Gluance en sous-bois

Balade du samedi en forêt. D’un entrechat ravissant quoique peu maîtrisé, j’évite ça :

1

Naïvement, et surtout bien conditionnée par l’ambiance « trottoir glissant » des petits matins urbains, je pense étron canin. Et puis ça n’aurait même pas été le pied gauche en plus. Il y a donc, dans cette jolie forêt de pins maritimes, des gens pas bien fins qui autorisent le caca n’importe où à leur chienchien. Oh les vilains. D’autant plus que, si chien il y a, il a un souci de digestion manifeste.
Mais des « ça » marrons et gluants, il y en a plein. Trop pour être l’œuvre d’un seul chien, où alors ils sont plusieurs, et faut songer à une épidémie de gastro canine, prévenir tous les vétos de la région, envisager un traitement, que sais-je encore.
En fait, les mammifères n’y sont pour rien. La réponse, la voici :

2

Du champignon très très en fin de vie, dont la chair a été littéralement liquéfiée, aidée probablement en cela par les pluies des jours précédent. Identifier le champipi relève du défi, mais vu ce qui pousse dans cette forêt-là, je parierais bien pour du cèpe de pin, celui qui, justement, te donne tous les symptômes de la gastro en quelques heures.

Photos : île d’Oléron, décembre 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s