Le satyre puant

1« Satyre puant », c’est son nom habituel. Les latinistes disent aussi « phallus impudicus », ce qui décrit assez bien la forme particulièrement suggestive de ce champignon.
On le trouve dans beaucoup de forêts d’Europe du printemps jusqu’à l’automne, aussi bien à proximité des feuillus que des conifères, souvent près des vieilles souches, y compris si elles sont en décomposition.
Ce champignon est totalement immangeable, non seulement parce-qu’il est considéré par certains mycologues comme légèrement toxique, mais surtout parce-que l’odeur qu’il dégage, plus proche du cadavre ou du pet que de l’abricot ou de la rose, écarte toute velléité de le glisser dans la poêlée champêtre du dimanche soir.
L’odeur pestilentielle de ce champignon aide à sa reproduction : elle attire les mouches, qui se délectent d’une sorte de gélatine qui recouvre une partie du phallus impudicus. Par leurs déjections, les mouches transportent les spores et permettent au champignon de faire des petits loin du nid de départ.
Néanmoins, à l’état très jeune, et alors qu’il se présente sous forme d’œuf blanc, il est parait-il mangeable. Il parait qu’en Extrême-Orient, ces fameux œufs sont même consommés crus et sont appréciés pour leur goût, qui rappelle celui du radis.

2Remarque : les photos ci-dessus représentent des champignons de la même famille que le satyre puant, mais le côté puant ne sautant pas au nez, il se peut qu’il s’agisse simplement d’un vague cousin, tout aussi peu encourageant pour la cuisine.

Photos : île d’Oléron, 19 octobre 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s