Vu d’en haut (en l’occurence des hauteurs du village de L’Herbe, sur la presqu’île du Cap Ferret), on cherche la mer tant les bateaux sont nombreux. A part quelques plates ostréicoles et deux ou trois malheureux bateaux de pêche, il n’y a que des navires de plaisance, pour l’essentiel piégés dans la mare que constitue le Bassin d’Arcachon. En effet, les courants et la barre à sa sortie sont un frein très net pour bon nombre de plaisanciers, qui préfèrent poursuivre leurs ronds dans l’eau en lieu sûr. Il y a environ 12 000 bateaux de plaisance sur le Bassin. Les plus chanceux (aux propriétaires aussi patients que friqués) sont apontés à Arcachon. Les autres sont apontés ailleurs (quelques places à Andernos, par exemple), ou dorment paisiblement accrochés à leurs corps morts, tributaires des marées (et à marée basse, le Bassin se vide, la balade tombe à l’eau puisque le rafiot a la quille dans la vase). Pas étonnant, donc, que, vu d’en haut, on voit plus de bateaux que d’eau.

Une réflexion sur “Entre les bateaux, parfois, on voit la mer

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s