Un mur, c’est fait pour que l’on dessine dessus

Quartiers sud de Bordeaux. En 1983, un mur façon « mur de Berlin » sépare les voies de chemin de fer et la gare St-Jean du quartier résidentiel Carle-Vernet (localisation). Certes, il n’y a ni mirador, ni barbelé, ni risque de se prendre une balle en pleine tête si on franchit le mur, mais le béton est là et bien là. Les habitants du quartier ressentent une impression d’isolement et d’enfermement. De 2000 à 2003, coachés par une artiste locale, 1700 riverains se lancent dans l’appropriation de ce qui devient leur mur. Puisqu’il est là, autant qu’il soit joli. Chacun y va de son collage, de son poème, de son dessin. Humour, amour pour la Garonne, bestiaire, tout y passe. Et puis il y a le temps. Celui qu’il fait et celui qui passe, qui entraînent une dégradation naturelle de cette œuvre discontinue de plus de 600 mètres de long. L’été dernier, l’ensemble a été restauré. Voici le résultat en une vingtaine d’images :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s