L’honneur des passeurs

Quinze Allemands ont été décorés avant-hier de la croix du mérite. Quinze Allemands qui se sont distingués au temps de la guerre froide pour avoir aidé des compatriotes de RDA à passer en RFA. Reconnaissance bien tardive.
Le mur de Berlin, est-ce la peine de le rappeler, a été construit non pas pour garantir la paix ou pour empêcher que les Allemands de l’Est soient contaminés par les idées délétères de l’Ouest, mais bien pour empêcher l’hémorragie de ces mêmes Allemands fuyant le paradis communiste pour l’enfer capitaliste. La brèche de Berlin, ville « libre » en plein cœur de la RDA, était effectivement un point de passage facile et largement utilisé. D’où la coupure physique du 13 août 1961 : le mur coupant Berlin en deux, empêchant concrètement les ressortissants de RDA de sortir de leur patrie bienveillante. Dès la pose des premiers parpaings, des premiers barbelés, des Allemands de l’Est ont fui vers l’Ouest. Ce sont notamment ceux-là qui ont ensuite organisé la fuite d’autres Est-Allemands, membres de leur famille ou pas. Mais il y eut aussi d’autres passeurs, purs produits de la RFA, qui ont agi pour des raisons idéologiques.
Parmi ces gens se trouve Hasso HERSCHEL, qui a permis le passage de 29 fugitifs via un tunnel les 24 et 25 septembre 1962. Le plus difficile ne fut d’ailleurs a priori pas la construction dudit tunnel, mais l’information de son existence envers les Berlinois de l’Est. Dans l’hiver 1962-1963, accompagné d’étudiants, il creuse une deuxième tunnel, mais cette fois son projet échoue : la stasi est dans la place. Il ne baisse pas les bras et parvient à faire passer d’autres Est-Allemands dans le bloc de l’Ouest jusqu’en 1972, mais plus par Berlin : il utilise la possibilité qu’ont les citoyens de voyager dans les démocraties populaires pour faire franchir clandestinement la frontière entre la Hongrie (un des lieux de vacances préférés des Allemands de l’Est) et l’Autriche.
Dans un même ordre d’idée, citons aussi le cycliste Harry SEIDEL qui, en 1962, a creusé un tunnel de 18 mètres juste de part et d’autre du mur, celui-ci reliant deux caves.
Le record du nombre de passage revient peut-être à Burkhart VIEGEL, qui a fait passer plus de 650 personnes de manières variées, dont un tiers dans une planque aménagée dans le tableau de bord d’une voiture (une grosse Cadillac, pas une ridicule Trabant !)
Certains passeurs ont payé très cher leur engagement : Dieter HOTGER et Hartmut RICHTER se sont ainsi faits prendre et ont été incarcérés dans la prison de la stasi. Ils n’ont du leur liberté qu’à l’action de l’Etat ouest-allemand, qui les a « rachetés ».

—> à cliquer :

  • une page consacrée à Hasso HERSCHEL sur le site du mémorial du mur de Berlin
  • deux articles de presse évoquant la remise de décoration aux quinze passeurs : l’un dans Slate, l’autre dans Le Figaro (c’est dans ce dernier article que l’on peut voir un schéma montrant la planque réalisée dans la Cadillac)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s