Chats dans la crise

Grèce / AthènesDans un premier temps, je n’ai pas trouvé les chats plus malheureux que ça, à Athènes. C’est une ville féline, il y a toujours eu des chats, certains avec maisons et papouilles quotidiennes, pour d’autres c’est plus aléatoire, mais dans beaucoup de rues des gamelles sont discrètement déposées à destination des chats. Et ce n’est pas nouveau. Les animaux sont inégalement craintifs, mais dans l’ensemble ils ont l’air en bonne santé.
Ça, c’est dans un premier temps. Mais si on creuse un peu, du côté du Pirée notamment, on constate que l’animal errant n’a pas d’autre choix que de raviver les instincts sauvages qui sommeillent en lui. Les minettes pondent du minet à tour de bras : le chaton, à peine sevré, se débrouille seul, miaule en tentant d’escalader un rail d’une voie ferrée abandonnée. Espérance de vie probablement très brève.
Tout cela fait écho à un tout nouvel article de Sciences & Avenir, qui pointe le nombre croissant d’abandons d’animaux, en particulier des chats. L’heureux animal devenu trop onéreux doit se débattre comme un beau diable dans la jungle urbaine. Des bénévoles nourrissent et font stériliser les animaux, mais il ne peuvent que constater leur prolifération.

Grèce / Le PiréePhotos prises à Athènes et au Pirée au avril 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s