Le grand départ

Des migrateurs qui planent et tournent au-dessus de mon quartier, ce n’est pas si rare. Mais en général ça fait un boucan d’enfer et l’oiseau en virée s’appelle la grue. Ou l’oie bernache. Là, sur le coup de midi par un cagnard inacceptable en milieu océanique, les oiseaux tournent, semblent chercher les courants chauds, donc ascendants, pour se lancer vers la grande aventure de la migration. Pas un bruit. Ce sont des cigognes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s