme le préconise la recette, y ajouter « la même contenance de vinaigre » pour y faire tremper la viande coupée en morceaux. Il suffit donc de s’adapter et de coucher ce qui sert de lion sur un lit de romarin, d’y ajouter ail et oignon, un peu de poivre , et donc pas de vin rouge, même si la recette permettait d’y ajouter « les épices que vous préférez » :

lion-1

Et là on passe à la cuisson. Si l’on considère que l’option cuisson dans le bouillon « jusqu’à ce que la graisse remonte » a été abandonnée, le jeune faux lion passera une bonne heure au four, à 180°C, avec retournement et humidification à mi-cuisson :

lion-2

C’est marrant, on dirait presque la recette de l’épaule d’agneau ! Au final, le félin où ce qu’il en reste est découpé en tranches et servi avec des flageolets. Le lion, devenu doux comme un agneau, fut fort apprécié. Et en prime, on a respecté la biodiversité africaine, je n’en suis pas peu fière.

lion-3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s