Pas de polynie, pas de petits !

Le mot « polynie » vient d’un mot russe signifiant « trou dans l’eau ». Il s’agit, dans les régions polaires, des zones d’eau libre entre les glaces. Selon les saisons, les polynies sont plus ou moins vastes ; quand la banquise ne fond absolument pas, les polynies ne se forment pas.
C’est précisément ce qui se passe actuellement en Antarctique : en novembre, donc pendant l’été austral, la banquise était encore dense et compacte, sans ces fameuses polynies à moins de 90 km des côtes. Or ces zones d’eau libre permettent aux oiseaux d’accéder à leur nourriture. Ce sont les manchots Adélie qui en font aujourd’hui les frais, les adultes ayant été contraints au jeûne pendant la période de reproduction : aucun poussin n’a survécu, car leurs parents devant faire de longs trajets pour aller chercher la nourriture, ils n’ont rien eu à manger pendant les premiers jours de leur vie. Chez d’autres espèces, comme les manchots empereurs ou les fulmars (une sorte de mouette avec un gros bec), le nombre d’œufs pondus a été particulièrement faible.
Difficile de savoir pourquoi l’Antarctique connait des conditions météorologiques si défavorables. Dérèglement climatique ? faute à « pas de chance » ?

Source :

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s