Escargot express

Voici une petite recette « vite fait bien fait », qui nécessite un peu de force physique mais rien de plus : ni sauce compliquée, ni ingrédients impossibles à trouver. Petite subtilité : être muni d’un bec, voire être un oiseau genre grive peut aider. Procédons :

  1. vous êtes une grive (musicienne ou pas)
  2. pistez l’escargot de jardin en ayant bien conscience qu’il est plus lent que vous
  3. saisissez-le par la coquille grâce à votre bec
  4. fracassez ladite coquille sur quelque chose de dur (murette, carrelage de terrasse, …) jusqu’à ce qu’elle soit totalement explosée
  5. attrapez l’animal et avalez-le d’un coup

Grive et escargot filmés dans mon jardin il y a quelques minutes

Collection # 299

Nafplio (nord du Péloponnèse)
En français : Nauplie. Capitale de la Grèce moderne avant Athènes
Avril 2015

Nafplio

Un glissement dans l’herbe, un sifflement, …

… je stoppe net dans mon élan sur un chemin forestier de la commune de St-Trojan : une belle bête d’environ 1,20 m de long tire une drôle de tronche en constatant que l’humain est fort proche. Puis elle file très vite dans les buissons.

Oléron

Aussi à l’aise sur terre que dans l’eau, sachant même grimper dans les arbres, la couleuvre verte et jaune est une espèce relativement courante en France, en particulier dans la moitié sud. Actuellement, ce serpent solitaire tente de trouver l’âme sœur, afin de préparer des serpenteaux pour le milieu de l’été.
Bien que pouvant jouer les gros bras (qu’elle n’a pas), la couleuvre verte et jaune est totalement inoffensive pour l’humain, même si par hasard elle le mord. Par contre, ses proies sont vite croquées, la bête étant agile et gourmande : souris, rats, lézards voire d’autres serpents constituent l’essentiel de ses repas.

Source : serpentsdefrance.fr
Photo : île d’Oléron, 24 mai 2015

Collection # 298

Les Alpes vues d’avion
Avril 2015

alpes

Le printemps est la saison du tourisme scolaire

Grèce / AthènesEn France, en Grèce, partout : dès que les beaux jours arrivent, les mômes, poussés par leurs profs et par un curieux instinct, jaillissent hors des classes et, telle une envolée de moineaux (ou pire : d’étourneaux) déferlent sur les hauts lieux de notre belle culture.
Contrairement à ce que montre la photo ci-contre, les élèves grecs ne sont que très rarement déguisés en « manif pour tous » : les filles en rose Barbie et les garçons en schtroumpff, c’est même rarissime. Les plus jeunes écoutent le maître ou le guide (ah … ces petits de 4-5 ans ébahis face aux œuvres du musée de l’Acropole …), les pré-ados ont des téléphones portables et s’en servent, les plus grands … comment dire en restant polie …
Les plus grands jaillissent des bus façon volcan éruptif : ça fait du bruit, ça en met partout, ça bouscule, c’est usant. Des hurlements à n’en plus finir, des gosses qui se coursent dans des sites périlleux (on a droit à combien de pertes, dans les écoles grecques ?), que les profs ne parviennent pas à canaliser même en usant et abusant du sifflet. Oui camarade, et peut-être collègue, tu as bien entendu : les profs rameutent leurs troupes au sifflet. En vain mais au sifflet. Mes tympans en vibrent encore.

Un tentacule, c’est tentant

LIV874Le Poulpe avec un « P » majuscule est un héro de romans à auteurs multiples, qui a eu 40 ans en l’an 2000, et qui joue les justiciers au hasard de ses balades, pour peu que celles-ci partent du XIe arrondissement de Paris (bistro « Le pied de porc à la Ste Scolasse ») et y reviennent (salon de coiffure de sa chère et tendre, avec kangourous roses en peluches à l’étage).
Le poulpe avec un « p » minuscule est un gros céphalopode malin, qui, comme son homologue à « P » majuscule, a de très longs bras et de très longues jambes. En double par rapport à l’humain. On les appelle les tentacules et ça se mange grillé sur les ports grecs.
Avant de passer à table, le poulpe est gardé au frais, soit au congélateur, soit en mer :

poulpe-P1500823.jpg

Puis il évapore, il sèche, … ou il décongèle, pour le plus grand plaisir des badauds qui savent très bien ce qui est bon avec l’ouzo :

poulpe-P1500829.jpgPhotos : Porto Rafti (sud de l’Attique), avril 2015

Les contrastes du Pirée

Le port d’Athènes, facile d’accès en métro, est surtout connu pour ses yachts … :

Le PiréeIMG_0458.jpg

… et ses marinas aux airs de stations balnéaires languedociennes (ce n’est pas forcément un compliment) :

Le PiréeP1500598.jpg

Mais Le Pirée est avant tout un immense port de commerce (très difficile à approcher pour des touristes ordinaires) et un terminal de ferries desservant les îles :

Le PiréeIMG_0445.jpg

Et c’est d’abord là que les contrastes sautent aux yeux, entre les touristes qui cherchent leur bateau, leurs valises à roulettes à bout de bras, et les femmes, souvent âgées ou vieillies avant l’heure, qui tentent de gagner leur vie en vendant des paquets de mouchoirs à l’unité. Et pourtant la ville ne semble pas, à première vue, plus pauvre qu’une autre :

Le PiréeP1500515.jpg

Sauf que, jouxtant les immeubles modernes, c’est la misère qui saute aux yeux, des endroits a priori délaissés mais souvent encore habités :

Le PiréeP1500507.jpg

Au final, c’est peut-être cette photo qui illustre le mieux Le Pirée :

Le PiréeP1500555.jpg

Ce contraste entre l’opulence, le bling-bling, et la misère. Et puis aussi la crasse inévitable en bord de mer, faite d’objets venus du large mais aussi de déchets bien terrestres :

Le PiréeP1500554.jpgPhotos : 26 avril 2015

La fourmi, une agricultrice comme les autres

Ds le jardinCeux d’entre vous qui se sont régalés de la série des Fourmis de Bernard Werber le savent : les fourmis élèvent des pucerons comme le Normand élève des vaches, en intensif et en y mettant du cœur, ce n’est pas incompatible.
La fourmi s’intéresse au puceron comme le Normand (ou le Breton, ne soyons pas sectaires) à sa vache : pour le traire. Certes, le puceron n’étant point un mammifère, il ne produit pas de lait. Mais il suce la sève des plantes, avec laquelle il fabrique le miellat, un liquide dont la fourmi est addict.
Et donc les fourmis chouchoutent les pucerons afin de picoler tranquille le doux miellat, qu’elles récupèrent en frottant le dos des pucerons.
Les pucerons d’élevage ne sont pas perdants, les fourmis les protégeant contre les prédateurs.

Photo prise dans mon jardin le 9 mai 2015

Collection # 297

Bateaux de pêche
Attique et Péloponnèse, avril 2015

pêche

Thémistocle ? viré !

Grèce / Athènes (Agora)Stratège visionnaire et malin au temps des guerres médiques (-490 pour Marathon, -480 pour Salamine), Thémistocle fut un des très grands hommes politiques de l’Athènes classique, du moins si l’on mesure la grandeur à l’aune des talents militaires. Il fut notamment à l’origine du développement du port du Pirée et de la fortification de la voie qui le relie à Athènes : les Longs Murs.
Ambitieux, sans doute trop, il fut perçu par ses concitoyens  comme potentiellement dangereux pour la démocratie. A ce titre, il fut banni de la cité à la suite d’un vote : c’est la procédure de l’ostracime, par laquelle chaque citoyen participant à l’assemblée (certains oubliaient ou n’avaient pas la possibilité de s’y rendre) inscrivait le nom du compatriote qu’il voulait exclure sur un tesson de céramique. Des tessons portant le nom de Thémistocle sont aujourd’hui conservés au musée de l’Agora à Athènes. Thémistocle dut donc plier bagage (et emporter ses biens) en l’an -471 : il se réfugia chez son ennemi des guerres médiques, le roi de Perse.
Pour la petite histoire, le terme d’ostracisme a la même étymologie qu’ostréiculture : tous deux viennent de l’huître, car au tout tout début de la procédure d’ostracisme, c’était sur des coquilles d’huîtres qu’étaient indiqués les noms des punis.

Grèce / Athènes (Agora)

Les halles, 10 heures du matin

carré-P1500340.jpg10 heures, c’est trop tard, beaucoup trop tard. Les marchands s’invectivent et interpellent le client, mais moins fort. Il commence à faire chaud. L’odeur de la viande, pas toujours rangée dans des frigos, devient gênante. Et puis il y en a tellement … et à des prix tellement bas, que l’on comprend que le lieu attire beaucoup de monde, des gens du quartier (Omonia en l’occurrence, pas le plus rupin), mais pas seulement.
Nous sommes donc dans les halles d’Athènes, un bâtiment qui ne paie pas de mine de l’extérieur :

rectangle-P1500344.jpg

L’intérieur est une gigantesque halle recouverte d’une belle charpente métallique, consacrée pour moitié à la viande … :

rectangle-P1500336.jpg

… et pour moitié au poisson :

rectangle-P1500337.jpg

Les commerçants ont le regard suspicieux de ceux qui n’aiment pas que des appareils photos trainent dans les rangs. Je n’insiste pas. Le lieu est néanmoins intéressant et mérite vraiment le détour. C’est un quartier populaire, pas un de ces pièges à touristes comme a pu le devenir le quartier de Plaka.
Aux abords immédiats, les clients peuvent compléter leurs courses par des charcuteries et des légumes, d’inégale fraicheur sur quelques étals, mais aux prix extrêmement bas, même pour Athènes :

rectangle-P1500343.jpg

Voilà pourquoi la Grèce se visite au printemps

fleurs

Il n’y a pas qu’à Rome …

Grèce / Athènes (Syntagma et Jardin National)… que les perroquets verts déambulent en ville : à Athènes aussi. Souvenez-vous les amis, j’avais narré l’histoire il y a quatre ans déjà. Des perruches, pauvres bêtes sottement en cage pour le plaisir sadique de citadins en mal de campagne, avaient réussi à prendre la poudre d’escampette, à faire des petits, et, au final, à retourner à l’état sauvage quoique urbain. À Rome, donc, mais aussi dans d’autres villes, dont Athènes, où j’ai récemment pu voir quatre spécimens de ces jolis oiseaux batifoler en mode peace and love dans le Jardin National.

Grèce / Athènes (Syntagma et Jardin National)

Et le Péloponnèse devint une île

Le Péloponnèse est une presqu’île rattachée au continent, donc à la Grèce, par l’isthme de Corinthe, ce qui oblige les navires voulant aller du Golfe de Corinthe au Golfe Saronique (un peu plus de 6 km à tout casser) à faire un gros détour de 400 km. Pas efficace, pas productif. Donc, très tôt, il fut décidé de franchir l’obstacle : dans l’antiquité, les bateaux étaient hissés sur la berges, puis transportés par voie terrestre en suivant une piste taillée dans la pierre. Moyennement efficace, peu productif, mais mieux que rien.
L’empereur Néron, ce charmant garçon qui mit le feu à Rome, embaucha gratis 6000 prisonniers juifs pour creuser un canal. Mais vue la dureté et l’épaisseur de la roche, bien visible sur la vue de l’actuel canal, il capitula :

canalP1500672.jpg

Les travaux reprirent pour de bon en 1882, sous l’égide des Français, qui se la pétaient grave depuis qu’ils avaient percé l’isthme de Suez. Scandale politico-financier et autres joyeusetés franco-françaises obligèrent les Grecs à finir le boulot : le canal fut inauguré en 1893, et le premier bateau — un navire français de 110 m de long — put y passer en janvier de l’année suivante. Efficace et productif.

canalP1500669.jpg

Aujourd’hui, le canal semble abandonné. Les cargos n’y passent plus, faute de tirant d’eau suffisant. Jusqu’à une époque récente, des navires de tourisme y circulaient, mais actuellement, plus rien ne semble y naviguer. La mise en valeur du site est quasi inexistante : un parking trop petit, des boutiques à touristes bas de gamme, un distributeur de billets de banque (indispensable dans un pays où la carte bancaire est considérée comme extraterrestre), deux malheureuses passerelles étroites entre les voies routières. Le bruit des camions, des voitures, … et puis la route qu’il faut traverser … au final, une réalisation superbe, une probable très belle leçon de géologie, mais ni le temps ni l’envie de s’appesantir davantage.

canalP1500666.jpg

Collection # 296

Acropole X 9
Athènes, avril 2015

acropole

Sa maison est en carton, c’est comme dans la chanson

Grèce / Athènes (Acropole)Il était un petit homme, pirouette, cacahuète …
Et bien voilà, j’ai l’air dans la tête. Pirouette cacahuète, tout ça à cause d’une guêpe grecque qui bâtissait son nid. Ayant bien raclé bois et écorces avec ses mandibules, la guêpe machouille longuement les fibres du bois afin d’en extraire la substantifique cellulose, qui, mêlée à sa salive, devient une sorte de pâte à papier.
C’est avec cette pâte que la guêpe façonne un nid formé d’alvéoles tournées vers le bas. Ce nid ne sert en général qu’une année, et il faut recommencer à mâchonner et à bâtir l’année suivante. Selon les espèces, les nids peuvent accueillir un nombre variable d’individus, mais le millier est souvent l’unité de compte retenu.

Design en parfumerie

Le blog de Thierry Jamard compare à juste titre l’objet ci-dessous aux flacons de parfum Jean-Paul Gaultier. Ce flacon, car c’est un flacon et non une simple statuette, date du VIe siècle avant notre ère. Il représente un athlète agenouillé et est visible au musée de l’Agora à Athènes.

Grèce / Athènes (Agora)

Le premier des cistes

La famille des cistes rassemble des arbustes méditerranéens résistants à à peu près tout, notamment capables de se régénérer très vite après un incendie, et dont les fleurs, souvent à l’aspect froissé, sont soit roses, soit blanches.
Le ciste cotonneux, aux feuilles duveteuses et aux fleurs roses ou mauves, est le premier à fleurir, dès le moi d’avril : ceci explique que j’ai pu en voir en assez grande quantité en Grèce (la photo ci-dessous a été prise au Cap Sounio, à l’extrême sud de l’Attique).

Grèce / Cap Sounio
Certains cistes, notamment le cistus ladanifer, dont les fleurs sont blanches, produisent une gomme qui entre dans la composition de certains parfums, auxquels elle apporte curieusement une note ambrée ou même animale. En médecine, cette gomme peut aussi être utilisée pour ses propriétés cicatrisantes ou antirides.

Hitchcock au pied de l’Acropole

Athènes n’est pas la mecque du street art comme est en train de le devenir Rome. Néanmoins, même si les grands noms en semblent absents, Athènes laisse parfois découvrir quelques jolies petites choses, comme ce panneau consacré à Hitchcock sur des tôles ondulées, à fort peu d’encablures de l’Acropole. Sur la partie gauche de l’œuvre, on reconnait Psychose … :

hitchP1500176.jpg

Les Oiseaux au centre … :

hitchP1500177.jpg

… et La mort aux trousses à droite :

hitchP1500178.jpg