2013, une année faste pour les rainettes

rainette P1350308Dis-moi, ami lecteur, que vois-tu qui verdoie dans la mare ? une grenouille ? que nenni, il s’agit d’une rainette. Et la rainette n’est pas une grenouille, même si elle sonorise tout le marais à la saison peace and love, c’est-à-dire entre mars en juin, avec ses « croa croa » nocturnes.
La grenouille est un ranidé alors que la rainette est un hylidé. La différence tient dans les pattes : la reinette a de l’adhésif au bout des doigts (ce qui lui permet de grimper aux arbres), alors que la grenouille glisse sur la première pente venue.
Il n’est pas facile de voir ces petites bêtes vertes, même pendant la saison des amours (en dehors, on n’y pense même pas), tant elles sont craintives et facilement dissimulables dans la végétation. Néanmoins, guidée par le cri d’amour collectif que j’entendais près du phare de Chassiron (île d’Oléron), j’ai fini par choper l’image de celle-ci dans un des bassins du jardin situé au pied du phare. Elle fila fissa une fois l’image dans la boîte.
Pourquoi, disais-je en titre, que 2013 était une faste pour les rainettes ? parce-que depuis des mois il pleut il mouille c’est la fête à la grenouille. Et à la rainette itou, car les têtards des deux amphibiens ont un meilleur taux de survie quand il pleut beaucoup. Tout simplement.

à cliquer :

Publicités

Une réflexion sur “2013, une année faste pour les rainettes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s