C’était dans le journal … le 12 novembre 1913

Sans titreÀ ses débuts, l’aviation fut affaire de sportifs, de techniciens, de doux dingues tentant la folle expérience de faire comme les oiseaux. Mais, alors que les aéroplanes sont encore pour le moins approximatifs, l’armée s’intéresse au formidable potentiel que pourrait offrir de tels engins. La loi créant l’aviation militaire française est votée en mars 1912.
Ce qui émeut Le Figaro du mercredi 12 novembre 1913 est un projet visant à octroyer à l’armée le monopole de l’aéronautique en France. Non seulement l’armée disposerait du nombre d’avions dont elle a besoin et formerait les pilotes, mais elle fabriquerait aussi les appareils de A jusqu’à Z, y compris moteurs et hélices.
Le Figaro voit dans cette mainmise plusieurs dangers : le quotidien s’inquiète, constatant « quel déplorable industriel est l’Etat » ! On peut ainsi en déduire que l’Etat ne saura pas construire convenablement les avions, alors que les puissances étrangères, Allemagne en tête, prendront de l’avance. L’auteur de l’article s’inquiète aussi pour les industries aéronautiques existantes, privées et ne faisant pas vraiment fortune, qui disparaîtront si le projet est mis en œuvre, car l’armée est justement leur principal client : « si les constructeurs perdent la clientèle militaire […], c’est la ruine, non pas à bref délai mais immédiate ». L’auteur en appelle au civisme des lecteurs qui, dûment alertés par ses soins, sont invités à se mobiliser contre ce projet présenté « comme un véritable attentat contre l’aéronautique française ».

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s