Leçon de dégustation : le têtard

P1370189Rappelons aux citadins que le nom « têtard » désigne le bébé des anoures, les anoures étant, en vrac, les grenouilles, les crapauds et les rainettes.
Manger le têtard est chose rare, ses cuisses n’ayant point encore suffisamment (voire du tout) poussé pour que l’on puisse, comme chez sa mère grenouille, les savourer avec un beurre persillé.
Petite subtilité de la méthode décrite ci-après : le têtard, tout comme l’huître et la palourde, se déguste vivant, mais, à l’inverse de mes mollusques favoris, il ne faut surtout pas l’avaler. Et, pour tout dire, il vaut mieux avoir l’âme scientifique et aventureuse pour se lancer dans le projet. Procédons, procédons :

  1. Pêchez un têtard dans la mare de votre choix
  2. Conservez-le dans de l’eau douce pendant quelques heures
  3. Rincez le têtard avant de procéder à la dégustation
  4. Mettez-le dans votre bouche et laissez-le gigotez pendant dix à vingt secondes
  5. Croquez la queue et machonnez-la
  6. Puis mordez fermement dans le corps de l’animal
  7. Recrachez et dites-vous que c’est pour la science

Source : Pierre BARTHELEMY, « Miam, un tétard ! », Le Monde (accès réservé aux abonnés), 9 février 2015 (article relatant une vraie expérience visant à savoir si les têtards échappant facilement à leurs prédateurs pouvaient éventuellement avoir un goût désagréable pour lesdits prédateurs)

Photo : Jardin Botanique de Bordeaux, juin 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s