Le pont que Bordeaux faillit avoir

On parle beaucoup de pont en ce moment à Bordeaux, mise en service de Baba oblige. Néanmoins, les franchissements de la Garonne sont tout aussi rares (5 ponts routiers) que récents à l’échelle de l’histoire de la ville (le plus ancien, le Pont de Pierre, date du XIXe siècle). Les ponts, bien que peu nombreux, sont de types différents : avec de jolies arches pour le Pont de Pierre, d’une affligeante banalité pour le Pont d’Arcins (officiellement Pont François Mitterrand) et pour le Pont St-Jean, suspendu pour le Pont d’Aquitaine, levant pour Baba (Chaban-Delmas, oui, je sais, mais j’en ai marre de ce monsieur le maire qui nomme « Chaban » toutes les construction de sa ville !). Si on ajoute le pont tournant (nommé Pont Tournant) des bassins à flot, cela nous fait une jolie variété. Et pourtant il en manque un, un truc extra qui a fait crac boum hue dans plusieurs villes au début du XXe siècle, et qui pourrait bien recommencer la même chanson sous peu à Nantes : le pont transbordeur. Cela faillit pourtant, ce dont témoignent deux moignons qui émergent de la vase de la Garonne, bien visibles depuis la rive gauche :

vestiges P1350378

Ces vestiges se trouvent en rive droite, et sont très nets sur GoogleMaps (quadrilatère rouge) :

En plus des deux anciens socles des piles métalliques du pont, se trouvent deux constructions aujourd’hui très abîmées, qui font partie du même ensemble :

vestiges P1350546

Il n’est pas forcément facile, en rive droite, de s’approcher pour voir les restes de ce qui aurait pu finir en pont :

vestiges P1350548

A la veille de la Première Guerre mondiale, le port de Bordeaux est en pleine expansion, or un seul pont (le vieux Pont de Pierre) relie les deux rives. En rive gauche se trouvent les hangars, les entrepôts, et, à proximité de l’actuel Baba, une huilerie (aujourd’hui Lesieur, et bientôt ailleurs, qui traitait alors les arachides venant de Dakar). Sur la rive droite se trouvaient des industries chimiques, mais aussi une raffinerie de sucre. Unir les deux berges devenait urgent, ne serait-ce que pour que les ouvriers puissent se rendre sur les différents sites du port. En cela, le projet bordelais correspond à celui de Nantes, celui-ci ayant été mis en service pour permettre aux ouvriers des chantiers navals de rejoindre leur poste de travail.
Un article paru dans les Annales de Géographie en 1919 apporte beaucoup de précisions sur le port de Bordeaux au lendemain de la guerre. Le pont transbordeur ne semble alors pas remis en cause, même si les travaux, commencés en 1910, ont été stoppés net par le conflit, laissant en plan deux pylônes encore visibles sur certaines cartes postales anciennes (en arrière-plan) :

pylônes

Finalement, les travaux ne reprirent jamais, et les pylônes furent détruits par les bombardements de la Deuxième Guerre mondiale.

Publicités

2 réflexions sur “Le pont que Bordeaux faillit avoir

  1. Après examen sur Google earth et sur place, c’est vous qui avez raison: les deux piles (photo 1 et 4) sont bien celles du pont disparu. Merci de me les avoir fait découvrir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s