C’est Zebda qui s’y colle

Il y a quelques mois, de mignonnets chanteurs mirent tout leur cœur à entonner du Ferrat. Ça s’appelle « Des airs de liberté » et je ne l’achèterai pas, malgré mon goût immodéré pour l’artiste honoré. Certes, il y a bien l’ami Thiéfaine qui nous offre une interprétation convaincante de « Nuit et Brouillard », Cali s’en sort presque bien avec « La montagne », mais pour le reste … C’est fade, orchestré pompeusement façon show télé des années 80, sans âme.
Un seul titre finalement sort vraiment du lot : « En groupe, en ligue, en procession », interprété par Zebda, m’a rendu toute joyeuse quand je l’ai entendu en voiture, de retour du boulot la semaine dernière. Cadeau :

Collection # 316

Camaïeu de vert
Lézard sur herbe
Bassin d’Arcachon, septembre 2015

lézard

25 janvier 1971 : tornade à La Pallice

img2601Deux tornades viennent de toucher le département de Charente-Maritime en moins d’une semaine, provoquant des dégâts matériels considérables (voir photos dans l’article de Sud-Ouest d’hier) et rappelant que ce département est le plus touché de France par ce type de phénomène. Par chance, ces deux tornades n’ont pas fait de victime. Par contre, si on remonte plus de quarante ans en arrière, l’histoire est plus tragique.
Le 25 janvier 1971, sur le coup de 9 heures du matin, une tornade s’abat sur une zone allant de La Pallice jusqu’à un quartier assez huppé de La Rochelle, du côté de l’avenue Guiton. Classée au niveau 4 sur l’échelle de Fujita (qui compte cinq degrés), c’est une tornade d’une violence exceptionnelle. Un témoin raconte qu’il a été stupéfait par le bruit infernal de la tornade, « une sorte de gigantesque mugissement ». Cet homme fut surtout le témoin du décès d’un certain monsieur Drapeau, qui fut happé par le vent alors que lui-même s’agrippait tant bien que mal à un poteau. Des bâtiments furent détruits, une centaine de véhicules furent soulevés du sol, les objets déplacés par le vent se transformèrent en projectiles.

Illustration : fac-similé de la une de Sud-Ouest du 26/01/1971

Les rondeurs de l’été

L’été n’a plus, officiellement, qu’une semaine à vivre et, climatiquement, il est déjà mort. C’est donc pile le moment de se payer la traditionnelle séquence nostalgie : à quoi ressembla donc cet été 2015 ? et bien il fut rond, circulaire, tournant. La preuve en images.
Première séquence : la tour qui domine Palavas-les-Flots. On peut grimper tout en haut, y boire un coup en regardant la plage. Au loin, on voit la Grande-Motte, il parait qu’il y a des gens qui aiment. Et en plus, la nuit, la tour s’éclaire et change de couleurs :

rondP1520907.jpg

Il y eut aussi, mais c’est presque tricher, un cercle inachevé. C’est un drôle de bâti sur l’Hérault, plus précisément sur un barrage. Il y a de l’hydroélectricité dans le coin, et donc cette cahute en forme de bergerie :

rondP1530069.jpg

Rapprochons nous de l’Aquitaine, sans toutefois en franchir la frontière : nous voici dans le Tarn-et-Garonne, plus exactement à Valence d’Agen. La petite ville elle-même ne mérite pas le détour architectural auquel on pourrait s’attendre dans cette région, mais on y voit néanmoins un superbe lavoir circulaire :

rondP1530267.jpg

À deux pas de Valence d’Agen : Auvillar. Alors là, attention les yeux, ça dépote ! Ce village-là ne vaut pas le détour, il vaut carrément le voyage, et pas seulement pour son ancienne halle aux grains, circulaire elle aussi :

rondP1530248.jpg

Photos : fin août et début septembre 2015