La famille des orobanches

orobancheLes orobanches sont des plantes très particulières car elles n’ont pas de chlorophylle. Dépourvues de ce qui est ordinairement indispensable à tous les végétaux, ces plantes assez courtes sur pattes doivent se débrouiller pour, malgré tout, récupérer les substances nutritives qui leur sont indispensables. Les orobanches sont donc des parasites, en général spécifiques à une plante particulière (l’orobanche du lierre, l’orobanche du colza, etc), mais certaines formes d’orobanches peuvent s’adapter à diverses plantes.
En tant que parasite, cette plante peut mettre à mal les cultures. Les méthodes de lutte semblent, d’après ce que j’en ai lu, peu convaincantes, du moins en ce qui concerne la lutte au bazooka et au gaz de combat, c’est-à-dire à base de produits pudiquement nommés « phytosanitaires ». Apparemment, des expériences seraient menées pour piéger l’orobanche avec des cultures justement nommées « cultures pièges », détournant ainsi l’appétit vorace du parasite vers une autre plante. Ce type de méthode a le mérite de ne pas pourrir les sols, l’air et les gens avec des résidus d’armes de guerre.
Actuellement, les orobanches sont en pleine floraison. Dès qu’elles fanent, leurs tiges jaunissent puis la plante meurent, après avoir laissé des milliers de graines minuscules dans le sol.

Photos : Bordeaux, mars 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s