La terre a tremblé sur l’île d’Oléron

C’était dans la nuit du 7 septembre 1972 : la terre a tremblé dans l’ouest de la France, mais la secousse a été ressentie largement au-delà (un article du Monde parle d’Auxerre, ce n’est pas la porte à côté). Rien à voir avec les séismes majeurs de la ceinture du feu du Pacifique : magnitude 5,7 (un article du Monde pousse le bouchon jusqu’à magnitude 7, mais je n’ai retrouvé ce chiffre nulle part ailleurs). Ce n’est que parce-que l’épicentre était très profond que les dégâts restèrent modestes et qu’aucune victime ne fut déplorée. Des répliques se produisirent jusqu’au 11 septembre.
L’épicentre du séisme se trouvait entre l’île d’Oléron et l’île d’Aix. Sur l’île d’Oléron elle-même, des murs fut lézardés, plus de 400 cheminées ont été détruites. Le phare de Chassiron a été endommagé : le mercure a débordé, le mécanisme s’est bloqué. L’école de Dolus aussi a été endommagée, obligeant les enfants à prolonger leurs vacances au-delà du jeudi 14 septembre initialement prévu pour la rentrée.
Selon un numéro du journal Le Picton paru en 2005 (et dont une seule page est disponible en ligne), le clocher de l’église de Moëze, sur le continent, a été à deux doigts de s’effondrer. Des mouvements de panique ont été enregistrés sur l’île mais aussi sur le continent, aussi bien en Charente-Maritime qu’en Gironde : des habitants d’Arcachon se sont réfugiés au commissariat tandis que des gens se sont mis à prier au beau milieu des rues de Royan.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s