Clet au pilori

clet P1340060J’avais déjà ici, il y a quelques mois, évoqué les œuvres urbaines de CLET, ce Breton sévissant un peu partout, et largement en Italie, et qui s’éclate en détournant les panneaux de signalisation. Bien souvent, le détournement est drôle et bon enfant, parfois le résultat peut s’avérer plus oppressant, comme le panneau ci-contre symbolisant un homme supplicié. Ce panneau a été photographié à Paris, près de la place du Châtelet.

Pour bien accueillir le touriste …

… il faut parvenir à communiquer avec lui. Cela suppose, sinon de parler sa langue, au moins de parler la plus internationale de toutes : l’anglais. Par contre, pour piéger le touriste dans un resto infâme tout juste capable de passer au micro-ondes des plats industriels surgelés, faire semblant de causer english peut suffire, et au-moins ça m’a fait rire. Jugez plutôt :

bad englishP1340074

La scène se passe à Paris, dans le Quartier Latin. Pour corser le tout, la carte proposait … de la salade grecque. Ça, c’est la french touch !

Les mâles et les femelles, c’est pareil

Balade à la pointe de Maumusson, à l’extrême sud de l’île d’Oléron. De loin, et uniquement de loin, on voit des oiseaux alignés. Pendant un temps, nous pensons être face à nos habituels bécasseaux, mais les oiseaux sont nettement noirs et blancs, plus gros que les bécasseaux, grâce au zoom on devine le rouge des becs et le rose des pattes :

huitriers P1330537

Ces oiseaux, que je n’avais jamais vu en aussi grand nombre, sont des huitriers-pies. Ils n’ont de « pies » que le nom, étant d’une toute autre famille. Aucune caractéristique physique visible, pas même la taille ou le poids, ne distingue le mâle de la femelle. L’essentiel des huitriers-pies d’Europe niche sur la Manche et la Mer du Nord, ainsi que sur la partie bretonne de l’Atlantique. C’est d’ailleurs en Bretagne que l’on dénombre environ 80% des huitriers-pies de France. D’où ma surprise de voir autant de ces oiseaux en Charente-Maritime.

huitriers P1330541

Les huitriers-pies, non seulement ne sont pas des pies, mais ils ne se nourrissent pas non plus spécialement d’huîtres (même s’ils sont capables d’en percer la coquille). Ce sont des limicoles, donc des oiseaux qui mangent les animaux qui vivent dans le limon, c’est-à-dire dans la vase : petits vers, crustacés, petits mollusques.

huitrier P1330546

C’est la poule qui fait l’œuf, et c’est la machine qui le vend

distri P1330570On peut tout vendre avec des machines. Il y a des distributeurs à pognon, des machines à café, et même un distributeur automatique d’huîtres à l’entrée de l’île d’Oléron. Le petit commerce n’est plus ce qu’il était, jouer à la marchande deviendra bientôt de la science-fiction. Aujourd’hui, dans le département de la Vendée, sur un parking de la commune de St-Jean-de-Beugné, on a vu une drôle de cahute. On pouvait s’y procurer des œufs. Bio, certes, mais sans la marchande bien aimable qui les met dans la boîte en carton en te disant « vous pouvez les manger coque, ils sont du jour ». Tout se perd, mes enfants, tout se perd. Même le père noël n’est plus ce qu’il était : la semaine dernière, il était attablé à la terrasse d’un bistrot bordelais. A ce rythme, il sera forcément à la bourre pour livrer les cadeaux à temps, y compris les jeux de « petite marchande » qui, de toute façon, ne servent plus à rien ni à personne puisque, de la poule ou de l’œuf on sait aujourd’hui que le gagnant est le distributeur.